Vos Questions / Mes Réponses


  •  
  • Sujet : Psychothérapie

  • Question

    depuis quelques temps, ma fille de 6 ans a le besoin de me confier “les bêtises qu’elle a dans la tête”, qui sont de plus en plus des aveux d’autodestruction: par exemple, elle vient de me confier avoir régulièrement essayé de s’étrangler fort avec un foulard, ou encore de se coincer intentionnellement les doigts dans le tiroir de son bureau à l’école. Autre point: elle a des accès de maniaquerie, elle se lave les mains frénétiquement à longueur de journée, si bien que la peau de ses mains est irritée. Je sais que la naissance de son frère et notre déménagement qui ont eu lieu coup sur coup il y a maintenant 1 an ont certainement joué, mais compte tenu des proportions que les choses prennent, je crains que ce soit plus grave que cela. Pour info, elle me parle souvent d’un camarade de classe qui s’amuse à l’embêter. Il faut également savoir qu’elle est en avance sur le plan scolaire, le diagnostique de la précocité n’a pas été officiellement posé, mais ses différentes maîtresses ont évoqué cette possibilité. Merci d’avance pour vos lumières, j’ai vraiment besoin d’aide.

    Réponse

    Déjà, lui dire que ce ne sont pas des “bêtises” mais de graves soucis qu’elle exprime ainsi et qu’elle veut évacuer. Et voir une psychologue ou un pédopsychiatre qui pourra l’aider à mettre de l’ordre dans ses émotions

    //
  • Question
    Fratrie de 4 enfants, d’un 1er mariage j’ai 2 filles de 21ans 20 ans d’une seconde union une fille 7ans et mon petit garçon tant attendu par moi, dès que j’ai su que j’attendais un garçon j’étais sur de ne pas la garder (mort)  je l’ai donc surcouvé vers ses 14 mois trop fatiguée je l’ai mis des demi journée en crèche (il hurlait pour ne pas y aller), je ne le mettais plus à ses 2 ans. Il est devenu difficile, il fait des colères voir agressif par moment. Il est toujours inquiet bien que je le rassure tout le temps, il n’est pas tranquille quand je ne suis pas là, et pleure d’angoisse (je ne part d’ailleurs plus sans lui). Il est en constante dispute avec sa soeur de 7 ans, il se sent inférieur intellectuellement, il veut être plus grand et pas le dernier.
    Je lui explique que je n’ai plus de bébé, qu’il grandit et souvent il est content quand je le lui rappelle, depuis 1 semaine il me dit qu ‘il veux mourir, quand je lui demande pq il me dis  “qu’il est un bon à rien” ou quand je le gronde il me dit que ses parce que je ne l aime pas ou qu il ma fait mal au coeur.  Il a tendance a taper a l’école et provoquer les autres, cet un garçon très gentil un coeur en or, je sens qu il souffre et je me sent tellement impuissante. Que faire?? je suis allez voir une psychologue qui me dis en gros que je ne met pas assez de limite….svp aider moi (quand il a eu 4 mois j’ai été operée du coeur et encore il y a un ans…peut être un effet je ne sais pas.
    Réponse

    Vous savez déjà analyser bien la situation et c’est normal que vous n’ayez pas la solution! Même si la psychologue vous a contrariée en disant que vous ne mettez pas de limites car, en effet, vous n’avez pas envie d’ajouter de la peine à votre enfant, vous pouvez continuer le travail avec elle: elle cherchera à évacuer les inquiétudes que l’enfant absorbe, il doit s’inquiéter pour vous, a peur de vous perdre.

     

    //
  • Question

    mon fils a 3 ans et demi et il refuse de quitter sa couche. L’été dernier, à 2 ans demi, je le laissait sans couche et quand il en avait envie, il allait faire pipi dans le jardin. Il a alors fait deux fois caca sur le sol et cela l’a un peu angoissé. Une troisième fois il m’a dit qu’il avait envie de faire caca par terre dans sa chambre, je lui ai alors proposé le pot mais il a refusé. Je lui ai alors proposé de remettre sa couche pour faire caca, ce qu’il a accepté. Depuis ce moment, il a eu tendance à se retenir, à être de plus en plus constipé et à réclamer la couche pour faire caca. Dès qu’il était habillé il ne pensait plus à aller faire pipi, je me suis dit qu’il n’était pas prêt et lui ai donc remis une couche. Depuis décembre dernier il a un traitement pour la constipation. Il vient d’entrer à l’école avec une couche culotte, il n’y va que le matin mais il refuse d’aller aux toilettes avec les autres.La pédiatre me dit de ne pas m’inquiéter, que c’est lui qui décidera, que cela ne nécessite pas d’aller voir une psychologue. Qu’en pensez-vous?

    Réponse

    Cette situation est en effet courante, surtout chez les garçons. Elle évolue spontanément si on n’angoisse pas l’enfant. Vous pourriez essayer de ne pas lui mettre de couche le matin, en le rassurant qu’il en aura une en sortant de l’école. Il est probable qu’il attendra et sera déjà propre le matin, pour sa selle; et qu’il suive les autres à la récréation pour pipi. A condition que vous ne vous en mêliez pas…

    //
  • Question

    Ma fille,7 ans et demi avait depuis janvier quelques problèmes d’endormissements 1 ou 2 fois par semaine. Ayant dû reprendre mes études j’avais mis ça sur le compte du stress et du surmenage. Or, depuis avril ma formation est terminée, j’ai eu mon examen et suis de nouveau disponible pr elle. Néanmoins, depuis 3 semaines, c’est quasiment ts les soirs qu’elle ne s’endort pas. Elle a consulté 1 psy pdt 3 mois, 1 magnétiseuse et là jeudi je vois 1 étiopathe recommandée par mon médecin. Nous sommes passés par toutes les phases: la gentillesse et le réconfort, la punition et la menace et là c’est la colère qui prend le dessus. Chaque soir lors du coucher ns lui réexpliquons les bienfaits du sommeil car elle ns dit qu’elle n’aime pas la nuit, qu’elle perd son temps…. et à peine sommes ns sortis de sa chambre qu’elle est déjà au toilettes. Et ainsi pdt au moins 10 fois de suite, ensuite, elle se force à tousser, elle gémit……Elle est la 2ème d’une fratrie de 3 filles (10 ans et demi et 2 ans et demi). Je n’en peux plus, de même que mon mari avec lequel ns n’avons quasiment plus d’intimité car elle ne cesse de se lever, de descendre …. De ce fait c’est très tendu entre nous, nous ns disputons bcp et je ne supporte plus ma fille.

    Réponse

    Ho là là! Cà ne va pas, en effet! vous risquez d’entrer dans un cercle vicieux: moins vous la supportez, moins elle peut s’endormir… Il faut revoir la psychologue, ne pas abandonner aussi rapidement, essayer de comprendre ce qui l’angoisse, voir si elle dormirait mieux en compagnie de la grande? Les vacances vont faire bouger votre organisation. En revenant, faites un tableau pour que la psychologue comprenne la où elle a mieux dormi, moins bien… Il faut comprendre, vous allez y arriver.

    //
  • Question

    Moi mon fils grinpe partout m ecoute pas du tout et quand je le puni dort par ca fenetre frappe ca porte me frappe et ca soeur aussi! Svez vous des conseil je sais plus quoi faire! Me ci je le punie ou lui parle il veut meme pas m ecouter! J essaie de lui espliquer sans succes! :-( merci

    Réponse

    Plus vous allez crier et punir, plus il va vouloir se confronter à vous. Il faut se demander si ce comportement est le même à l’école où les professeurs se seraient plaints, ou juste à la maison. Vous avez besoin de l’aide d’une psychologue: demandez à la PMI, au centre aéré… pour comprendre ce qui met ainsi votre fils dans l’idée de transgresser vos attentes. Et alors, vous aurez des solutions et un soutien.

    //
  • Question

    Je vous écris car je suis en grande difficulté si bien que cela affecte mon moral et la relation que j’ai avec mon enfant.

    Je suis la maman d’un petit garçon adorable de 3 mois et demi. Il va bien, sourit rit énormément, fait 7,3kgs mais a de grandes difficultés à dormir.
    Il se réveille 6 à 8 fois par nuit. Je ne souhaite pas le laisser pleurer et même lové contre moi, il se réveille très régulièrement. Il se rendort facilement au sein ou bercé mais se réveille 45 minutes ou 1h plus tard… Parfois 20 minutes plus tard.
    J’ai déjà tenté d’attendre un peu avant de le prendre, ça se finit en grosses colères. Je ne sais plus quoi faire. Est-ce que le sevrer serait une solution (je n’en ai pas envie) ?
    Ma vie est devenue très difficile même si j’aime ce petit de tout mon cœur.

    Réponse

    Il faut d’abord en parler à son médecin: Jules a peut-être de petits reflux acides qui le dérangent pendant la digestion? Si ce n’est pas çà, il n’est pas dit que les biberons le calment et ce sera encore plus compliqué d’en faire à chaque réveil! Vous pouvez essayer un vrai berceau qui berce pour juste donner un petit coup de bercement sans donner une tétée à chaque fois. Si vraiment, cela ne se calme pas, une psychologue pourrait vous aider à trouver progressivement une harmonie.

    //
  • Question

    J’ai beaucoup aimé la lecture de votre livre “L’autorité sans fessée” qui m’a beaucoup aidé dans l’éducation de mon fils de 4 ans. Seulement, avec l’arrivée de sa petite sœur, il y a un an et la rentrée à l’école, mon garçon est encore plus rêveur qu’avant. Même la maitresse s’en est vite rendue compte, disant de lui qu’il était “déroutant”. En classe, très réservé et timide. En récréation, chahuteur et bagarreur (un peu moins maintenant). A la maison, je dois être constamment derrière lui et pour tout. Fatiguée et plus patiente du tout, j’ai oublié vos conseils sur le time-out faisant l’inverse. Cela à empiré les choses. Mon manque de patience à débuté par une attitude usante pour moi, il parle dans son lit depuis longtemps, très fort et parfois tard. Cela est moins souvent maintenant, mais à une époque, cela me rendait dingue car mon compagnon ne voulait pas que j’intervienne et cela m’empêchait même de m’endormir. Cela à créé une frustration chez moi qui m’a fait perdre patience. Je reprends confiance mais me sens bien seule face à mon petit garçon qui est très sensible. Depuis peu, je vois moins de gens car je n’arrive pas à gérer tout le monde, entre les personnes présentes et la demande de mon petit qui veut qu’on lui parle, qui ne gère pas de prêter ses jouets et qui est maladroit pour prendre contact avec les copains ( il est assez brusque dans ses gestes et ne s’arrête pas quand on lui dit stop). Sa maitresse se demande si il a du mal à comprendre les consignes ou si c’est autre chose. Maintenant, il ne veut plus dire bonjour à mes amis, ni au revoir et n’ose même plus regarder sa maitresse et l’écoute moins qu’avant. J’ai l’impression qu’il a vraiment pas confiance en lui et se plonge dans une bulle. (je m’étais fait une bulle petite aussi, car je suis trés timide) Cela commence à vraiment me dépasser. Même la maitresse commence à baisser les bras. Il faut dire que son père est régulièrement en déplacement et fait de son mieux quand il est à la maison. Qu’en pensez-vous?
    Merci pour votre temps pris à lire ce mail et pour vos combats.

    Réponse

    Oui, ce petit a un comportement qui mérite absolument un bilan avec une psychologue et quelques séances pour lui apprendre à mieux communiquer avec les autres sans attaquer, se dérober ni les envahir. Sinon, vous allez mal répondre, il va se faire une réputation négative et cela peut devenir plus difficile à résoudre…

    //
  • Question

    Nous avons un garçon qui a eu 3 ans en fin d’année et une fille qui vient de naitre.
    Notre garçon, même seul, a toujours été actif dans sa journée. Comme tout enfant, il teste quotidiennement les limites mais ce qui nous déroute le plus c’est l’impression que rien ne l’affecte (sentiment partagé avec l’équipe de la crèche à l’époque et maintenant de l’école).
    Il est à l’école depuis la rentrée et il n’y a pas une semaine sans que j’entende qu’il a été dur, qu’il ne tient pas en place, qu’il n’écoute pas…tellement dur qu’il risque d’etre exclu de la cantine (dernièrement il a craché par terre, jeter sa nourriture et s’est roulé par terre)…(je ne sais d’ailleurs pas comment m’organiser si cela se produit)..Nous sommes passés helàs par toutes les phases: dialogue, punitions, fessées (que je regrette amerement, chantage même!!)
    Avec l’arrivée de sa soeur, nous pensons l’avoir préparé au mieux(photos de lui petit utilisant le meme matériel et mobilier que sa soeur, puis du temps à lui consacrer : jardinage, cuisine, histoires du soir, promenades etc etc..)
    mais rien n’y fait, soit il écoute à la maison et est excecrable à l’école soit c’est l’inverse…Les 15 jours de vacances ont été particulièrement laborieuses…je suis fatiguée et je commence à perdre patience…avec son papa, nous lui parlons beaucoup de ce qui se passe en journée, il comprend tout à fait ce qu’on lui dit…
    que faire?????
    maman meurtrie en détresse!!

    Réponse

    Ce petit garçon à l’air très éveillé, ce qui présage une bonne évolution. Mais votre fatigue et les réflexions désagréables que vous entendez à son sujet vous conduisent à être plus excédée que bienveillante. Cris, gronderies et punitions l’endurcissent et c’est un cercle vicieux. Est-ce qu’il y aurait une “maison verte” – concept de Dolto – dans notre ville? Une ludothèque? Ces endroits où il y a souvent des psychologues pour observer vos relations et défaire les malentendus?

    //
  • Question

    Mon fils unique âgé de 27 mois se ronge les ongles depuis quelques semaines, voire quelques mois. Il suce son pouce depuis l’âge de 4 mois, ce qui a pour effet que les peaux au niveau de l’articulation du pouce durcissent. Il a commencé il y a longtemps déjà à mordiller ces petites peaux et j’ai l’impression que le fait de se ronger les ongles aujourd’hui découlent de cela. J’ai donc l’impression qu’il le fait par habitude et par plaisir, plus que parce qu’il est stressé. Je pensais donc acheter ce fameux vernis amer. Vous le déconseillez dans un article paru récemment dans le Matin Dimanche (journal suisse) et nous conseillez d’évaluer ce qui dans notre vie est culpabilisant, harcelant ou contradictoire. Bien sûr, nous avons un rythme un peu soutenu (mon fils va à la crèche 4 jours par semaine), mais j’ai toujours essayé de lui éviter du stress, de faire les choses le plus tranquillement / naturellement possible. En même temps, c’est sûr qu’en ce moment, on est pas mal en opposition avec lui. Il nous provoque, cherche à se faire punir et finit par se faire punir régulièrement. Sinon, rien de spécial n’a changé dans notre environnement ou rythme de vie (mon mari travaille un peu plus qu’avant, mais il a toujours beaucoup travaillé / le mari de ma soeur vient de mourir accidentellement, mais je ne crois pas que ces 2 points aient beaucoup affecté mon fils). Bref, j’hésite entre vernis amer et analyse psychologique! Que me conseillez-vous? 

    Réponse

    Vous êtes très courageuse et essayez de donner le climat le plus serein possible à votre petit garçon, en surmontant ce qui sont des évènements lourds pour vous: la perte brutale du mari de votre soeur, et un rythme de vie fatigant. Vous semblez en petites luttes fréquentes avec ce bout de choux, cherchant à trouver une autorité là où il a sans doute juste besoin d’être guidé. Il est très jeune pour entrer dans un cycle de bêtises-punitions. Alors, oui, il faut vous faire aider par une psychologue. Rien n’interdit que vous tentiez le vernis amer, mais, outre qu’il y a peu de chance que cela fonctionne, ce n’est pas une solution de fond. Alors que quelques entretiens vous aideraient à mieux comprendre les tensions qui amènent ce tout petit à se ronger déjà les ongles. Pour vous aussi, ce sera apaisant.

    //