Vos Questions / Mes Réponses


  •  
  • Sujet : père

  • Question

    Mon fils de 11 mois se réveille en ce moment tous les jours à 5h du matin, pour réclamer un petit biberon. On essaie de le calmer pour éviter qu il le prenne ( car a 7h il est debout pour manger son biberon ), mais rien à faire, et il y a que sa mère qui peut lui donner, il ne veut pas que ce soit moi. Merci

    Réponse

    Quand un enfant de cet âge émerge de son sommeil, il a l’instinct de chercher sa mère et le lait. C’est tout à fait normal. Bientôt, il aura tellement besoin que l’on joue avec lui que vous serez alors très utile pour soulager sa maman!

    //
  • Question
    Je viens de terminer votre livre “il est où mon papa” et souhaiterais vous évoquer la situation familiale dans laquelle mes enfants et moi sommes depuis plus de 2 ans et recevoir quelques suggestions pour vivre au mieux cette situation familiale pour nous tous.
     J’ai vécu avec un compagnon pendant 4 ans, nous avons eu un garçon qu’il a reconnu et qui porte son nom.
    Le couple ne fonctionnait pas très bien depuis la naissance de notre fils et nous avons suivi pendant quelques séances une thérapie de couple sans succès.(Il a accepté ces rdv pour me faire plaisir, mais ne voyais pas du tout ce qui ne fonctionnait pas entre nous)
     Puis j’ai su que j’étais enceinte. Cette grossesse n’était pas voulue, même si nous savions tous les 2 qu’elle soit possible puisque nous n’avions pas de contraception lors de nos rares rapports sexuels.
     Mon compagnon n’a pas souhaité que nous gardions le bébé, moi je n’ai pas voulu avorter, je sentais dès ces premières semaines de grossesse tout l’amour que je portais déjà pour cet enfant.
     Nous nous sommes séparés de façon violente (déchirement pour la garde de notre fils, je l’ai mis à la porte de notre domicile…) et jusqu’à ce jour n’a pas reconnu notre fille malgré le fait que je lui ai laissé cette possibilité ouvertement.
     Notre fille a eu 2 ans en mars et porte mon nom. J’explique à mon fils de 4 ans 1/2 qu’il a le nom de son papa et que sa sœur porte le nom de sa maman (il ne va pas plus loin de le questionnement pour le moment). Elle appelle mon nouveau compagnon papa depuis 1 an qu’il partage notre vie. Mon fils va chez son père 1 weekend sur 2 et la moitié des vacances scolaires. Il n’y a aucune communication entre son père et moi. Il voit notre fille quelques secondes lors du passage de bras et lui dit bonjour. Pour l’instant je lui dis que c’est le papa de son frère.
     Comment dire à mes 2 enfants qu’ils ont un père biologique identique et que comme nous étions séparé à la naissance de ma fille, il ne la prend pas pour le moment sans les blesser ou les perturber?
    Réponse

    Il y a une différence entre le “père” (géniteur), et le “papa”, (qui élève). Vos enfants perçoivent très bien qu’ils sont tous deux du même père. Mais cet homme se veut papa du 1er, n’était pas prêt à être papa du second enfant. Elle en adopte un de substitution. Mais elle sait très bien qu’elle a le même père que son frère. Pas la peine d’en parler lourdement. Pour les noms, vous pouvez obliger votre ex à la reconnaître. Mais vous n’avez peut-être pas envie qu’il la prenne chez lui, ce qui serait la conséquence. Donc, si l’on parle vrai, vous diriez plutôt: “elle porte le nom de maman parce qu’elle est née juste avant que l’on se sépare.” Donnez-lui votre amour, que votre nouveau compagnon soit bienveillant, et laissez faire le destin.

    //
  • Question

    Je suis très sensible à vos travaux. j’aimerais que vous me veniez en aide. J’ai un fils qui vient juste d’avoir 6 ans. Son père et moi spmmes séparés depuis 2ans et demi et son père vit en Algèrie sans contribuer à l’éducation de son fils toutefois son père appelle tous les 15jours mais mon fils refuse de lui parler il me dit qu’il est très en colère contre son père. Mon ex mari est un pervers narcissique et mon fils vivait dans une ambiance tendue de 9 mois à l’age de 2 ans et demi, c’est pour ce la que j’ai fait le choix de me séparer mon fils me voyait mahleureuse. Je suis une maman très attentive à l’attitude de mon fils peut être trop à mon avis. mon ex mari a eu toute une jeunesse dans la délinquance (vol etc..), et quand mon fils n’obéit pas et qu’il joue à la police et au voleur j’ai tout de suite peur qu’il devienne délinquant en grandissant, alors qu’à côté il est plein de qualités humaines que je lu reconnais et je lui ds que c’est un brave petit garçon. Dernièrement son instituteur me dit que mon fils bouge beaucoup quand il est assis et que quand il lu crie dessus mon fils sourit, c’est vrai qu’il a tendance à faire ça Que faire? J’ai expliqué à mon fils que dans le monde des grands cela pouvait être interprété comme un manque de respect. J’ai le sentiment que son instit a stigmatisé mon fils danss cette attitude et que mon fils en joue pour l’embêter, et que du coup je mets la pression à mon fils pour qu’il arrête de bouger. Son instit lui a dit qu’il ne devrait pas prendre exemple sur ses copains qui jouent à la police mais plutôt sur son copain victor qui lit et écrit, hors mon fils lit et écrit et est intéressé par plein de choses. Hier je n’en pouvait plus que j’ai mis une claque à mon fils (1ere depuis sa naissance) suite aux agacements répétés de son instit, j’ai l’impression que mon fils ne m’obéit pas quand je lui demande de cesser de bouger en classe. Que faire concernant l’attitude que je dois adopter face à mon fils quant à ce qui’il se passe en classe, et comment faire pour ne pas transposer mes peurs sur mon fils? merci à vous de m’aider

    Réponse

    Ce n’est pas à vous de gérer le comportement de votre fils en classe, laissez le maître s’en occuper. S’il vous en parle, remerciez-le de faire ce qu’il peut et dites-lui qu’il est très gentil à la maison. N’hésitez pas à consulter à la PMI, les équipes vous aideront. Arrêtez de lui mettre la pression avec son père et les mauvais garçons, vous avez un bon petit garçon.  La délinquance n’est pas héréditaire, mais si vous continuez de lui faire peur avec çà, il se croira obligé de jouer le rôle!

    //
  • Question
    Je viens vers vous parce que je suis maman d’un garçon de huit ans et il a une question très prisses c’est-à-dire tous ses derniers moi il me demande pourquoi son zizi devient dur à n’importe quel moment maman?
    Alors parce que je lui avais expliqué que lorsqu’un garçon se douche  se lave, avec le contact de l’eau il a souvent le zizi qui devient dur, lorsqu‘un garçon se réveille surtout le matin il a le zizi qui est dur et il on envie de faire pipi lorsqu’un garçon jouet avec son zizi lorsqu’il est tout seul dans sa chambre son zizi devient dure, lorsque son zizi se frotte à ses vêtements son zizi devient dur aussi. Enfin vous voyez j’essaye comme je peux lui expliquer les raisons qui font que son zizi se gonfle ce n’est pas du tout facile pour moi car n’ayant pas de père avec lui il cherche à comprendre.
    En espérant que vous puissiez m’aider je vous dit à bientôt .
    Réponse

    Je pense qu’il a très bien compris pourquoi son zizi devaient dur: pour permettre plus tard la procréation, et qu’ainsi en fait, il pose la question de son père. C’est difficile à dire pour une maman, elle croit avoir tout dit… mais la question revient. Il faudrait aller déjà raconter votre histoire à une psychologue, qui vous recevra ensuite tous les deux, puis lui seul…

    //
  • Question

    je suis papa de deux enfant , un petit garçon de 22 mois et une petite fille de 2 mois.
    La naissance et la grossesse de ma compagne ont bien sur été un chamboulement pour notre petit gars, mais avec des temps  de dialogue et du temps pour lui les passages difficiles n’ont pas durés.
    Malgré tout depuis peu il nous tape, se confronte à cette interdiction. Dialogue échange limites sont fixées, sans punition ni violence. Mais depuis 2 jours il frappe sa petite soeur, que pourtant il adore. Nous l’avons puni pour la première fois aujourd’hui par une mise en retrait, puis dans un deuxième temps d’une réexplication des règles de la maison. La punition n’est pas arrivée dès sa première tentative.
    Notre petit garçon est espiègle, très intelligent (décrit très en avance par tous les professionnels s’en occupant) et un vrai rayon de soleil mais ses comportements agressifs nous font peur.

    Réponse

    A 2 mois, on peut mettre le bébé à distance. Ne lui demandez pas de lui faire des bisous: ni tapes ni bisous, les bébés n’aiment pas qu’on les touche. Chansons ou marionnettes. Occupez votre grand très éveillé, il s’ennuie vite… Heureusement qu’il a un papa si attentif! Dolto disait que c’est au moment du bébé que le papa prend toute sa place avec le grand!

    //
  • Question

    Je vous écris car je suis désemparée. J’ ai une petite fille de bientôt 4 ans qui est très mature. Elle a su parler tôt en employant un vocabulaire adapté. Ses réactions au monde qui l’ entoure ressemblent plus à celle d’une petite fille de  7/8 ans. Elle adore l’ école, y a beaucoup de copains et copines avec de très bons “résultats” (malgré un début de 1ère année “difficile” où elle est restée mutique face à la maîtresse pendant plusieurs mois.) Elle est réfléchie sur beaucoup de sujets mais parfois sans savoir pourquoi elle est intolérante à la frustration, comme beaucoup d’ enfants de son âge d’ accord mais réellement elle “pète les plombs” . Pour pallier aux réactions trop violentes de sa part (cris stridents insupportables, vilains gestes mimant le fait de nous taper son père et moi) nous avons beaucoup discuté avec elle et elle a vraiment fait des efforts de ce côté là. Mais 2 choses posent réellement problème:
    – elle refuse de faire ses selles aux toilettes et demande systématiquement la couche.. nous n’ insistons plus mais elle va avoir 4 ans dans 3 mois et cette situation ne nous semble pas normale.
    – elle est souvent exécrable avec son père et ce depuis toute petite. Elle fait des efforts c’ est vrai mais a tout de même mis une claque sur le visage de son père ce matin…. elle a été punie (après l’ avoir prévenue plusieurs fois de la punition qui allait tomber nous l’ avons mise en place: pas de déguisement pour aller à l’ école ce matin pour le carnaval, le déguisement est un symbole de fête nous ne pouvions pas faire comme si rien ne c’ était passé, ce n’ était pas du tout la fête ce matin…). Elle a mis en place une stratégie de défense me disant qu’elle ferait semblant d’ être déguisée et oui c’ est beau d’ avoir de l’ imagination… bien qu’ elle ait fait beaucoup moins la maline en arrivant à l’ école. J’ avoue que ça a été dur pour moi aussi… elle m’ a dit aussi qu’elle allait partir de la maison mais en souriant. Un exemple qui montre l’ aplomb ou l’ impertinence de notre fille.
    Ce qui me fait mal c’ est son attitude vis à vis de son père. Elle est parfois adorable avec lui et parfois très très dure. Elle lui a déjà dit en hurlant, plein de haine dans les yeux qu’ elle ne voulait plus jamais le voir! C’ est très dur je ne comprends pas pourquoi. Il est présent, attentif, attentionné et sait parfaitement fixer les limites. Il n’ est pas plus ou moins présent que moi à la maison. Elle ne s’ est jamais permis de méchancetés vis à vis de moi. Au contraire elle est très fusionnelle, son amour pour moi est je trouve encore très “bestiale, viscérale”.
    Nous avons tout tenté, montrer que nous ne sommes pas touchés, lui imposer de dire bonjour à son père ou qu’il s’ occupe d’ elle, les explications… rien y fait malgré une amélioration.
    Que faire?

    Réponse

    Les enfants précoces sont à la fois passionnants mais tellement sensibles! Elle en veut surement à son père d’être aussi votre amoureux, elle doit être bien plus gentille quand elle est seule avec lui. Il faudrait que vous vous répartissiez les moments avec papa ou avec maman, pas en trio, quand c’est possible. Ne la forcez pas à dire bonjour ou autre démonstration avec son père car elle préfère la distance qui lui est nécessaire pour régler son Oedipe. Vous irez peut-être besoin qu’une psychologue l’aide à trouver sa juste place…

     

    //
  • Question
    je suis la maman de 2 garçons : l’aîné (3 ans fin décembre) et le bébé (3 mois fon novembre). Depuis la naissance de son frère, mais même avant, l’aîné n’arrête pas de repeter papa s’en va….alors qu’il adore jouer avec lui, faire la cuisine….ce matin, il s’est levé en pleurant et disant cela. Nous en sommes tres attristés et cela est de plus en plus dur à supporter pour nous, d’autant que mon mari et moi sommes amoureux. Mon mari travaille beaucoup….

    qu’en pensez vous et que faire?

    je précise que le grand ne veut pas faire pipi caca dans le pot et prefere garder sa couche parfois il ne veut même pas enlever le caca de sa couche.

     

    Réponse

    Il est classique dans cette configuration: âge, 2ème bébé, parents très amoureux… que l’aîné en veuille au papa de lui avoir “fait ce coup là”! un bébé à maman! quelle trahison! c’est l’entrée dans le complexe d’Oedipe. N’insistez plus, dites avec bienveillance que papa le comprend et va s’occuper de tout ce qu’il a à faire: préparer le petit déjeuner,  travailler sur son ordi… Papa peut le soir commencer des constructions sans lui demander de venir, n’en faites pas un enjeu. Et si cela ne passe pas rapidement, allez avec l’enfant parler en entretien psychologique.

    //
  • Question

    Ma fille a 20 mois. C’est une enfant joyeuse, degourdie, et indépendante. A noter que je travaille, que j’ai fait des déplacaments professonnels jusque 2 semaines, sans que cela ne pose problème. Elle ne parait pas particulièrement “fusionnelle”.SAUF, et c’est là que je sollicite votre aide, pour le coucher, où elle refuse en bloc son père. Elle hurle et pleure longuement, allant jusqu’à se faire vomir. Elle a toujours fait cela,  dès toute petite, à mon grand desepoir! Après quelques mois, il a pu la coucher sereinement en mon absence (je fais des horaires postés et il la couche donc quand je rentre tard), mais seulement en mon absence. Par contre dès que je suis présente, c’est l’enfer si c’est papa qui fait le coucher.
    Et j’avoue qu’après 20 mois de coucher systématique, je sature un peu, et aimerait bien avoir un relai.
    Son père est patient et doux. Il a enduré des heures de pleurs avec elle, en gardant sang-froid et philosophie, alors qu’il m’arrivait de pleurer, ne comprenant pas cette situation!

    Je viens de changer de travail, et je rentre donc tous les soirs. Aussi, pour moi plus question de la coucher TOUS les soirs! Nous avons essayé ce soir, après avoir bien expliqué, que ce soit papa qui la couche. Elle a pleuré par intermittence pendant presque un heure, en m’appelant! L’horreur!
    Nous avons bien pensé la coucher à deux, et elle accepte, mais l’idée et de “libérer” un des deux parents, qui peut faire d’autres choses pendant ce temps.

    Réponse
    Cette petite fille a déjà été bien courageuse, entre ses reflux, les départs et retours de maman à horaires variables, elle est encore toute petite! A décider qu’elle devait absolument savoir s’endormir sans maman, vous vous mettez la pression et c’est encore plus fatigant pour tout le monde! Beaucoup de mamans mettent un lit d’appoint à côté du sien, lui donnent une tétée d’endormissement puis reprennent leur liberté de vaquer. Le père en profite pour faire autre chose, par contre, comme il est très gentil, il joue pour vous laisser reposer quand c’est un moment de jeu. Pour le couple, la bonne idée serait une Mamie, par ex, qui vienne la chercher le dimanche à 9h avec croissants et journaux, pour vous la ramener à 13h. Ouf! Grasse mat!
    //
  • Question

    Depuis 3 semaines, sans que je ne sache pourquoi, A. ne veut plus que moi pour le coucher. On fait la première partie du rituel à trois ( biberon à ses poupées, puis dodo dans leur lit, dans le “coin jeu” du salon), mais dès que je la prends au bras pour aller dans sa chambre, elle refuse de faire le moindre câlin à son père (par contre elle lui envoie des baisers). Si j’essaie de la lui confier pour le coucher, elle s’accroche à moi en pleurant. Je l’emmène doucement dans sa chambre, on allume, on met la turbulette, on éteint. Dès que j’éteins, elle pleurniche “Papa ?” Alors, je lui dis qu’il est là, qu’il veille sur elle, qu’elle le verra demain, qu’elle a le droit d’aller au dodo avec lui, qu’il suffit de le dire. Elle se calme, écoute les chansons que je lui chante, et s’endort seule sans problème. J’ai essayé une fois de le faire venir pour un dernier bisou, elle s’est mise à hurler…
    Je ne veux pas brusquer ma fille, surtout qu’à part ça, elle a l’air assez contente d’aller au lit. Mais je comprends pas ce qui se passe dans sa tête, et cela me peine beaucoup pour mon mari qui adorait ce moment seul avec sa fille…
    Auriez-vous un éclairage à m’apporter ?

    Réponse

    C’est l’âge du complexe d’Oedipe: la petite fille cherche sa place entre Papa et maman, elle en veut à son père de lui préférer maman, au point d’avoir fait un bébé avec elle. Peut-être même devinne-t-elle avec l’intelligence émotionnelle propre à cet âge, que, la nuit venue, ses parents pourraient bientôt faire un 2ème bébé… Alors, elle adore son papa, tout en se protégeant du trop d’amour qu’elle a pour lui. Il doit la rassurer qu’il l’aime, et garder sa distance pour le coucher, car ses câlins, la petite a raison, c’est pour sa femme!

    //
  • Question

    Après avoir lu pas mal de questions, réponses sur votre site, je me rends bien compte que les parents ont tous les mêmes problèmes mais nos petits sont tous uniques, alors on a besoin de réponse unique.
    je fais appel à vous car même avec vos livres et nos principes d’autorités sans violence, je ne sais plus trop comment me sortir d’un problème installé depuis longtemps maintenant.
    J’ai deux filles, 5 ans et 2ans et demi. La plus jeune vit très mal la séparation d’avec sa maman, pleure tous les matins chez la nounou chez qui elle est pourtant très bien et elle ne passe pas une nuit sans se réveiller et sans finir dans notre lit.
    Elle veut venir dormir avec maman, elle le dit très bien. Mon conjoint me met la pression pour que ça s’arrette. Au mois de Février, j’ai fini par expliquer à ma fille qu’elle était grande maintenant et qu’il fallait qu’elle dorme dans son lit. Nous avons réamenager la chambre pour qu’elle dorme à coté de sa soeur qui avant était sur une mezzanine pour qu’elle se sente moins seule, rien n’y a fait. j’ai passé un mois à me lever toute les nuits parfois toutes les 10 minutes pour lui tenir la main et qu’elle se rendorme dans son lit. J’ai fini par craquer épuisée au bout de 3 semaines, je l’ai laissé pleurée vers 5 h du matin après mettre levée six fois dans la nuit, résultat elle a réveillé toute la famille. Du coup j’ai refait marche arrière et quand elle se lève je la laisse de nouveau s’installer près de moi. Ce n’est pas très cohérent, j’en suis consciente. Actuellement le soir je reste à côté d’elle et lui donne la main pour qu’elle s’endorme mais elle se réveille toujours au milieu de la nuit. Dans vos propositions glanées ici et là, un lit à côté d’elle pour qu’elle perde l’habitude de se réveiller, j’ai tenté un matelas à côté mais elle veut quand même descendre de son lit pour venir avec moi. Il a fallu que j’insite pour qu’elle reste dans son lit en disant que j’allais lui donner la main. Comment l’aider à dépasser sa peur de la séparation, je crains l’entrée à l’école en septembre. Dois je consulter une psychologue, mon pédiatre me dit que pour son problème de sommeil, je n’ai qu’à décider que c’est fini et tenir le cap sans céder pendant 21 jours. Je déteste les rapports de force. Je sens bien qu’on me taxe de laxisme, même mon conjoint qui me reproche de me faire marcher dessus !! Bref j’ai le sentiment d’être prisonnière d’une situation inextricable. Merci pour votre aide et votre réponse. J’ai vu que vous aviez un cabinet sur Paris, prenez vous de nouvelles consultations ?

    Réponse

    Oui, la lecture des questions/réponses permet de se sentir moins seule avec des situations tellement fréquentes! La meilleure solution actuellement ne serait-elle pas qu’en effet, vous mettiez un lit d’appoint dans sa chambre, en essayant 2 nuances:
    – c’est Papa qui s’allonge à côté d’elle pour l’endormissement et y retourne en cas de réveil nocturne. Parce que Papa ne veut pas que maman soit crevée, il est l’amoureux de maman, qui la protège.
    – et par contre la laisser s’allonger elle-même sur ce lit d’appoint et non l’obliger à rester dans son petit lit.
    Et le papa le fait sans s’énerver pendant 3 semaines, comme a proposé votre pédiatre.
    En effet, si tout cela ne marche pas, nous pourrons vous conseiller une psychologue, démarche assez efficace dans ces problématiques?

    //
  • Question

    Dans un mois nous prévoyons avec mon conjoint de sortir au restaurant pour fêter notre anniversaire de mariage. Je suis à la fois contente et stressée car ce sera la première fois que je fais garder notre fille de 3 mois (elle en aura 4 lors de notre sortie), allaitée exclusivement et à la demande depuis sa naissance.
    Les soirées sont encore chaotiques: à partir de 19h, plusieurs mises au sein, quelques moments d’éveil, plusieurs siestes de quelques minutes sont nécessaires avant qu’elle ne s’endorme vers 22h30.
    Comment peut-on la faire garder une soirée dans ces conditions là, pour que je sois sûre que tout se passe bien? J’avais pensé l’allaiter juste avant de partir au restaurant et juste après notre retour mais j’ai très peur qu’elle pleure si elle n’a pas les petites tétées fréquentes du soir, et que ma mère qui la garde soit désemparée et ne sache pas la consoler.
    Je ne lui ai jamais donné de tétine, mais peut-être que pour cette soirée là il faudrait que j’y pense? Je n’ai encore jamais tiré mon lait pour le donner au biberon, mais peut-être est-ce la solution? J’ai même pensé à ce que nous allions au restaurant au déjeuner plutôt qu’au dîner, mais cette solution ne convient pas vraiment à mon mari.

    Bref, je culpabilise et j’anticipe toutes ces angoisses pour essayer de passer une bonne soirée dans un mois. Pourriez-vous me guider pour que cette première séparation de deux heures se fasse en douceur?

    Réponse

    Et si votre mari se disait que votre plus beau cadeau d’anniversaire de mariage, ce serait un dîner aux chandelles à la maison, servi par un traiteur pour que vous n’ayez rien à préparé, et votre bébé à tous deux au sein autant que de besoin? Vous avez 50 ans pour dîner ce soir là dehors, au moins…

    //
  • Question

    je rencontre à nouveau des difficultés avec mon fils de 2 ans et demi en garde alternée. Il se réveille plus tôt chez moi que chez son père, mais bon, passons… Depuis plusieurs semaines, et malgré vos conseils et vos livres, je me heurte à un petit garçon “qui veut papa”, dès que je dis non. Je n’ai même pas le temps de le divertir sur autre chose, (Non Loic, pas un 2ème yaourt, regarde, il y a de jolies clémentines… par ex) .
    Le mot NON de ma bouche dérive toujours sur “Je veux papa”… je soufre d’insomnies (+ réveils matinaux de mon fils) depuis qques semaines, et cette obstination que je ne peux canaliser me mets dans tous mes états, je suis moins patiente, m’énerve bcp plus… la dérive de son comportement m’a affecté fortement.
    Et dernièrement, il a demandé son père toute la semaine avec moi, et désespérée en larmes, je lui ai dit, en abaissant une photo de lui et moi, qu’il pouvait rester chez papa s’il le désirait puisqu’avec maman, il n’était pas heureux. Il a hésité entre oui, non,… Bref le soir chez son père il a pleuré sur le retour de la crèche et dans la nuit en hurlant “pas maman, je ne veux pas maman”… Je suis effondrée et par-dessus le marché, son père est sûr qu’il se passe qque chose de grave chez moi, il m’enfonce en pensant que je suis une torsionniare à son insu, et je sais qu’il sera prêt à me priver de mon fils dès la moindre occasion, prétextant que je suis une mauvaise mère. J’ai évidemment regretté mes paroles au point de pleurer toute une matinée. Je pense qu’il sens mon mal-être mais le papa ne le voit pas de cet oeil. Nous avons rdv chez la psycholoque, mais je suis inquiète de l’image que mon fils se fait de moi. J’ai une mauvaise passe et je ne sais pas comment m’en sortir. Pourquoi désire-t-il tant son père? A l’inverse, il ne me réclame jamais chez son papa… Merci beaucoup, aidez-moi svp, une maman en sursis…

    Réponse

    En effet, si vous prenez les dires de ce tout petit bout au premier degré, vous devez être très triste! Vous avez bien fait de demander rendez-vous avec une psychologue. Elle va retrouver ce qui donne une connotation aussi bouleversante dans votre trio maman-bébé et papa. En aucun cas, l’enfant ne devrait sentir qu’il est en choix de son parent sous prétexte qu’ils sont séparés, mais en aucun cas aussi, il faut laisser sans écoute ses demandes lancinantes. J’espère donc que le rendez-vous avec la psychologue vous apportera des clés vers plus de sérénité pour ce petit choux, et donc pour vous

    //
  • Question

    Je viens de commander votre livre “il est où mon papa” mais j’ai une question en attendant de pouvoir le lire.
    Je viens de me séparer du père de ma fille. Ma fille a trois ans et malheureusement une grande distance nous sépare de son père à présent. Je mets tout en place pour qu’ils puissent se voir régulièrement soit pour le moment une semaine par mois. Ensuite ce sera le rythme scolaire qui interviendra. Nous faisons des visions skype de façon à ce qu’elle puisse voir son père. Mais voilà, ma fille se réveille chaque nuit en pleurant et pendant un bon moment. J’arrive à la tranquilliser, mais son père lui manque beaucoup et son ancienne maison aussi. Que puis je faire, je suis très préoccupée et me sens très coupable.
    Je vous remercie pour votre réponse.

    Réponse

    Je vous comprends, cela vous sert le coeur. Parce que vous avez du non seulement vous séparer de son papa, mais aussi de sa maison… Peut-être aussi son père n’était-il pas d’accord pour la séparation, et c’est le chagrin de son père qu’elle exprime… Or lorsque vous vous êtes aimés au point d’avoir un enfant, vous non plus ne souhaitez surement pas en venir à la vie séparer. Simplement, vous étiez rendue au bout du chemin et pas lui? Il faut dire à votre enfant que maman aussi est triste d’avoir su se séparer de papa et de la maison. Heureusement, “papa et moi, nous allons rester des amis”. Vous trouverez beaucoup d’aide dans mon livre. Est-ce que le papa va garder la maison?

    //
  • Question

    Mon fils de deux ans est un petit garçon formidable. Il est très éveillé, curieux, vif, aimes les histoires, commence à bien parler, veut s’habiller seul, apprend la propreté, etc.
    Je l’allaite encore avec plaisir le matin au réveil, pour un câlin, le soir pour s’endormir, la nuit pour l’apaiser.
    Autour de moi, on souhaiterait que je sèvre mon fils, pour qu’il acquiert plus d’autonomie, notamment pour s’endormir. Avec maman, il tète, je lui retire le sein, puis s’endort tranquillement. Avec une tierce personne, il boit son biberon mais souhaite une main rassurante posée sur lui.

    Aussi, c’est un petit dormeur. Il se réveille presque chaque nuit, et j’ai, en ce moment, beaucoup de mal à le rendormir. Il dort environ de 20h30h à 4h30. Puis se lève quasi prêt à démarrer une nouvelle journée. Je ne sais trop que faire. Je m’allonge auprès de lui jusqu’à ce qu’il se rendorme. On me dit que si je n’avais pas répondu à ses appels nocturnes étant bébé, il n’aurait pas ce problème en ce moment car il aurait appris à se régler seul.

    Je pense, que doucement, il va falloir que je le sèvre. Mais si c’est dur pour lui, ça l’est aussi pour moi. Nous adorons ce moment de complicité. Ce qui ne plaît pas forcément à tout le monde. Notamment à mon compagnon qui pense que j’infantilise mon garçon, que je le couve trop, que je suis trop mère-poule, que ma vie ne tourne qu’autour de mon fils. Des remarques que je trouve injustes car tout cela, je le fais avec bonheur, toujours émerveillée par les progrès de ce petit garçon !

    Réponse

    Les idées fausses que l’on répand autour des papas sont une entrave au bon développement de leurs enfants et à l’harmonie du couple, bien plus que les tétées de l’enfant! Grâce à son endormissement de bonne heure, vous avez une soirée tranquille! C’est déjà çà. Si vous luttez pour le sevrer, il faudra réussir à l’endormir et le rendormir, ce sera peut-être plus compliqué. C’est pourquoi il faut de meilleures raisons! Vouloir une deuxième enfant?

    //
  • Question

    Je me permets de vous contacter car mon bébé de 17 mois ne dit que “papa”. Il n’est pas encore très avancé dans le langage car c’est le seul mot qu’il prononce, le reste du temps il s’exprime par des syllabes autres et en montrant du doigt. A vrai dire ce qui m’inquiète un peu et m’attriste c’est le fait qu’il appelle toujours son papa et pas moi. On dirait qu’il est plus heureux d’être avec son papa et je le vis un peu difficilement. J’imagine que je ne devrais pas et que cela peut être normal étant donné qu’il ne prononce pas vraiment de mots pour l’instant. Peut-être est-il fier de dire “papa” étant donné que c’est le seul mot qu’il parvient à prononcer pour le moment?

    Juste quelques précisions, je le garde moi-même mais il va à la halte-garderie 3 matinées par semaines. Je suis actuellement enceinte de 5 mois et ayant de nombreuses contractions, je suis obligée de m’allonger souvent et de ce fait de moins m’occuper de lui. Son papa se rend plus disponible du coup et ma mère vient en fin de semaine s’occuper de lui, bref nous avons dû repenser notre organisation familiale ces derniers temps ; je suis toujours aussi présente à la maison mais je ne peux pas trop le porter ni sortir avec lui malheureusement.

    J’imagine que je me fais certainement du souci pour rien, peut-être est-ce le fait d’être enceinte aussi et le fait que cette grossesse ne se passe pas au mieux…je ne sais pas…Je m’en veux d’éprouver parfois ce sentiment de “jalousie” qui n’est certainement pas sain et j’aurais voulu avoir votre avis de pédiatre et de mère à ce sujet si toutefois vous avez le temps de me répondre.

    Réponse

    On peut comprendre votre sentiment: vous avez porté cet enfant pendant 9 mois, vous l’avez mis au monde et l’on sait l’épreuve que cela représente, vous vous êtes occupée de lui quasiment à plein temps, c’est épuisant… et maintenant son premier mot, c’est “Papa!” Eh bien, c’est normal, et même encourageant! Il n’a pas besoin de vous appelez puisque vous êtes là, par définition, à la maison, au bout de sa main, et maintenant bloquée par la grossesse. Vous êtes sa “base affective de sécurité”. Par contre Papa, il faut l’appeler, parce qu’il part et revient. Heureusement, il est disponible, joueur, à cet âge où il faut jouer pour comprendre le monde. La grossesse, c’est le moment où le père prend sa place et l’enfant a besoin de cette Stéréo. Ne vous bousculez pas, votre aîné vous ménage instinctivement, en disant Papa, remerciez-les tous les deux.

    Edwige Antier, pédiatre,
    vous invite à cliquer pour signer la pétition qui abolit les châtiments corporels infligés aux enfants.
    Edwige ANTIER
    Pédiatre
    Mail : edwigeantier@me.com
    Site : www.edwigeantier.fr
    fb : www.facebook.com/EdwigeAntierofficiel

    //
  • Question
    Bonjour, je viens à vous afin d’obtenir quelques conseils. Mon fils de 20 mois fait des colères jusqu’au spasmes du sanglot. Il nous a fait très peur la fois où il s’estcompletment evanoui. Depuis je panique à lidée qu’il fasse une colère… Depuis peu il refuse totalement qu’on l’habille.Celà devient compliqué et j’ai l’impression de le torturer lorsque je l’habille et celà me fait mal au coeur de le forcer. Par ailleurs depuis l’entrèe en crèche à 12 mois , il ne fait plus ses nuits, ne sendort plus dans lit mais uniquement à coté de son père dans notre lit. Il a tendance aussi à me repousser , en presence de son père …alors que lorsque nous sommes tous les 2 tout se passe bien. Pourriez vous nous venir en aide. Par avance merci,
    Réponse

    Je comprends votre désarroi mais votre médecin a pu vous rassurer sur la non-dangerosité du “spasme de sanglot”. Ce petit est très sensible et sait dire ce qui est difficile pour lui:

    être contraint dans ses mouvements de petit explorateur le matin, et devoir se faire mettre une couche (pas couché, j’espère?), un body avec enfilage de la tête, des bras, boutonnage dans l’entre jambes, un sous-pull (à col roulé peut-être!) qui passe par la tête en l’empêchant de retirer quelques secondes, un gros pull, gênant les bras, il doit cesser de courir pour que vous enfiliez sur chaque petite jambe le collant, puis le pantalon, continuez de retenir son élan pour fermer la taille, et quand, enfin il pourrait retourner à ses explorations, non, non, non, il faut enfiler les chaussures, sans se tromper de pied, en entrant le petit talon, à droite, à gauche… puis il faudra chercher la cagoule, la doudoune, encore enfiler un bras déjà engoncé dans le pull, l’autre bras. Et là… Vous ne trouvez plus votre portable ou vos clés… Il a chaud, il voulait jouer avec son camion sans piles, il n’a pas envie d’aller se faire attacher (encore!) dans la poussette ou la voiture pour ne plus vous voir de la journée… Lui qui a été conçu par Adam et Eve tout nus pour jouer tout nu au soleil avec les cailloux devant sa case où le contemple sa famille… Alors, vous comprenez pourquoi il s’énerve? Biens sûr, nous vivons dans le froid, il faut aller à la crèche, vous êtes fatiguée, pressée, contrariée… Donc en plus vous criez, avec votre visage fâché et excédé.
    Beaucoup de tout-petits vivent cet habillage du matin et ne font pas de colères? Non, presque tous les parents connaissent cette difficulté. Les enfants qui protestent jusqu’au spasme du sanglot sont les plus sensibles, souvent les plus précoces. 
    Maintenant que vous réalisez (c’est valable pour beaucoup de situations) vous allez mieux vous y prendre: habillage doux, simplifié, par étapes, en jouant, devant un petit DVD, manteau mis dans le hall de l’immeuble, quand la sensation de froid donne envie de se couvrir, avec un petit jouet dans la main pour s’intéresser à vivre et découvrir…
    Il veut Papa? Tant mieux! Cela ne remet pas son amour pour vous en question. laissez papa s’en occuper quand vous avez besoin de vous détendre, un bon magazine et les batteries sont rechargées!
    Les mamans sont les héros du siècle!
    //
  • Question

    Bonjour docteur, j’essaie de faire dormir mon bébé dans son lit car, quand je vais reprendre mon travail, le papa – qui bouge beaucoup – ne pourra dormir avec lui (pour sa sécurité). Seulement, quand je le dépose en journée, il se réveille automatiquement.

    Le soir, il dort plus profondément en début de nuit. Mais, arrivé vers 3h30 jusqu’à 06h30, il bouge dans tous les sens, je le prends dans mes bras, lui donne le sein, et on se recouche. Si je me lève, il sent mon absence et se réveille dans les 5 minutes. À mes côtés, il  dort paisiblement. Mais le papa ne pourra pas faire pareil. Alors comment faire? De plus, mon petit bébé qui a 7 mois, tête environ toutes les deux heures. Je continue à lui donner à la demande pour manger/boire, le réconforter et l’endormir. Dois je continuer ainsi, ou réduire les tétés?

    Veuillez excuser ce message un peut long. Mais voyant l’échéance de mon congé parental arriver, je m’inquiète de son bien être futur, et me demande si mes choix sont bons. L’entourage ne comprend pas mes choix et m’encourage à revoir cela. 
    Réponse

    Votre bébé a besoin de se rassurer quand son sommeil devient léger, entre deux cycles, et rien n’est plus rassurant que le sein et le contact avec sa maman. Pourquoi imaginer de lui supprimer cette sécurité affective quand déjà, avec la reprise du travail, il va devoir être séparé la journée, confié à d’autres personnes, s’habituer à ne pas vous avoir le jour? Retrouver sa maman et le sein sera alors apaisant pour lui… pour vous et pour le papa!

    Et comme il va manger de mieux en mieux à la cuiller, il aura spontanément moins  besoin de téter. Mais faite les choses en douceur…
    //
  • Question

    Je m’excuse de vous importuner mais je n’en peux plu! Ma fille a 26 mois exactement, elle ne veut rien de moi. Je suis dans la phase du non; je l’ai bien compris et essaye de tout lui expliquer, de lui donner un cadre, de la guider au jour le jour. Mais avec moi, elle ne veut plus rien faire et ça fait 2 jours qu’elle ne mange plus rien. Et la psychologue de la crèche m’a prévenu que ça faisait bien 15 jours qu’elle était en plein oedipe.

    Je ne sais plus comment réagir à ces tests. Pourriez vous m’aider s’il vous plaît?

    Réponse

    Je comprends que vous avez une petite fille très courageuse pour essayer de se faire comprendre. Vous essayez de suivre un “cadre” (vous n’avez jamais lu ce mot de ma part! mais tant de gens l’emploient à tort et à travers…).

    Lisez bien ceci:
    - à 26 mois, on est encore tout petit. On n’a pas la façon de penser adulte. On a besoin d’être encouragée pour découvrir le monde dont on doit comprendre les codes très compliqués pour les 100 ans qu’on aura à vivre! Pour cela on a besoin de la bienveillance des personnes dont on dépend tellement: maman et papa!
    - Sachez que, de toute façon, rien n’est plus important, pour tout enfant, que sa maman, pour la vie. Simplement, comme je pense que vous essayez d’appliquer des règles, de l’autorité, trop tôt, elle stresse et préfère en ce moment la relation avec son papa, sans doute plus compréhensif. Si elle se comporte mieux avec son père, tant mieux, cela vous laisse souffler. 
    Admirez votre petite, n’essayez plus de lui donner un “cadre”, c’est le travail des éducatrices et de la crèche. Vous, vous êtes une maman. Cool!
    //
  • Question

    Ma petite fille à eu 2 ans en dec dernier, elle est adorable, très obéissante, parle très bien et bcp ! Elle a sa chambre mais ne dort pas dans son lit. Je souhaite l’y intégrée car son pédiatre m’a formellement mise en garde et m’a dit: “quitte à dormir au sol à côté de son lit, il faut qu’elle dorme dans son lit!” Son père ne veut pas se partager la tâche, ni de rien d’ailleurs. De 8 à 18 mois, elle se réveillait la nuit et je la rassurais. mais au bout de la 3e 4e fois, ayant repris mes études, j’étais fatiguée et je la prenais avec moi dans mon lit. Son père, ne voulant pas être dérangé, est parti s’installer sur le canapé. Que dois-je faire? Les autres mamans hallucinent qd j’en parle. Aussi, elle ne va pas au pot, dois-je l’inciter, l’obliger 3 fois par jour à s’y assoir, la mettre en culotte ? Ma relation avec son père est quasiment nulle, il ne fait rien et j’en suis très triste.
    Merci de vos précieux conseils.

    Réponse

    Il y a plusieurs points dans votre histoire:

    - votre petite fille est très éveillée, c’est le résultat de toute l’attention que vous lui avez portée depuis 2 ans, que du bonheur pour l’avenir, bravo!
    - elle a 2 ans, cet âge que les anglais appelle “terrible twos”, un âge très curieux, prenant, fatigant pour l’adulte, mais fondateur pour son avenir. Donc elle fait son travail d’enfant, mais c’est normal que vous soyez épuisée…
    - Elle a besoin de présence la nuit, comme tous les petits asiatiques dans leur paillote, les africains dans leur case, les esquimaux dans leurs igloo, qui deviennent des gens très bien et très autonomes ensuite!
    - Votre pédiatre a raison, mieux vaut aller dormir prés d’elle que la laisser venir dans le lit conjugal. Mettez un lit d’appoint dans sa chambre et laissez le lit aux parents.
    - Les autres mamans adorent “halluciner”, mais ce problème de sommeil existent chez 80% des enfants entre 1 et 3 ans! Ce qui se passe la nuit chez vous, c’est votre vie privée, cela ne regarde pas les copines, dont les enfants sont peut-être moins éveillés…
    - On ne peut pas éduquer au pot en hiver, vous allez la braquer, attendez l’été et même l’été prochain… Lisez mon livre “mon bébé devient propre”.
    - Le papa “ne fait rien”. Sans doute ne se rend-il pas compte que vous êtes épuisée. Cependant, il est là… Il ne réalise pas que vous risquez d’entrer en dépression par fatigue. Vous pourriez aller consulter à la PMI de votre ville, où vous trouverez une psychologue prête à vous aider tous les deux? C’est mieux que de se séparer!
    Soyez fière de vous, vous êtes biens débrouillée avec une petite bien éveillée!
    //
  • Question

    Cher Docteur,
    J’ai peur que mon couple ne se brise. Nous avons un magnifique petit garçon de 14 mois. Il est dynamique, curieux, très joueur, très sensible aussi. Je suis une maman très “fusionnelle”, “un peu trop” me dit-on. Il ne va pas à la crèche. Mais voilà,  rien ne va plus. Son père trouve que je lui laisse passer trop de choses. Je l’entends souvent lui dire “tu es capricieux, tu pleures pour rien, arrête un peu de chouiner…”. Je n’aime pas ça du tout ! Il n’apprécie pas vraiment que je l’allaite encore. De plus, mon petit se réveille souvent la nuit. Il est d’avis que si je n’avais pas répondu à ses appels dès le début, il passerait ses nuits aujourd’hui. Je ne peux me résoudre à le laisser pleurer. Il ne trouve pas sa place de père. Il n’a pas été très “investi” à la naissance du bébé car un peu démuni. Il a préféré me laisser faire alors j’ai tout pris en main. J’ai beaucoup lu vos ouvrages plutôt que de céder aux “bons” conseils des autres. Je me fie à mon instinct. Il souhaiterait une éducation “à l’ancienne” comme “99% des parents” dit-il. Je pense qu’il n’est pas forcément dans le vrai. Je m’en réfère à vos conseils, essaie de les lui faire entendre mais il ne veut rien savoir prétextant qu’il trouvera un avis tout à fait inverse dans d’autres livres. “Notre vie n’est pas normale” dit-il. Il est vrai que je me suis axée sur notre fils à 200% croyant bien faire mais nous sommes en train de nous perdre. Je culpabilise, je n’arrive plus à redevenir son amoureuse et je suis désespérée…

    Réponse

    Vous vivez un dilemme qui taraude bien des jeunes parents aujourd’hui:

    - d’un côté, vous, la maman vouez votre énergie à construire ce petit garçon (qui, de ce fait, doit être très éveillé et aura un potentiel qui facilitera ensuite la réussite scolaire et sociale – mais çà: on vous dira: “tu as de la chance!!
    - de l’autre côté, un papa qui entend les mots habituels dans notre société: “elle est fusionnelle”, “elle devient plus mère que femme” à un âge où les besoins de l’enfant sont en effet permanents… Il suffirait que ce papa aille faire un tout dans les pays scandinaves pour qu’il comprenne combien un couple reste soudé en partageant l’émerveillement devant les progrès incroyables d’un petit d’homme qui n’a que 14 mois; et en respectant ce que ressent la mère. 
    Qu’il ne se laisse pas influencer par les amis de bureau, les images de femmes-objet sur internet, mais regarde son enfant, comment il s’éveille, et il sera heureux de renoncer au rôle de “petit chef” pour devenir un vrai guide admiré par sa femme et son fils.
    Un conseil au printemps, si vous pouvez: faire venir le dimanche matin, après une tétée-câlin de réveil, une jeune fille ou une Mamie avec les croissants et les journaux, qui emmènera le petit au parc pendant que vous vous réveillerez doucement, chacun à son rythme, petit déjeuner tranquille, commérages sur Gala, l’un vaque à ses affaires, l’autre se rendort… et ainsi jusqu’à 13h, où revient le petit auquel alors on se consacre complètement. Vous trouverez cette “ordonnance ” dans “Elever mon enfant, aujourd’hui”, je l’appelle “mon ordonnance-complicité”!
    //
  • Question

    J’aurais bien aimé savoir comment un bébé de 3 mois ressent la séparation d’avec son père. Je souhaiterais faire les choses au mieux dès à présent pour que tout s’organise et ne lui porte pas préjudice. Pour l’instant j’ai “imposé” au père qu’il le voit chez ses parents et je reste avec le bébé. Sinon pour que le père puisse  l’avoir rien que pour lui, je lui est proposé et il a accepté de venir chez mes parents (ou je vis!) le samedi matin pour lui donner le bain et s’en occuper le temps que moi je m’échappe une ou deux heures… J’aimerais vraiment avoir vos lumières concernant le vécu côté enfant. Est-ce que je risque de perdre l’amour de mon enfant, s’il aimait plus son père?

    Réponse

    Ce qu’il ressent actuellement? Vos moments de tristesse, votre tension nerveuse quand papa est là. C’est parce que vous allez vivre une nouvelle vie tournée vers vos centres d’intérêt, un travail, vos amis, et de bons rapports avec le père, que bébé ira bien! 

    Vous parlez avec beaucoup de sincérité de vos sentiments, bien compréhensibles à ce moment de votre vie, après l’épreuve de l’abandon pendant la grossesse: ce qui lie la plupart des enfants de façon indéfectible à leur maman, c’est qu’ils se sentent compris et protégés par elle. Votre enfant vous sera toujours reconnaissant d’avoir préservé son lien avec son père, et de tout faire pour rester amis. Plus l’enfant est aimé, par maman, les mamies, le père… plus il a d’amour à donner, à maman, mamies, papa… Rassurez-vous!

    //
  • Question

    J’ai lu votre livre pendant ma grossesse, ça a été difficile de lire est surtout d’accepter que le père soit parti alors que j’étais enceinte, bien que l’on puisse penser le contraire en se disant que c’est une “crise” de peur de l’arrivée de l’enfant. Après… oui… justement j’ai bien retenu le fait qu’il ne fallait pas éclipser le père. Malgré les efforts que je fournis pour que tout se passe bien, ou en tous les cas que mon bébé voit son père et ne ressente pas d’animosité entre nous, je reconnais qu’il est très très difficile de ne pas se servir de l’enfant pour “punir”. En effet il serait très très tentant de lui dire “tu réagis comme ça? D’accord! Et bien je ne viendrai pas avec ton fils mercredi” par exemple…

     

    Réponse
    Pour vous, quel que soit le sentiment d’abandon que vous ressentiez par rapport au père, il faut vous projeter dans votre vie future, dans quelques années: mieux vaut avoir un enfant qui connait bien son père, un père devenu un ami pour vous, qu’un enfant que vous élèveriez seule, sans jamais de pause, et dont le père soit devenu un ennemi ou bien ne se soit pas attaché à son enfant. Le lien conservé avec le père et les grands-parents des 2 côtés, c’est du temps pour souffler (vous allez voir comme un enfant devient épuisant par ses immenses besoins et combien il faut s’entraider!). Ayant quelque respiration, pour le sport, pour un travail, pour des sorties ciné avec une amie (sans ressasser toujours votre histoire!), la vie va continuer, et le père sera d’autant plus amical que vous sourirez à d’autres domaines d’intérêt. Après, est-ce qu’il restera un ami pour la vie, est-ce qu’il reviendra vivre avec vous, est-ce qu’un autre amoureux vous attirera… Que sera sera… dit la chanson.

     

    //