Vos Questions / Mes Réponses


  •  
  • Sujet : hyperactivité

  • Question

    Notre fils de 8 ans n’a jamais passé une nuit au sec. Nous sommes passés par différentes phases: tentatives de dormir sans couche plusieurs nuits d’affilée mais trop de lessives à gérer et mauvais sommeil pour lui, calendrier mictionnel, homéopathie, naturopathie… et aujourd’hui nous essayons de lui exprimer toute notre confiance sur sa capacité à se retenir, quand le temps sera venu. Il y a des antécédents familiaux des 2 côtés et nous ne voulons surtout pas le culpabiliser.

    Sa petite soeur de 4 ans est propre la nuit depuis presque 2 mois. Nous avons essayé de la féliciter sans mettre son frere dans l’embarras mais je pense que c’est dur pour lui.

    La maitresse m’a également convoqué récemment et me conseille de faire des tests pour dépister un éventuel trouble du déficit de l’attention.

    Car il fait de gros efforts mais n’arrive manifestement pas à rester attentif et concentré en classe.

    Il est qualifié de rêveur par ses enseignants depuis toujours et c’est vrai qu’il faut souvent lui répéter les choses plusieurs fois avant qu’il ne réagisse…

    Ces différents comportements peuvent-ils être liés? Et si rien n’est finalement trouvé, comme l’aider au mieux?

    Réponse

    S’il n’a en effet jamais été propre plus d’un an la nuit, c’est une énurésie primaire, il a un sommeil trop profond et n’y peut rien. Laissez-lui des couches sans le rendre responsable. Il se peut qu’il ait un sommeil d’autant plus lourd qu’il est agité la journée, s’il est hyperactif, comme le suggèrent les enseignants? Il faudrait faire un bilan auprès d’un pédopsychiatre.

     

    //
  • Question
    Premièrement je tiens à vous remercier pour votre livre “éloge des mères” dont la lecture m’a beaucoup apaisée.
    Je lis en effet de temps à autres quelques livres sur les mères et leurs enfants car j’en ai grand besoin. Depuis sa naissance il y un peu plus de deux ans notre fils nous mène la vie dure en effet !
    Pour faire très court, il est depuis tout petit extrêmement tonique (et donc épuisant pour nous ses parents). J’ai l’intuition que ses soucis successifs n’ont pas aidé (naissance difficile,RGO sévère, il a été hospitalisé une semaine n’arrivant plus à se nourrir à deux mois, sortie des dents accompagnée d’otites continues, etc …tout se fait dans la douleur !) ; mais il s’oppose beaucoup à nous pour ne pas dire tout le temps, et bouge sans cesse, vraiment (il n’arrive que rarement à se poser deux minutes, et encore ces deux minutes sont un progrès) ; il ne s’assoit pas, n’a jamais fait de câlin,( il ne s’est jamais “calé” contre nous même bébé, nous repousse encore maintenant). Il a marché très tôt, en rejetant toujours la main qu’on lui proposait, escalade tout, court en fonçant dans les murs si l’on n’est pas dehors toute la journée. Il nous parle du matin au soir maintenant, (il s’exprime bien, mais parle tout le temps) ! Nous avons néanmoins l’impression qu’il progresse un peu puisqu’il est maintenant par exemple capable de parfois s’asseoir pour gribouiller, cela nous parait extraordinaire comme progrès, mais attention, pas plus de deux minutes et cela finit inexorablement en jeté de crayons à travers la pièce ! Il semble toujours vivre dans l’urgence, le besoin de crier, jeter, sauter cela nous stresse et nous fatigue beaucoup, nous, ses parents amoureux du calme ! Il semble plus calme à l’extérieur de la famille, surtout s’il est en compagnie d’autres enfants (chez la nounou par exemple). Auriez-vous un conseil à nous donner,cela vous semble t-il dans les limites du “normal” ?
    Une maman bien fatiguée.
    Réponse

    A cet âge, il y a une “hyperactivité” physiologique, qui peut désemparer des parents peu préparés aux “terrible twos”! Mais c’est d’autant plus transitoire que l’on ne s’énerve pas et que l’on reste patient. Faites-vous aider: mamie, marraine, garderie… si vraiment, cela n’est pas gérable, voyez avec son médecin. Mais cet enfant me semble très éveillé, aussi bien sur le plan langage que moteur, c’est super!

    //
  • Question
    Notre aîné a fait son entrée au cp en septembre dernier. Sa maîtresse nous dit qu’il a beaucoup de mal à se concentrer, à terminer son travail dans les temps, qu’il fait tomber ses affaires sans arrêt, mais que pourtant il est tout à fait capable de bien travailler quand il est concentré. En maternelle, on nous a souvent dit qu’il était dans la lune. Il est également très lent (traine souvent pour s’habiller, prendre le petit déjeuner, etc) et il faut toujours soit le faire pour lui, soit lui lancer le défit de « qui sera le 1er à… ». Il a parlé clairement très tôt, marché à 14 mois, est devenu propre du jour au lendemain de jour comme de nuit. Je suis en congé parental depuis le mois de septembre et en profite pour lui faire faire ses devoirs à la maison. Nous nous demandons s’il serait hyperactif avec des troubles de l’attention et s’il faudrait consulter. Sa pédiatre nous dit que les enfants de fin d’année (24/12/2006) ont souvent du mal le 1er trimestre, qu’il manque peut-être de maturité et que tout rentrera très vite dans l’ordre. Il manque également de confiance en soi, a peur de l’échec et me dit souvent que personne ne veut jouer avec lui, alors qu’il est pourtant très sociable. Nous lui répétons que nous avons confiance en lui, que c’est en se trompant que l’on apprend mais il nous arrive également de perdre patience et mettons aussi parfois cela sur l’arrivée du petit frère après 5 ans d’exclusivité. Que nous conseilleriez-vous pour l’aider au mieux ? Nous avons peur de ne pas réagir assez vite ? L’école peut-elle lui faire passer des tests afin de déceler s’il y a quelque chose ou est-ce préférable de les faire en extérieur ? Nous vous remercions.
    Réponse

    Vous précisez que votre enfant a parlé tôt, or lorsque le langage est précoce, la concentration en est facilitée. Le fait que votre pédiatre ne trouve pas son comportement inhabituel est très rassurant. 

    Les bilans à la recherche d’une hyperactivité sont complexes, gérés par un pédopsychiatre. Et même si c’était le cas, il faut vraiment des troubles très socialement invalidants, handicapant gravement les apprentissages, pour que l’on passe aux médicaments. Vous n’en êtes pas là… C’est plutôt une orthophoniste qui ferait bien le point sur ses capacités de lecture et de concentration. Et pourrait l’aider.
    //