Vos Questions / Mes Réponses


  •  
  • Sujet : famille recomposée

  • Question
    Je viens de terminer votre livre “il est où mon papa” et souhaiterais vous évoquer la situation familiale dans laquelle mes enfants et moi sommes depuis plus de 2 ans et recevoir quelques suggestions pour vivre au mieux cette situation familiale pour nous tous.
     J’ai vécu avec un compagnon pendant 4 ans, nous avons eu un garçon qu’il a reconnu et qui porte son nom.
    Le couple ne fonctionnait pas très bien depuis la naissance de notre fils et nous avons suivi pendant quelques séances une thérapie de couple sans succès.(Il a accepté ces rdv pour me faire plaisir, mais ne voyais pas du tout ce qui ne fonctionnait pas entre nous)
     Puis j’ai su que j’étais enceinte. Cette grossesse n’était pas voulue, même si nous savions tous les 2 qu’elle soit possible puisque nous n’avions pas de contraception lors de nos rares rapports sexuels.
     Mon compagnon n’a pas souhaité que nous gardions le bébé, moi je n’ai pas voulu avorter, je sentais dès ces premières semaines de grossesse tout l’amour que je portais déjà pour cet enfant.
     Nous nous sommes séparés de façon violente (déchirement pour la garde de notre fils, je l’ai mis à la porte de notre domicile…) et jusqu’à ce jour n’a pas reconnu notre fille malgré le fait que je lui ai laissé cette possibilité ouvertement.
     Notre fille a eu 2 ans en mars et porte mon nom. J’explique à mon fils de 4 ans 1/2 qu’il a le nom de son papa et que sa sœur porte le nom de sa maman (il ne va pas plus loin de le questionnement pour le moment). Elle appelle mon nouveau compagnon papa depuis 1 an qu’il partage notre vie. Mon fils va chez son père 1 weekend sur 2 et la moitié des vacances scolaires. Il n’y a aucune communication entre son père et moi. Il voit notre fille quelques secondes lors du passage de bras et lui dit bonjour. Pour l’instant je lui dis que c’est le papa de son frère.
     Comment dire à mes 2 enfants qu’ils ont un père biologique identique et que comme nous étions séparé à la naissance de ma fille, il ne la prend pas pour le moment sans les blesser ou les perturber?
    Réponse

    Il y a une différence entre le “père” (géniteur), et le “papa”, (qui élève). Vos enfants perçoivent très bien qu’ils sont tous deux du même père. Mais cet homme se veut papa du 1er, n’était pas prêt à être papa du second enfant. Elle en adopte un de substitution. Mais elle sait très bien qu’elle a le même père que son frère. Pas la peine d’en parler lourdement. Pour les noms, vous pouvez obliger votre ex à la reconnaître. Mais vous n’avez peut-être pas envie qu’il la prenne chez lui, ce qui serait la conséquence. Donc, si l’on parle vrai, vous diriez plutôt: “elle porte le nom de maman parce qu’elle est née juste avant que l’on se sépare.” Donnez-lui votre amour, que votre nouveau compagnon soit bienveillant, et laissez faire le destin.

    //
  • Question

    Je suis en train de lire votre ouvrage “Il est où mon papa”. Je suis moi-même enfant de parents divorcés. Mon papa s’occupait à peine de moi, je détestais ma belle-mère et ses filles qui me dévalorisaient en permanence…  C’est dire si je suis sensible à vos écrits. Et je vous rejoins sur beaucoup de chose, notamment la nécessaire valorisation de l’enfant (de la fille ! ) par le père. Je n’y ai hélas pas eu droit et j’en subis encore les conséquences aujourd’hui (manque d’assurance, hypersensibilité à la séduction des hommes…).
    Aujourd’hui, j’ai une fille de 5 ans, et je lui ai fait subir la même épreuve : j’ai quitté son papa quand j’ai rencontré un homme que j’aime passionnément et avec qui je vis depuis 2 ans. Je me retrouve du même coup dans la peau de la belle-mère de deux adolescents. La belle-mère que je détestais tant,  aujourd’hui c’est moi.
    Forte de mon expérience, je fais absolument tout ce qui est en mon pouvoir pour que les choses se passent bien. Je passe parfois des journées à 3 avec ma petite et son papa, nous dînons très régulièrement ensemble. Nous sommes de vrais amis aujourd’hui. Avec mes “beaux-enfants”, j’essaie d’être neutre et discrète. Et en même temps je veux leur paraître sympathique. Je suis encore jeune (32 ans) et eux sont ados, donc j’essaie de créer une proximité. Ma fille accepte bien la situation aujourd’hui. Même si de 3 à 4 ans elle a bien fait savoir à mon nouveau compagnon qu’elle ne l’aimait pas (elle le lui disait tout simplement).
    Pensez-vous que la séparation est nécessairement traumatisante pour l’enfant ? Ma fille est-elle condamnée à avoir des séquelles psychologiques ? Un mal-être ?

    Réponse

    La réflexion que vous avez eue sur votre propre situation vous aide à ne pas commettre les mêmes erreurs. 

    Pour votre fille, dès lors que son père et vous avez pu surmonter la douleur de l’échec pour lequel vous n’étiez pas partants en faisant un bébé, dès lors que vous êtes des amis, l’enfant voit sa procréation avoir du sens et peut grandir sereinement. Il vous faut donc cultiver cette sagesse, l’imposer à son papa comme à votre compagnon car ce n’est pas toujours facile pour tout le monde, au même moment…
    Pour les adolescentes, il faut respecter le besoin qu’elles peuvent avoir d’être seules avec leur père quand elles sont chez lui, savoir les laisser finir le repas ensemble… 
    Lisez aussi mon livre “l’enfant de l’autre”, vous vous y retrouverez enfant… et il vous aidera pour vos “belles-filles”.
    Mais vraiment, je pense que grâce au recul que vous avez, c’est bien parti pour tout le monde!
    //