Vos Questions / Mes Réponses


  •  
  • Sujet : énurésie

  • Question

    Je suis maman d’un petit garçon de presque 5 ans, et je me permets de vous écrire car j’apprécie tout particulièrement la bienveillance des réponses que vous donnez aux parents en demande d’aide, tout en prônant le respect de l’enfant.
    Mon fils est propre de jour depuis ses 3 ans et de nuit depuis ses 4 ans. Il se trouve que par périodes, il lui arrive de refaire pipi dans sa culotte, en journée. J’ai remarqué qu’à chaque fois qu’un tel accident arrive, c’est en plein jeu ou après une grosse crise de rires (ou de larmes…). Parfois, ça peut lui arriver 3 ou 4 fois dans une journée !!
    Puis par la suite, il se passe plusieurs semaines sans que cela n’ait lieu !!
    Je pense qu’il “s’oublie”… car la nuit il n’a absolument pas ce problème.

    Quelle devrait être ma réaction dans cette situation ? J’essaie de l’encourager à aller aux toilettes plus souvent, il refuse, dit qu’il n’a pas envie/besoin… Si je hausse le ton, je le sens alors très déçu de lui et honteux…

    Ce problème pourrait-il malgré tout relever d’une pathologie médicale ?

    Réponse

    Votre médecin peut vérifier qu’il n’a pas d’infection urinaire. mais c’est le + souvent physiologique à cet âge, où la vessie est souvent très impérieuse… Demandez-lui d’aller faire pipi avant de jouer: “c’est justement quand on n’a pas envie qu’il faut faire sinon çà débride”. Ne pas le gronder!

    //
  • Question

    mon fils de 6 ans et demi n’est toujours pas propre (ni pipi , ni caca) de jour comme de nuit, il voit une psychologue depuis 2 ans. Quand je suis allée consulté un urologue en janvier qui m’a dit qu’a son âge c’était normal… Mais ça devient de plus en plus gênant pour mon fils et problématique pour son entourage. Même en lui répétant d’aller au toilettes toute les demie heure en journée, il arrive quelques petits accidents, rarement il lui arrive de ne pas se faire  dessus dans la journée, mais il n’y a pas une seule nuit où il ne fait pas pipi, pourtant je lui laisse la porte entrouverte et une veilleuse pour qu’il puisse aller aux toilettes qui sont juste en face de sa chambre, sa psychologue m’a conseillé de ne plus lui mettre de couche pour dormir, donc depuis quelques c’est ce que je fais mais aucune évolution à été constatée… Dois-je lui remettre ou continuer sans couche? Il ne dit rien quand il a des accidents et si personne ne le remarque il peut rester dans son pipi ou caca longtemps, surtout à l’école alors que les enseignants et le directeur sont au courant de son problème. Je ne sais plus quoi faire, quoi lui dire, ni vers qui me tourner pour qu’il puisse se sentir mieux car je le sent qu’il est très mal ) l’aise avec ce problème, j’essaie de le rassurer mais pas évident avec les copains-copines qui se moque de lui et lui répète sans cesse que c’est un bébé…  Qu’en pensez-vous?

    Réponse

    Il faut distinguer les accidents de pipi, de selles, de jour, de nuit.

    D’abord s’occuper du jour. Pour la nuit lui dire, dès lors que l’essai conseillé à juste titre par la psychologue n’a pas fonctionner: “pas grave, tu dors trop fort, je te mets une culotte spéciale, ce n’est pas ta faute, cela passera tout seul”. Pour les selles, lui dire: “je te mettrai une couche quand on sera rentré à la amidon, tu pourras faire caca dedans” pour voir si, ainsi, il ne fait plus de selle dans sa culotte, évitant ainsi les humiliations. Pour le pipi de jour, c’est là qu’il faut obtenir un premier réel progrès, en l’accompagnant toutes les 3h : il faut vider sa vessie même quand on n’a pas envie, comme çà, pas d’accident”. Et suivre avec la psychologue les résultats.
    //
  • Question

    Notre fils de 8 ans n’a jamais passé une nuit au sec. Nous sommes passés par différentes phases: tentatives de dormir sans couche plusieurs nuits d’affilée mais trop de lessives à gérer et mauvais sommeil pour lui, calendrier mictionnel, homéopathie, naturopathie… et aujourd’hui nous essayons de lui exprimer toute notre confiance sur sa capacité à se retenir, quand le temps sera venu. Il y a des antécédents familiaux des 2 côtés et nous ne voulons surtout pas le culpabiliser.

    Sa petite soeur de 4 ans est propre la nuit depuis presque 2 mois. Nous avons essayé de la féliciter sans mettre son frere dans l’embarras mais je pense que c’est dur pour lui.

    La maitresse m’a également convoqué récemment et me conseille de faire des tests pour dépister un éventuel trouble du déficit de l’attention.

    Car il fait de gros efforts mais n’arrive manifestement pas à rester attentif et concentré en classe.

    Il est qualifié de rêveur par ses enseignants depuis toujours et c’est vrai qu’il faut souvent lui répéter les choses plusieurs fois avant qu’il ne réagisse…

    Ces différents comportements peuvent-ils être liés? Et si rien n’est finalement trouvé, comme l’aider au mieux?

    Réponse

    S’il n’a en effet jamais été propre plus d’un an la nuit, c’est une énurésie primaire, il a un sommeil trop profond et n’y peut rien. Laissez-lui des couches sans le rendre responsable. Il se peut qu’il ait un sommeil d’autant plus lourd qu’il est agité la journée, s’il est hyperactif, comme le suggèrent les enseignants? Il faudrait faire un bilan auprès d’un pédopsychiatre.

     

    //
  • Question

    Ma petite fille va bientôt avoir 5 ans et elle refuse catégoriquement de dormir sans couche la nuit. Elle ne veut pas du tout essayer, me disant qu’elle a peur de faire pipi dans son lit, alors que son père et moi ne cessons de répéter que ce ne serait pas grave, que c’est comme cela qu’on apprend (et qu’elle a fait la sieste des dizaines de fois sans couche et sans se faire pipi dessus). J’ai l’impression que cette couche, c’est comme un doudou ou une tétine. Je trouve cela embêtant car elle commence à dormir chez une copine de temps en temps. De plus, elle a une petite soeur de 2 ans 1/2 qui sera bientôt dans la phase de l’apprentissage de la propreté, je ne veux pas que ça la bloque par mimétisme ! (car elle veut tout faire comme sa grande soeur). Que faire pour la propreté nocturne? Pouvons nous l’obliger comme pour la propreté diurne? Mon intime conviction est que c’est ça qu’il faut faire, que ce serait lui rendre service. Ma mère est d’accord, mais pas mon mari !! Qu’en pensez vous ?

    Réponse

    Vous décrivez une “énurésie (pipi au lit) primaire (elle n’a pas été spontanément propre la nuit 6 mois d’affilée) isolée (sans infection urinaire) qu’on appelle donc EPI: elle est due à une immaturité du sommeil, trop profond à cet âge. La maturation dépend des enfants. En voulant la forcer, vous la culpabilisez mais elle n’a pas la solution, elle dort “trop fort” (quand on le leur dit, ils comprennent et cela les soulage!). Il faut juste en reparler à son médecin 2 fois/an.

    //
  • Question
    Ma fille a 3 ans et demi. Elle était propre pendant 2 mois (mai-juillet). elle allait aux toilettes toute seule ou elle nous demandait de l’emmener aux toilettes. J’ai accouché au mois d’aout et depuis, elle fait pipi au lit toutes les nuits, même 2 fois par nuit (cela ne la réveille pas). Elle nous a dit que c’était dur de se lever , ou qu’elle était “en retard par rapport à son pipi”.
    Je lave tous les matins: draps, alèses, couettes..ça devient insupportable.
    Je pense à une régression avec l’arrivée de son frère.
    C’est pour cela qu’avec papa, on lui dit souvent qu’on n’est pas d’accord et elle nous a promis de ne plus le faire. Mais rien ne change. On lui rassure qu’on l’aime toujours autant. On passe du temps à jouer tous les 3, pendant que bébé dort. On lui raconte des histoires. On joue les jeux avec elle….On a même fait dormir bébé dans la même chambre pour qu’il n’y ait pas de différence de traitement entre les 2 enfants. Mais rien ne change, ça fait plus de 3 mois que cela dure.
    Est-ce que vous nous conseillez de lui remettre la couche qu’elle va enlever quand elle sera prête à nouveau de savoir controler sa vessie pendant la nuit?
    Réponse

    Elle sait très bien vous dire que son sommeil est trop profond et qu’elle est déjà mouillée quand elle se réveille. Ce n’est pas la jalousie mais le trop plein d’émotions qui provoque un sommeil profond la nuit. Jusqu’à 5 ans, le sommeil n’est pas organisé de façon stable, il est immature. Dites-lui: “ce n’est pas ta faute, c’est parce que ton sommeil est très fort. Quand tu vas grandir, il deviendra plus léger et tu sentiras le pipi venir. En attendant, ne t’inquiète pas je te remets la couche”. Et ne lui donnez pas de date limite!

    //
  • Question
    Bonjour, je viens de lire votre livre “mon bébé devient propre” qui, soit dit en passant, est un bon déstressant sur le sujet.
    Mon fils a 5 ans et n’est toujours pas propre la nuit, il a le sommeil profond et ne se réveille que quand la couche à débordé. Il a été propre le jour vers 34 mois pour l’entrée à l’école, du jour au lendemain – école oblige! Nous ne l’avons jamais contraint et avons suivi son rythme. À la sieste, c’était très variable: quand elle durait plus de 2 heures, il y avait souvent un accident. À 4 ans, il a été opéré d un phymosis, je pense qu il n’a pas été traumatisé puisqu’il disait lui même en être gêné; et, suite à ça, il s’est mis à faire pipi debout. 
    Faut-il intervenir maintenant ou laisser encors un peu de temps?

    Réponse

    Telle que vous décrivez le “pipi au lit” de votre fils, il s’agit:

    - d’une énurésie “primaire” (il n’a pas été sec pendant au moins 6 mois pour refaire ensuite pipi au lit, comme dans les énurésies “secondaires” qui sont d’origine purement psychologique).
    - d’une énurésie “nocturne”: il n’a pas d’accidents de pipi-culotte la journée;
    - d’une énurésie “isolée”: vous avez bien vérifié lors d’une consultation médicale qu’il n’y a pas de problème sur ses voies urinaires. Le phimosis n’est pas la cause.
    Et vous dites bien que son sommeil est très profond: c’est une énurésie due à une immaturité du sommeil.
    Expliquez à votre enfant: “ce n’est pas ta faute, tu dors très fort”, il sera bien d’accord. Et: “ton sommeil va devenir plus léger quand tu vas grandir, et tu te retiendras sans t’en rendre compte.” S’il est gêné pour les invitations chez les copains, une classe “de nature”… votre médecin peut l’aider par des médicaments. Mais il préférera surement attendre encore un peu qu’il grandisse…
    //