Vos Questions / Mes Réponses


  •  
  • Sujet : Dépression maternelle

  • Question

    Je n’en peux plus , je ne sais plus quoi faire …
    J’en suis à un point ou mon seul souhait serai de m’endormir et ne plus jamais me réveiller .
    Je vais faire court …
    Notre petit Thiago a 17 mois , il est adorable , ce bébé nous l’avons voulu désirer .
    Les premiers mois de sa vie c’était un bébé qui etait beaucoup dans les bras , dû à l’allaitement ! Il pouvait téter jusqu’à 1h voir 1h30!!!
    A partir du moment ou ma production en lait a  plus que ralentit , Thiago a commencé à passé ces journées à pleurer ….J’ai vu des pédiatres , mon docteur de famille , et aucunes réponses … Je ne sais pas ou je ne fais pas bien …. Mais je n’en peux plus ….

    Réponse

    Vous êtes encore plus fatiguée que lui, et le sevrage a été trop rapide pour lui. Essayez de lui donner des biberons ou des laitages à volonté. Si cela ne va pas mieux, votre pédiatre va encore vous aider, vous proposer d’aller à la PMI, il y a des psychologues, c’est très important dans cette période de difficulté tellement compréhensible. C’est indispensable sinon, vous allez déprimer et ce ne sera pas bon pour votre enfant non plus.

    //
  • Question

    Merci pour vos écrits qui sont tellement rassurants et réconfortants !
    J’ai eu plusieurs grossesse qui n’ont pas abouti, aussi je ne me sens pas légitime aujourd’hui lorsque je ne suis pas “la plus heureuse maman du monde” avec mes puces.
    J’allaite mon bébé, elle est en pleine forme mais voilà l’objet de mon mail : depuis qu’elle est née, j’ai des colères d’une violence qui me terrifient et qui la terrifient aussi :
    – la nuit parfois, lorsqu’elle réclame le sein 1h30 après la précédente tétée et que je suis dans un sommeil profond,
    – le jour lorsqu’elle fait une sieste, pleure au bout d’une heure, je la lève par erreur et là, elle est furieuse ; impossible de la calmer.
    Je la garde dans mes bras mais elle sent ma colère, elle entends mes cris et est terrifiée.
    Je ne lui ferai jamais de mal mais j’ai envie de casser des choses, je peux aller jusqu’à taper dans une porte et la violence psychologique pour elle doit être horrible. sans compter l’exemple pour mon ainée. Je suis en larmes de vous dire ça. J’ai vraiment honte et peur de ce comportement tellement immature. Ensuite, je pleure pendant des heures car je culpabilise de ne pas être plus patiente et plus douce avec elle. C’est moi l’adulte, c’est à moi de la rassurer et de lui montrer que la vie est belle. J’ai peur d’abimer le coeur de cette petite fille qui est tellement adorable et souriante ! Pensez-vous que je l’ai déjà traumatisée ?
    Parfois, je la mets au sein pour la calmer mais alors j’ai peur de lui apprendre à se consoler en mangeant et qu’elle deviennent trop grosse (c’est un de mes grand complexe.)Qu’en pensez-vous ? Elle a déjà un poids important…
    En vous écrivant tout ça, je crois que je devrais consulter une psychologue mais je ne pourrais pas y aller avant quelques mois alors si vous aviez une réponse en attendant, ce serait très utile car je me sens désemparée.

    Réponse

    D’abord, sachez que le lait maternel ne rend pas trop gros, ce sont des acides gras adaptés au développement du cerveau et à la croissance, pas à la faire de la graisse! A cet âge, en effet, on ne supporte pas la séparation. Elle est encore toute petite et qu’elle a besoin de rester contre vous, pendre votre sein, le lâcher, sourire et babiller, mais reprendre le sein dès que la séparation lui donne un sentiment d’insécurité… C’est pour çà que les femmes d’Afrique porte leur bébé contre elle, que les chattes les laissent téter sans heures… Et les enfants gambadent, les chatons grimpent au rideau… Il faut laisser le rythme venir tout seul.
    Mais c’est sur qu’avec les épreuves que vous avez traversées, une psychologue vous est indispensable pour comprendre et vous soutenir. Pourquoi ne pouvez-vous pas en consulter une, à la PMI? A la maternité où vous avez accouché?

    //
  • Question

    Je vous écris car j’ai besoin de vos conseils, mon fils, 9 mois et demi, dort avec moi depuis ses 4 mois environ car il n’a jamais aimé son lit….Au départ je me disais que c’était un passage, mais plus le temps passe et plus la situation empire : il ne veut même plus que je le pose à l’intérieur de SON LIT. Le souci, c’est que je ne peux pas le laisser entre 20h et minuit dans mon lit tout seul car c’est dangereux ; et même s’il est seul, il pleure ! Quand j’arrive finalement, il me regarde de façon que je trouve étrange. Que dois-je faire ? Dois-je le laisser hurler pendant des heures dans son lit sans le prendre, afin qu’il s’habitue à son lit, ou alors le prendre avec nous dans le salon jusqu’à ce que nous, parents allions dormir ?

     Je suis réellement perdue face à cette situation qui ne fait qu’empirer un peu plus chaque jour !

    Une jeune maman de 24 ans complément désespérée.

    Réponse

    Le sentiment « d’étrangeté » et de « désespoir » montre que ce n’est pas une situation banale. Il est important qu’il soit suivi par son pédiatre: les pleurs, les réveils, peuvent avoir une cause organique (reflux, végétations, ou autres…) que seul le médecin qui le suit régulièrement peut appréhender.

    En parallèle, vous devez consulter une psychologue (surtout avec cette façon étrange de vous regarder: qu’est-ce qui lui fait peur, dans le regard?). La psychologue vous accompagnera, vous, les parents et l’enfant, pour l’aider à trouver un bon sommeil. En attendant ces progrès, cessez de résister et oui, gardez-le avec vous le soir. Ne perdez pas confiance, ce cap à passer est très fréquent!

    //