Vos Questions / Mes Réponses


  •  
  • Sujet : Autorité

  • Question
    Notre fils de 6 ans a beaucoup de mal avec notre autorité en ce moment. Comme il fallait lui répéter plusieurs fois les tâches que nous lui demandions, nous venons d’acheter il y a 3 jours un tableau avec des gommettes et chaque fois qu’il effectue bien une tâche, il colle une gommette dans la case correspondante (se laver les mains, bien se tenir à table, dire merci / s’il te plaît, s’habiller rapidement, se laver les dents). Nous lui avons expliqué qu’il aurait une récompense non matérielle au bout de 3 jours (la lecture d’une histoire qu’il aime, un jeu avec lui…). Ca l’a beaucoup motivé le premier jour, mais le lendemain, lors du lavage des mains, il a mis de l’eau partout par terre dans la salle de bain,il a fait coulé quasiment tout le dentifrice dans le lavabo. Nous ne lui avons pas accordé alors de coller la gommette et sa réaction a été d’aller faire pipi dans notre penderie, chose qu’il n’avait jamais fait auparavant. Faut-il arrêter d’utiliser le tableau (nous avons pensé que ça le mettait peut-être en compétition avec sa soeur, ce qui n’est pas du tout le but recherché) ?
    Réponse

    Votre fils sait très bien exprimer ses sentiments, oui, il était très en colère, parce que c’est trop de pression éducative! Arrêtez le tableau, diminuez les exigences, dites-lui que vous comprenez que c’était difficile et que vous l’aimez!

    //
  • Question

    mon fils de 4ans et demi depuis quinze jours est devenu infernal , il n’obeit plus au consigne simple et acquise , repond et parlemente sur tout pour avoir le dernier mot , et quand il est mis au coin ou lorsque nous lui refusons quelques chose alors la colere explose , il hurle tape dans les murs celà peut durer un bon moment ….je me suis  renseignée a l’ecole pour savoir comment il etait en ce moment et apparement depuis quinze jours la maitresse doit le reprendre regulierement , il joue a la bagarre dans la cours (chose qu’il ne faisait pas il ya  15 jours)….. je dois preciser aussi que depuis environs 2 mois il n’est plus interessé par la sieste il en fait environ 1 sur 3… par contre la nuit il dort environ 11h. Je voudrais savoir qu’elle est la meilleur conduite a tenir , je ne sais plus comment le prendre , par la fermeté , par la communication ,par la sanction ….,?

    Réponse

    Punir ne fait que le désemparer encore plus. Il vous sent fatiguée et s’en veut. Il faudrait vous faire aider pour que l’un s’occupe du petit, l’autre du grand le + possible. Vous êtes dans une période normale de fatigue, à ces âges là, mais n’en veuillez pas à votre petit bonhomme!

    //
  • Question

    J’aurais aimé un conseil pour mon fils de 16 mois. Il est en opposition perpétuelle en ce moment. Il refuse le non ou la contrariété. Lorsqu’il fait une crise, impossible de le prendre, il nous repousse, nous tape. Impossible de le laisser faire sa colère dans son lit, il se jette la tête contre les barreaux. C’est assez violent et ça m’inquiète. Que faire pour qu’il arrête de se faire mal ? Que devons nous faire? En dehors de cela c’est un enfant éveillé, tres malicieux, qui parle bien, mais la marche n’est pas encore acquise. Il commence à faire ses crises la nuit quand il se réveille et n’arrive pas à se rendormir. Et comme il finit par se jeter contre le lit, on finit par le prendre. Nous nous sentons démunis et épuisés.

    Réponse

    Il est très angoissé parce qu’il est très éveillé mais ne peut pas faire beaucoup de choses lui-même. Je pense que vous voulez mettre des limites et des interdits beaucoup trop tôt, alors que vous l’avez si bien éveillé, ne l’abîmez pas!

    //
  • Question

    Moi mon fils grinpe partout m ecoute pas du tout et quand je le puni dort par ca fenetre frappe ca porte me frappe et ca soeur aussi! Svez vous des conseil je sais plus quoi faire! Me ci je le punie ou lui parle il veut meme pas m ecouter! J essaie de lui espliquer sans succes! :-( merci

    Réponse

    Plus vous allez crier et punir, plus il va vouloir se confronter à vous. Il faut se demander si ce comportement est le même à l’école où les professeurs se seraient plaints, ou juste à la maison. Vous avez besoin de l’aide d’une psychologue: demandez à la PMI, au centre aéré… pour comprendre ce qui met ainsi votre fils dans l’idée de transgresser vos attentes. Et alors, vous aurez des solutions et un soutien.

    //
  • Question

    J’ai acheté votre livre “l’autorité sans fessées” il y a 4 mois quand nos jumeaux (garçon et fille, aujourd’hui 26 mois) ont commencé à jouer avec nos nerfs en sautant sur le canapé sans obéir à nos demandes d’en descendre. J’ai pris un congé parental donc nous sommes tous les 3 à la maison tous les jours. Je n’ai jamais reçu de fessées, mais parents ne se sont jamais disputés, donc je n’aime pas la violence et n’aurais jamais pensé devoir me retenir un jour de mettre une fessée à mes enfants. Mais depuis 3 jours ils me poussent à bout : ils ont trouvé comment sortir seuls de leur lit à barreaux en l’escaladant et du coup ne font plus la sieste. Ils chahutent dans la chambre ou sortent dans le couloir, vident parfois les placards de vêtements, et quand j’en isole un dans un lit parapluie dans notre chambre pour ne pas qu’ils s’excitent mutuellement, ils arrivent quand même à se retrouver dans le couloir. Et ce malgré la fatigue visible et le besoin de sommeil flagrant. Je pense avoir tout essayé : parler calmement, crier, taper sur la main (malheureusement), rester derrière la porte pour surveiller et menacer … Cela peut durer 2 heures avec 20 interventions de ma part. Ils ont le même comportement avec mon mari le week-end. Sinon, 2 ou 3 échappées le soir mais après : nuit complète. Ce n’est pas un gros problème en soi mais ils ont tendance également à ne pas “obéir” quand on leur donne une consigne. Je suis fatiguée de m’énerver sans résultat, je ne pensais pas que les enfants pouvaient être désobéissant aussi tôt ! Pouvez-vous nous conseiller sur l’attitude à adopter concernant la non-sieste ? Je n’ai pas trouvé la solution dans votre livre…

    Réponse

    Je comprends votre situation car avec les jumeaux, ce n’est pas énergie x 2, c’est exponentiel! Déjà que les anglo-saxons appellent cet âge: “the terrible twos”! Il y a un malentendu dans votre conception de l’éducation: C’est justement à cet âge là qu’ils ne savent pas obéir. Si vous essayez, vous provoquer devient un jeu pour eux! Il faut vivre à leur rythme, ne même pas escompter de sieste, les distraire sans crier, taper ni punir, cela ne marche pas. Et les occuper le plus possible séparément en se faisant aider de la famille, de la garderie…. Le Weekend, papa en prend un et maman l’autre. Quand ils sont ensemble, les occuper. Ils vont se calmer et prendre l’habitude d’écouter.

    //
  • Question

    Je vous écris car j’ai besoin d’aide et de réponses concernant le comportement, très probablement basique de mon petit garçon de 19 mois.
    Je passe mes journées à répéter encore et toujours , les mêmes consignes : ne pas toucher aux parfums, ne pas grimper sur notre lit, ne pas jouer avec les couverts, je lui explique que ce sont les objets de Papa et de Maman, que cela risque d’être dangereux pour lui, qu’il dispose de jouets à lui, et qu’il peut y jouer.
    Je ne sait plus comment faire, cette période met ma patience a rude épreuve, et je déteste me fâcher et hausser le ton.
    Pouvez vous m’aider dans mon questionnement? M’aiguiller afin d’avoir le comportement adéquat.

    Réponse

    Un enfant de 19 mois n’obéit pas, il explore. Ceci jusqu’à 3 ans. Il deviendra d’autant plus obéissant que l’on n’aura pas cherché à le faire obéir trop tôt. Et attention aux interdits absurdes: Les parfums ne devraient pas lui être accessibles, pourquoi ne peut-il pas grimper sur votre lit? Les couteaux sont-ils à sa portée? Les cuillers et le fourchettes: quel problèmes à jouer avec? A vouloir trop le policé tôt, vous l’habituer à faire un jeu de vos interdits!

    //
  • Question

    Nous avons un garçon qui a eu 3 ans en fin d’année et une fille qui vient de naitre.
    Notre garçon, même seul, a toujours été actif dans sa journée. Comme tout enfant, il teste quotidiennement les limites mais ce qui nous déroute le plus c’est l’impression que rien ne l’affecte (sentiment partagé avec l’équipe de la crèche à l’époque et maintenant de l’école).
    Il est à l’école depuis la rentrée et il n’y a pas une semaine sans que j’entende qu’il a été dur, qu’il ne tient pas en place, qu’il n’écoute pas…tellement dur qu’il risque d’etre exclu de la cantine (dernièrement il a craché par terre, jeter sa nourriture et s’est roulé par terre)…(je ne sais d’ailleurs pas comment m’organiser si cela se produit)..Nous sommes passés helàs par toutes les phases: dialogue, punitions, fessées (que je regrette amerement, chantage même!!)
    Avec l’arrivée de sa soeur, nous pensons l’avoir préparé au mieux(photos de lui petit utilisant le meme matériel et mobilier que sa soeur, puis du temps à lui consacrer : jardinage, cuisine, histoires du soir, promenades etc etc..)
    mais rien n’y fait, soit il écoute à la maison et est excecrable à l’école soit c’est l’inverse…Les 15 jours de vacances ont été particulièrement laborieuses…je suis fatiguée et je commence à perdre patience…avec son papa, nous lui parlons beaucoup de ce qui se passe en journée, il comprend tout à fait ce qu’on lui dit…
    que faire?????
    maman meurtrie en détresse!!

    Réponse

    Ce petit garçon à l’air très éveillé, ce qui présage une bonne évolution. Mais votre fatigue et les réflexions désagréables que vous entendez à son sujet vous conduisent à être plus excédée que bienveillante. Cris, gronderies et punitions l’endurcissent et c’est un cercle vicieux. Est-ce qu’il y aurait une “maison verte” – concept de Dolto – dans notre ville? Une ludothèque? Ces endroits où il y a souvent des psychologues pour observer vos relations et défaire les malentendus?

    //
  • Question
    Bonjour madame le député,

    j’ai, comme  bon nombre de mes contemporains, été surpris par votre projet de loi  qui aurait comme conséquence d’interdire aux parents de donner des “claques” aux enfants récalcitrants, désobéissants et insupportables.

    Vous noterez que ceux qui tabassent à mort un grand-père, une jeune femme  ou une enfant  ont été laissés avec “la bride sur le cou” pendant leur petite enfance, entourés de “parents”  laxistes et angéliques  qui regardaient avec des yeux énamourés  les frasques de leur rejeton.

    Si ces “parents” avaient  IMMEDIATEMENT  fait comprendre à cette  petite terreur qu’il y avait des limites à ne pas dépasser en lui “filant” une bonne fessée, aujourd’hui nous n’en serions pas là.

    Plutôt que de légiférer il conviendrait de responsabiliser les parents qui ont depuis 1968 presque tous baissés les bras.

    Réponse
    votre affirmation est infondée, ce sont au contraire ceux qui ont reçus des coups, qui en donnent. La pire des éducations consiste à être passif, laisser l’enfant dépasser les limites, et soudain, taper. On peut être laxiste et tapeur,  ou au contraire ferme et non violent. 
    //
  • Question

    Je me permets de vous contacter pour vous demander conseil car je suis un peu démunie. Je suis la maman d’un petit garçon de 22 mois. Le père et moi sommes séparées depuis les 1 an du petit et il est en garde alternée. J’ai lu quelques uns de vos livres (notamment l’autorité sans fessée). Je m’investis dans votre méthode (la bonne parade au bon moment). Une situation me pose problème : mon fils a tapé maman… Fin du bain, je lui demande de sortir. Il ne veut pas; je lui dits que c’est pour retrouver Nounours qui l’attend dans son lit : non… Je me penche et lui dis que je vais me fâcher (je n’ai plus de parades à lui proposer) et là c’est non et il me tape!! Fatiguée j’ai fait pareil… évidemment des pleurs, puis je lui ai expliqué qu’on ne tape pas maman, mais j’étais moi aussi en faute… et en sanglots. Il m’a fait un câlin et le coucher s’est très bien passé. Que faire devant la tape? Le “time out” nu et mouillé ne me semblait pas opportun.

    Réponse

    On peut être si démunie en effet quand on est maman, fatiguée, le dos courbé pour extraire l’enfant du bain, qui ne veut pas… que le geste part, absurde, puisque tu as tapé, je te tape, c’est sans fin.

    Donc que faire? La stratégie de la conséquence:
    le temps du bain s’est écoulé, ce n’est pas maman, ce n’est pas l’enfant, c’est “le temps” qui fait que c’est ainsi. Alors, c’est le temps que le bain se vide. Vous ouvrez le bouchon, l’eau commence à se vider et l’enfant comprend que le bain est fini. Attendez sereinement. Il tend les bras pour avoir la serviette!
    //
  • Question
    Bonjour, je viens à vous afin d’obtenir quelques conseils. Mon fils de 20 mois fait des colères jusqu’au spasmes du sanglot. Il nous a fait très peur la fois où il s’estcompletment evanoui. Depuis je panique à lidée qu’il fasse une colère… Depuis peu il refuse totalement qu’on l’habille.Celà devient compliqué et j’ai l’impression de le torturer lorsque je l’habille et celà me fait mal au coeur de le forcer. Par ailleurs depuis l’entrèe en crèche à 12 mois , il ne fait plus ses nuits, ne sendort plus dans lit mais uniquement à coté de son père dans notre lit. Il a tendance aussi à me repousser , en presence de son père …alors que lorsque nous sommes tous les 2 tout se passe bien. Pourriez vous nous venir en aide. Par avance merci,
    Réponse

    Je comprends votre désarroi mais votre médecin a pu vous rassurer sur la non-dangerosité du “spasme de sanglot”. Ce petit est très sensible et sait dire ce qui est difficile pour lui:

    être contraint dans ses mouvements de petit explorateur le matin, et devoir se faire mettre une couche (pas couché, j’espère?), un body avec enfilage de la tête, des bras, boutonnage dans l’entre jambes, un sous-pull (à col roulé peut-être!) qui passe par la tête en l’empêchant de retirer quelques secondes, un gros pull, gênant les bras, il doit cesser de courir pour que vous enfiliez sur chaque petite jambe le collant, puis le pantalon, continuez de retenir son élan pour fermer la taille, et quand, enfin il pourrait retourner à ses explorations, non, non, non, il faut enfiler les chaussures, sans se tromper de pied, en entrant le petit talon, à droite, à gauche… puis il faudra chercher la cagoule, la doudoune, encore enfiler un bras déjà engoncé dans le pull, l’autre bras. Et là… Vous ne trouvez plus votre portable ou vos clés… Il a chaud, il voulait jouer avec son camion sans piles, il n’a pas envie d’aller se faire attacher (encore!) dans la poussette ou la voiture pour ne plus vous voir de la journée… Lui qui a été conçu par Adam et Eve tout nus pour jouer tout nu au soleil avec les cailloux devant sa case où le contemple sa famille… Alors, vous comprenez pourquoi il s’énerve? Biens sûr, nous vivons dans le froid, il faut aller à la crèche, vous êtes fatiguée, pressée, contrariée… Donc en plus vous criez, avec votre visage fâché et excédé.
    Beaucoup de tout-petits vivent cet habillage du matin et ne font pas de colères? Non, presque tous les parents connaissent cette difficulté. Les enfants qui protestent jusqu’au spasme du sanglot sont les plus sensibles, souvent les plus précoces. 
    Maintenant que vous réalisez (c’est valable pour beaucoup de situations) vous allez mieux vous y prendre: habillage doux, simplifié, par étapes, en jouant, devant un petit DVD, manteau mis dans le hall de l’immeuble, quand la sensation de froid donne envie de se couvrir, avec un petit jouet dans la main pour s’intéresser à vivre et découvrir…
    Il veut Papa? Tant mieux! Cela ne remet pas son amour pour vous en question. laissez papa s’en occuper quand vous avez besoin de vous détendre, un bon magazine et les batteries sont rechargées!
    Les mamans sont les héros du siècle!
    //
  • Question
    Je vais essayer de mieux comprendre mon enfant et de ne plus imposer ce que je veux. Après j’ai toujours mon questionnement sur comment gérer les bêtises qui sont répétés exprès.
    Encore merci et un petit bonus, ma fille hier qui est allé dans ma bibliothèque et qui c’est installé pendant qu’on buvait le café pour lire… La cause des enfants! de Françoise Dolto. C’est encore d’actualité. (J’ai un psychiatre et une mère qui a fait des études de psycho)
    Réponse

    Oui, la cause des enfants est plus que jamais d’actualité. Elle a de bonnes lectures, pour une si petite fille!

    Mais je réponds encore aux bêtises “qui sont répétées exprès”: c’est parce que vous avez craint trop tôt de ne pas avoir assez d’autorité qu’il s’est fait un jeu de vous provoquer. Quand vous récupérez votre confiance en lui et empathie pour vous-même, quand vous faites diversion par une autre occupation en cas d’idée saugrenue, cela passe très bien. C’est “l’éducation positive”.

    //
  • Question

    Je me permets de vous envoyer un mail pour vous demander votre avis quant à mon petit garçon de 4 ans. C est un super petit garçon, très vif, intéresse et passionné mais depuis quelques temps il fait tout pour nous provoquer, son papa et moi, c est à dire qu il sait qu il est en train de faire une bêtise mais il ne s arrête pas malgré nos demandes et le traditionnel 1 2 3… Nous ne souhaitons pas lui donner de fessées mais nous n’arrivons pas à le faire obéir…surtout pour des choses qui concernent sa sécurité comme ne pas courir sur les trottoirs ou rester attaché en voiture… Que nous conseillez vous? Pour information nous avons aussi un petit frère de un an, avec qui il joue très bien. Il est très attaché à son frère!

    Réponse

     Vous avez un petit garçon très curieux. Vous constatez que la menace 123 et la fessée ne servent à rien. L’enfant recommence aussitôt, puis se fait un jeu de vous provoquer! et la vie dans nos villes (pas le droit de courir, donner la main, être attaché) n’est pas adaptée à leur vivacité. Cela ne veut pas dire qu’on va laisser faire, mais au moins comprendre que ce n’est pas naturel, sans compter l’habillage avec ce froid… et les “vite-vite” des parents, pressés par des rythmes de vie impitoyables…

    Alors, il faut limiter les consignes aux essentielles, trouver des solutions ludiques comme donner la main à l’ours qui vous donne la main, avoir un marche pied derrière la poussette, habiller par étapes sans le laisser crever de chaud pendant que vous cherchez votre téléphone…Oui, c’est sur avec le petit, mais pour lui aussi. Alors on se calme, on limite à l’essentiel et quand on ne peut pas faire autrement, on exécute sans pourparlers mais en disant: “je te comprends de râler, ce n’est pas marrant, mais je ne peux pas faire autrement…” Courage, il va grandir! 
    Au fur et à mesure qu’il grandit, il vous écoutera d’autant mieux que vous n’avez pas crié, mené, voire cru résoudre en levant la main…
    //
  • Question
    Je vous remercie infiniment pour votre aide précieuse.
    Mais pourriez vous dans ce cas m’expliquer pourquoi tout le monde me dit: “faut pas lâcher! C’est un âge difficile et il faut que l’enfant sache que c’est toi qui commande!” La crèche m’a dit: “tenez bon, c’est dur mais faut pas lâcher…” qu’est ce que ça veut dire? 
    J’aime mon enfant et essaye d’être au mieux pour elle, mais j’ai mes limites. Pourriez vous me dire si elle est à un âge où elle fait affront à ces parents? 
    Que faire le matin quand elle ne veut pas s’habiller alors qu’il faut partir à la crèche? Pour les repas, quand elle me regarde et mets tout par terre? Quand elle ne veut manger que du sucré? je dois la laisser faire ???  Quand il faut y aller ,elle s’allonge par terre et ne fait plus aucun effort musculaire (on appelle ça le sac à patate). 
    Et les caprices, comment peut on les gérer? Car j’ai beau lui dire que j’ai compris ce qu’elle voulait mais que ce n’est pas possible et orienter gentiment sur autre chose,elle me dit “NON musique”! Comment dois je réagir??
    Réponse

    Vous oubliez qu’elle est toute petite. A vouloir exprimer votre autorité, vous l’endurcissez et elle apprend à vous braver. C’est un cercle qui ne s’arrêtera qu’avec votre bienveillance. Quelques exemples:

    - elle ne veut pas s’habiller? L’être humain est né sous les tropiques, le corps nu et libre de ses mouvements. Ici, on leur impose des couches, des manches, des encolures, des boutons, des chaussures, des doudounes, et quand ils crèvent de chaud, on cherche nos clés et notre téléphone. Et nous voudrions qu’ils aiment s’habiller? Qui mieux que notre maman peut comprendre que c’est une corvée à laquelle on n’est pas prêt, à 2 ans? Donc, il faut simplifier au maximum, l’habiller par étapes, pendant son jeu, devant Dora, ne lui mettre la doudoune qu’en sortant…
    Après on les attache dans la voiture ou la poussette… Normal qu’ils deviennent enragés! Si on dit, “ma pauvre chérie, je te comprends, on va essayer de faire au minimum et tu as le droit de râler” çà passera plus vite que si on crie: “Ah! Calme toi, sinon, tu vas t’en prendre une! J’en ai marre!”. Elle va crier plus fort que vous…
    - Pour le repas, ne la laisser pas jeter, dites-lui: “voilà la purée, je te la fais manger parce que tu ne sais pas faire à la maison, tu jettes”. Elle ferme la bouche? “C’est pas grave, tu auras un petit biberon de lait” et vous débarrassez calmement.
    C’est votre visage sévère et déçu qui la conforte dans ses crises. 
    On essaie de lui faire confiance et on arrête de se battre? 
    A la crèche, c’est un autre monde, avec d’autres règles.
    //
  • Question

    Je m’excuse de vous importuner mais je n’en peux plu! Ma fille a 26 mois exactement, elle ne veut rien de moi. Je suis dans la phase du non; je l’ai bien compris et essaye de tout lui expliquer, de lui donner un cadre, de la guider au jour le jour. Mais avec moi, elle ne veut plus rien faire et ça fait 2 jours qu’elle ne mange plus rien. Et la psychologue de la crèche m’a prévenu que ça faisait bien 15 jours qu’elle était en plein oedipe.

    Je ne sais plus comment réagir à ces tests. Pourriez vous m’aider s’il vous plaît?

    Réponse

    Je comprends que vous avez une petite fille très courageuse pour essayer de se faire comprendre. Vous essayez de suivre un “cadre” (vous n’avez jamais lu ce mot de ma part! mais tant de gens l’emploient à tort et à travers…).

    Lisez bien ceci:
    - à 26 mois, on est encore tout petit. On n’a pas la façon de penser adulte. On a besoin d’être encouragée pour découvrir le monde dont on doit comprendre les codes très compliqués pour les 100 ans qu’on aura à vivre! Pour cela on a besoin de la bienveillance des personnes dont on dépend tellement: maman et papa!
    - Sachez que, de toute façon, rien n’est plus important, pour tout enfant, que sa maman, pour la vie. Simplement, comme je pense que vous essayez d’appliquer des règles, de l’autorité, trop tôt, elle stresse et préfère en ce moment la relation avec son papa, sans doute plus compréhensif. Si elle se comporte mieux avec son père, tant mieux, cela vous laisse souffler. 
    Admirez votre petite, n’essayez plus de lui donner un “cadre”, c’est le travail des éducatrices et de la crèche. Vous, vous êtes une maman. Cool!
    //
  • Question
    Bonjour,je suis en grande difficulté avec mon fils ainé. Il refuse les règles, fait des crises de colères violentes à chaque frustration(coups de pieds dans les murs,jet d’objets), s’oppose en permanence, parlemente.. Même une consigne très banale peut mener à une opposition : se laver les dents, venir à table…Il fait très lentement les choses si ce n’est pas lui qui a décidé à ce moment_là: s’habiller,mettre ses chaussures pour partir à l’école…Il est en CP, bon élève mais les devoirs aboutissent à des crises de colères pour les activités où il a plus de difficultés(poésie par exemple). A l’école il taquine ses camarades, à la maison il provoque beaucoup sa petite soeur (2ans 1/2).Il n’a pas acquis les règles de politesse de base. IL s’oppose en fait à tout ce qui est de l’ordre de la règle, de la contrainte,de l’effort. L’ambiance à la maison s’en ressent, mon fils demande une telle attention et une répétition interminable des consignes. Les punitions ne fonctionnent pas. Je me sens dépassée, j’ai besoin de conseils pour m’aider à lui apprendre à obéir et à gérer la frustration. Merci d’avance. 
    Réponse

    Oui, vous êtes dans des tranches d’âge difficiles, entre les devoirs du grands, la curiosité de la petite, les besoins du bébé… C’est juste une période si vous cessez de vous énerver.

    Dès lors que votre fils est suivi par un psychologue au CMP, vous devriez demander rendez-vous avec le psychologue pour être guidés dans votre comportement. Croire que les punitions, les cris, la menace de lever la main parfois, conduisent les enfants à obéir est un leurre. Votre petit garçon se sent incompris et en veut à ses parents. La première bonne attitude est de réduire les consignes au strict minimum, de ne pas vous acharner à vouloir qu’il obéisse, le temps qu’au CMP le psychologue l’aide, de façon positive, à gérer ses angoisses. Le weekend, il faudrait des moments où il puisse construire avec son père, à l’abri de sa soeur, avec des legos et des kaplas, emmenez-les dans une ludothèque.

    Le bébé est à un âge où il est normal d’avoir besoin des bras, du sein, gardez-le en poche kangourou, jouez avec lui dans son cosy.
    L’âge le plus difficile est celui de la petite de 2 ans et demi. A cet âge, on a besoin d’être en permanence informé et guidé par les adultes. La ludothèque encore, une Mamie qui pourrait ne prendre que le grand, ou que la petite, éviterait que vous soyez si épuisés.
    Sachez que c’est une période difficile pour les parents mais n’en veuillez pas à vos enfants, cela aggrave leur désarroi!
    //
  • Question

    Cher Docteur,
    J’ai peur que mon couple ne se brise. Nous avons un magnifique petit garçon de 14 mois. Il est dynamique, curieux, très joueur, très sensible aussi. Je suis une maman très “fusionnelle”, “un peu trop” me dit-on. Il ne va pas à la crèche. Mais voilà,  rien ne va plus. Son père trouve que je lui laisse passer trop de choses. Je l’entends souvent lui dire “tu es capricieux, tu pleures pour rien, arrête un peu de chouiner…”. Je n’aime pas ça du tout ! Il n’apprécie pas vraiment que je l’allaite encore. De plus, mon petit se réveille souvent la nuit. Il est d’avis que si je n’avais pas répondu à ses appels dès le début, il passerait ses nuits aujourd’hui. Je ne peux me résoudre à le laisser pleurer. Il ne trouve pas sa place de père. Il n’a pas été très “investi” à la naissance du bébé car un peu démuni. Il a préféré me laisser faire alors j’ai tout pris en main. J’ai beaucoup lu vos ouvrages plutôt que de céder aux “bons” conseils des autres. Je me fie à mon instinct. Il souhaiterait une éducation “à l’ancienne” comme “99% des parents” dit-il. Je pense qu’il n’est pas forcément dans le vrai. Je m’en réfère à vos conseils, essaie de les lui faire entendre mais il ne veut rien savoir prétextant qu’il trouvera un avis tout à fait inverse dans d’autres livres. “Notre vie n’est pas normale” dit-il. Il est vrai que je me suis axée sur notre fils à 200% croyant bien faire mais nous sommes en train de nous perdre. Je culpabilise, je n’arrive plus à redevenir son amoureuse et je suis désespérée…

    Réponse

    Vous vivez un dilemme qui taraude bien des jeunes parents aujourd’hui:

    - d’un côté, vous, la maman vouez votre énergie à construire ce petit garçon (qui, de ce fait, doit être très éveillé et aura un potentiel qui facilitera ensuite la réussite scolaire et sociale – mais çà: on vous dira: “tu as de la chance!!
    - de l’autre côté, un papa qui entend les mots habituels dans notre société: “elle est fusionnelle”, “elle devient plus mère que femme” à un âge où les besoins de l’enfant sont en effet permanents… Il suffirait que ce papa aille faire un tout dans les pays scandinaves pour qu’il comprenne combien un couple reste soudé en partageant l’émerveillement devant les progrès incroyables d’un petit d’homme qui n’a que 14 mois; et en respectant ce que ressent la mère. 
    Qu’il ne se laisse pas influencer par les amis de bureau, les images de femmes-objet sur internet, mais regarde son enfant, comment il s’éveille, et il sera heureux de renoncer au rôle de “petit chef” pour devenir un vrai guide admiré par sa femme et son fils.
    Un conseil au printemps, si vous pouvez: faire venir le dimanche matin, après une tétée-câlin de réveil, une jeune fille ou une Mamie avec les croissants et les journaux, qui emmènera le petit au parc pendant que vous vous réveillerez doucement, chacun à son rythme, petit déjeuner tranquille, commérages sur Gala, l’un vaque à ses affaires, l’autre se rendort… et ainsi jusqu’à 13h, où revient le petit auquel alors on se consacre complètement. Vous trouverez cette “ordonnance ” dans “Elever mon enfant, aujourd’hui”, je l’appelle “mon ordonnance-complicité”!
    //
  • Question

    Notre fille de 2 ans et demi est capricieuse. Elle a tendance à résister aux consignes très souvent, refuse encore de manger toute seule à table (nous avons même essayé de la faire se lever de table sans manger et de la coucher ou encore de la laisser devant son assiette deux heures, la seule façon est de finir par la faire manger). Mais notre plus gros souci est que lorsqu’on lui résiste, elle crie, force sur sa gorge et finit par réussir à se faire vomir. Que faire ? Comment sortir de ce conflit ? Faut-il consulter ou calmer le jeu. Nous en sommes à crier et punir de plus en plus souvent.

    J’ai peur qu’en grandissant, elle tende vers des formes d’anorexie. Merci de vos conseils.

    J’avoue que son grand frère de 5 ans ne nous a jamais posé de souci ni pour manger ni pour obéir. Il écoute beaucoup les explications qu’on lui donne et les intègre toujours dans son mode de pensée et de décision. Sa soeur, au contraire, est peu enclin à écouter explications et conseils, se dérobe ou acquiesce et repart dans son obstination aussitôt.

    Personnellement, je ne peux m’empêcher de me dire que ma fille nous reproche un changement de vie un peu brutal : en septembre 2011, j’ai repris le travail après un congé parental, et je me suis trouvée avec de grosses responsabilités, avec beaucoup de travail, le plus souvent jusqu’à 20 h ou 21 h. Elle est donc passée d’une maman entièrement présente à une maman totalement absente, même si le papa a pris un congé parental et s’occupe très bien d’eux.

     

     

    Réponse

    Oh là là! Elle n’a que 2 ans et demi! Vous allez endurcir son caractère, et après vous direz: “elle est dure”! Vous croyez bien faire, vous avez l’expérience de votre aîné (mais c’était le premier, vous avez été très disponible… Le deuxième est toujours plus intrépide, apprend à vivre sa vie à sa façon car il doit se débrouiller avec la présence de l’aîné qui accapare d’emblée le champ verbal déjà mis en place avec ses parents). C’est par désespoir qu’elle se fait vomir. Il faut arrêter l’idée qu’elle doit manger toute seule, alors que ce sont les seuls moments où elle peut avoir votre attention. Donc, on se calme les parents, on se remet en confiance avec cette petite, on arrête les exigences trop précoces (nos grands-parents appelaient “âge de raison”: 7 ans). Vous allez travailler beaucoup mais le papa va être disponible? C’est très bien, pourvu qu’il soit vraiment disponible, patient et en admiration devant sa petite princesse. Cool!

    Si çà ne suffit pas complètement à dédramatiser, oui, ce sera bien de vous faire aider par un psychologue. Vous pouvez aller à la PMI de votre ville.

     

    //
  • Question
      J’admire le travail que vous faites pour la défense des droits de l’enfant et la protection des enfants. Lorsque je parle autour de moi de votre projet de loi conte la fessée, les gens sont moqueurs… j’entends souvent : «  après tout, nous aussi nous avons eu des fessées, et voilà ! On n’a pas été détruits » !!! « ça ne fait pas de mal, une fessée de temps en temps » !! « il faut bien que les enfants comprennent » !
    Je suis effarée de voir combien, à notre époque où nous avons tellement avancé dans les connaissances sur les enfants et l’éducation des enfants, il y a encore tant d’erreurs de la part des éducateurs et des parents, tant d’incompréhension…
    Réponse

    Pour les fessées, menaces etc… vous avez tout compris. le temps n’est pas loin où l’on trouvait aussi que battre sa femme était un droit de l’homme et du ressort de la vie privée! Mais là aussi, petit à petit, les jeunes parents savent bien que lorsqu’ils tapent, en fait, ils perdent leur autorité. Je ne désespère pas que la pratique cesse, même si je trouve que c’est beaucoup trop long. Vous pouvez lire – et faire lire – mon autre livre: “L’autorité sans fessée”

    //
  • Question

    C’est après avoir lu votre livre « élever mon enfant aujourd’hui », que nous nous adressons à vous pour quelques conseils concernant l’éducation de notre fille ainée qui a 3 ans. Depuis ses 18 mois, nous rencontrons des soucis pour nous faire obéir, elle ne veut rien entendre concernant l’autorité, elle veut toujours négocier, n’accepte aucune remarque, ni limite de notre part, et revendique pour tout (manger, dormir, se laver…, ranger ses jouets, rituels de la vie). Elle ne supporte pas qu’on lui impose des limites. Elle vient de faire son entrée à l’école, tout se passe bien. C’est une petite fille intéressée et dynamique. Je profite de mon congé parental pour m’occuper d’elle et de notre deuxième fille née en juin dernier. L’arrivée de sa sœur n’a rien changé à ses attitudes excessives et ses colères à répétition. Nous avons vu un pédiatre en janvier dernier qui n’a rien vu d’inquiétant, notre fille est assez mature et éveillée. Aujourd’hui nous sommes anxieux et stressés de ces conflits permanents et pour l’avenir.

    Que devons-nous faire, quelles méthodes adopter, serait-il préférable de consulter un pédopsy ?

    Merci pour vos conseils.

    Réponse

    Il semble bien en effet que vous ayez une petite fille très éveillée, elle a bien entériné vos consignes éducatives puisqu’elle ne pose pas de pb à l’école. Mais c’est un jeu de vous faire répéter, sans doute parce que vous êtes trop anxieux de bonne éducation et donnez trop de directives. Par exemple, à son âge, on ne peut pas “ranger sa chambre”, ou alors, elle deviendra obsessionnelle… Car à 3 ans, on commence à ranger et on repart dans son jeu. En la rangeant avec elle ou quand elle n’est pas là, vous lui donnez l’habitude du classement. Elle aimera l’ordre et rangera plus tard, par imitation.

    En voulant obtenir trop de gestes automatiques à cet âge de découverte, on entraîne l’enfant à en jouer, à vous provoquer. C’est un cercle vicieux. Cessez d’espérer trop d’autorité trop tôt, cela fait l’effet inverse.

    Si vous avez besoin d’être aidée, avec elle? En effet, c’est une bonne idée. Vous trouverez une psychologue à la PMI?

    //