Vos Questions / Mes Réponses


  •  
  • Enfants 2-4 ans

  • Question

    Nous sommes parents de magnifiques jumeaux de 28 mois qui font le bazard et démontent leur chambre jusqu’à 2 heures par soirs
    Nous avons essayé la douceur le rituel du coucher les punitions rien ne fonctionne

    Réponse

    C’est classique chez les jumeaux! Il faut les séparer pour le coucher, l’un dans un pièce, l’autre dans l’autre, pour qu’ils ne développent pas une communication entre eux sur le registre des “bêtises”

    //
  • Question
    Ma fille a été propre pour le pipi à 26 mois (nuit aussi, mais nous avons retiré les couches à 30). J’ai le sentiment qu’elle était prête depuis longtemps quand nous avons décidé de retirer les couches (elle avait un développement moteur et langagier à l’époque légèrement avancé) En revanche, pour le caca nous sommes “enlisés” dans une situation. Ma fille refuse d’aller sur le pot et elle a pris l’habitude de faire dans sa culotte. Je pense qu’au début elle a réclamé une couche, mais j’ai mal compris les explications de certains professionnels et je ne le lui ai pas donnée, pensant aussi que ça l’inciterait à devenir propre… Aujourd’hui mon intuition c’est qu’elle a le contrôle de la situation. Quand je parle avec elle, il lui arrive encore de demander une couche mais maintenant qu’elle n’en met plus depuis plusieurs mois, est-ce une bonne idée ?
    Réponse

    Il faut absolument lui proposer la couche pour faire ses selles en la laissant à sa disposition. Faire dans sa couche, c’est être propre dès lorsqu’on ne fait pas dans la culotte. A la booster trop tôt et en lui refusant de faire dans une couche, cela devient la culotte. Lisez mon livre “mon Bébé devient propre”

    //
  • Question

    Notre fils de 4 ans a commencé à ne plus vouloir s’endormir seul, lorsqu’il était en pleine phase d’opposition, vers 2 ans et demi. Il voulait rester avec nous, pleurait, sortait toujours de son lit/sa chambre, on ne s’en sortait pas. Avec le recul, je pense que cela a coïncidé avec de nombreux changements (propreté, changement de lit, déménagement, grossesse).  Depuis c’est très souvent compliqué. Pendant la grossesse (qui a été très angoissante), il venait tout le temps dans notre lit, nous avons fini par mettre un matelas à nos pieds, ce qui a fini par fonctionner, un jour on a enlevé le matelas, on lui a expliqué, et il n’est plus venu.

    Il a cessé de faire des siestes, puis a repris avec l’école. Depuis, tous les soirs après l’école, il dit ne pas réussir à s’endormir, demande à ce que l’on reste près de lui, s’énerve, appelle. Les autres soirs il s’endort vite, il est fatigué. Nous avons essayé la fermeté, la compréhension, le laisser lire, jouer. Mais lassés des allers-retours qui ne fonctionnent pas, nous restons le plus souvent près de lui, jusqu’à ce qu’il s’endorme. Si nous repartons avant, il ne cesse de nous appeler. Quand j’essaie de le faire parler, il dit qu’il a peur du noir (il a une veilleuse). On le rassure. On lui parle aussi beaucoup de notre envie de tranquillité le soir, de notre besoin à tous de sommeil.
    Nous sommes lassés de devoir batailler tous les soirs avec lui pour qu’il s’endorme seul. Nous serions donc preneurs de vos conseils, qui ont l’air en effet de changer des conseils culpabilisants que l’on peut entendre. Merci beaucoup d’avance!

    Réponse

    Pour l’instant vous avez très bien réagi, sauf que vous avez essayé de résister avant de céder, et ce n’est pas la peine, cela l’angoisse encore plus! Mettez un lit d’appoint à côté du sien et ne le laissez pas s’angoisser.

    //
  • Question
    Je viens de terminer votre livre “il est où mon papa” et souhaiterais vous évoquer la situation familiale dans laquelle mes enfants et moi sommes depuis plus de 2 ans et recevoir quelques suggestions pour vivre au mieux cette situation familiale pour nous tous.
     J’ai vécu avec un compagnon pendant 4 ans, nous avons eu un garçon qu’il a reconnu et qui porte son nom.
    Le couple ne fonctionnait pas très bien depuis la naissance de notre fils et nous avons suivi pendant quelques séances une thérapie de couple sans succès.(Il a accepté ces rdv pour me faire plaisir, mais ne voyais pas du tout ce qui ne fonctionnait pas entre nous)
     Puis j’ai su que j’étais enceinte. Cette grossesse n’était pas voulue, même si nous savions tous les 2 qu’elle soit possible puisque nous n’avions pas de contraception lors de nos rares rapports sexuels.
     Mon compagnon n’a pas souhaité que nous gardions le bébé, moi je n’ai pas voulu avorter, je sentais dès ces premières semaines de grossesse tout l’amour que je portais déjà pour cet enfant.
     Nous nous sommes séparés de façon violente (déchirement pour la garde de notre fils, je l’ai mis à la porte de notre domicile…) et jusqu’à ce jour n’a pas reconnu notre fille malgré le fait que je lui ai laissé cette possibilité ouvertement.
     Notre fille a eu 2 ans en mars et porte mon nom. J’explique à mon fils de 4 ans 1/2 qu’il a le nom de son papa et que sa sœur porte le nom de sa maman (il ne va pas plus loin de le questionnement pour le moment). Elle appelle mon nouveau compagnon papa depuis 1 an qu’il partage notre vie. Mon fils va chez son père 1 weekend sur 2 et la moitié des vacances scolaires. Il n’y a aucune communication entre son père et moi. Il voit notre fille quelques secondes lors du passage de bras et lui dit bonjour. Pour l’instant je lui dis que c’est le papa de son frère.
     Comment dire à mes 2 enfants qu’ils ont un père biologique identique et que comme nous étions séparé à la naissance de ma fille, il ne la prend pas pour le moment sans les blesser ou les perturber?
    Réponse

    Il y a une différence entre le “père” (géniteur), et le “papa”, (qui élève). Vos enfants perçoivent très bien qu’ils sont tous deux du même père. Mais cet homme se veut papa du 1er, n’était pas prêt à être papa du second enfant. Elle en adopte un de substitution. Mais elle sait très bien qu’elle a le même père que son frère. Pas la peine d’en parler lourdement. Pour les noms, vous pouvez obliger votre ex à la reconnaître. Mais vous n’avez peut-être pas envie qu’il la prenne chez lui, ce qui serait la conséquence. Donc, si l’on parle vrai, vous diriez plutôt: “elle porte le nom de maman parce qu’elle est née juste avant que l’on se sépare.” Donnez-lui votre amour, que votre nouveau compagnon soit bienveillant, et laissez faire le destin.

    //
  • Question

    Bonjour, je me permets de vous contacter pour avoir un avis/conseil. Nous sommes les parents d’une petite fille de 3 ans et demi qui fait depuis quelques moi des “caprices” que nous avons du mal a gerer son pere et moi. Cela part de rien du tout et fini souvent en crise de pleurs ce qui nous desole et nous demuni. Nous ne savons plus comment gérer cela, on parle beaucouo avec elle, ob explique, on essaie d’anticiper toutes les situations qui peuvent “poser probleme”, on s’est faché… mais cela continue on ne sait plus quelle position prendre.
    Un exemple, le soir, au moment de se brosser les dents si son papa l’accompagne, une fois dans la salle de bain elle va dire ” ce soir je veux que ce soit maman”, si c’est moi elle fera l’inverse. Si on anticipe en lui demandant qui elle veut pour brosser les dents elle va “faire expres(?)” de trainer pour mettre le dentifrice ect jusqu’a qu’on perde patience et là elle va nous reclamer un câlin. Doit on “céder” a toutes ses demandes? Est ce un caprice ou un reel besoin pour elle? On ne sait plus si on doit l’ecouter ou si on doit lui faire comprendre qu’elle ne peut pas tout choisir.  Nous sommes tres tristes d’etre dans cet espece de conflit avec elle car elle est par ailleurs adorable et ces situations n’existent qu’avec nous.

    Réponse

    Dans ces moments, elle a besoin de monopoliser toute votre attention, à tous les deux. Elle ne sait pas gérer la frustration d’avoir l’un sans l’autre, qui vaque sans elle, de devoir bientôt se coucher… C’est normal à cet âge, allégez vos demandes. Faites lui brosser ses dents au robinet du bain, puis rincer sa bouche au moment du coucher. Ce n’est pas très « académique »? C’est mieux que de tourner comme des toupies pour finir par lever la main sur elle!

    //
  • Question
    mon mari et moi nous séparons, la décision vient de moi. Nous avons lu votre livre Où est mon papa ?, tous les 2. Le père de nos 2 filles (2.5 et 4 ans) est très inquiet, moi je me sens très coupable. Nous voulons tous les 2 les préserver au maximum, nous nous sommes engagés à maintenir entre nous affection, respect, activités communes. Mais…

    1/ comment leur dire que Maman a pris un appartement, et qu’elles vont y vivre la moitié du temps (se séparer de ses filles plus d’une semaine lui est inconcevable mais nous nous demandons si c’est le mieux) ? quels mots choisir, quelle raison invoquer ?

    2/ la petite est très accrochée à moi. Doit-on, au début surtout, être flexible, changer l’organisation de la garde alternée selon leurs désirs à elle ou cela risque-t-il de les perturber encore plus et vaut-il mieux alors imposer une routine en acceptant que papa ou maman viennent nous rendre visite quand ce n’est pas “sa” semaine ?

    Réponse

    Si vraiment vous devez vous séparer, il faut mettre un rythme, penser que l’un comme l’autre sera triste de ne pas se réveiller avec les enfants, couper en périodes + petites qu’une semaine entière à cet âge…Je vois que vous faites beaucoup d’efforts tous les 2, il y’a surement des malentendus entre 2 si bonnes personnes. Avez-vous essayé une médiation conjugale?

    //
  • Question

    Bonjour. Ma fille a bientôt 3 ans. Elle était propre pour ses 1 an la journée et quasiment après sieste et nuit. Depuis décembre elle a régresse car elle recommence à faire pipi pour dormir sieste/nuit. Cela correspond à peut près à une rencontre avec un  père Noël ou elle a fait une mini crise de panique. Elle a hurlé en le voyant et à beaucoup pleuré. Elle a vraiment eu très peur. Elle a refait la même chose en rencontrant un clown. Depuis il faut 2h pour la coucher. Elle pleure pipi caca j’ai soif tout y passe. On as essayé de se plier à ses demandes , d’être plus secs en râlant, de punir même en lui supprimant des choses qu’elle apprécie mais rien n’y fait. Elle se réveille beaucoup la nuit. Dois je aller voir quelqu’un? Je suis vraiment à bout de force et perdu. Que dois je faire? Merci de votre compréhension.

    Réponse

    Les clowns et le “Père Noël” font souvent très peur. Il devrait rester dans ses montagnes et ne pas s’approcher! Vous devriez déjà lui dire que vous la comprenez, vous aussi vous avez peur des clowns et des gens déguisés en PN, et installer u lit d’appoint dans sa chambre. Si çà ne va pas mieux,, oui, voir une psychologue pour mettre de l’ordre dans ses émotions

    Le 2 avr. 2015 à 22:01, Mar Ina <bureaumarina35@gmail.com> a écrit :
    //
  • Question
    Mon garçon de 2 ans et demi est propre la journée pour le pipi. Pour le caca, c’est plus compliqué. Il ne signale jamais son envie, refuse le pot quand on le prend en flagrant délit. Résultat : le caca se retrouve toujours dans le slip. De plus, il ne pousse pas et fait sa selle en 4 fois une fois tous les 3 jours . Sa nounou le dispute. Son père et moi lui expliquons à chaque fois qu’il va bientôt y arriver. Que faire ?
    Réponse

    La nounou croit bien faire mais il ne faut surtout pas le disputer, il risque de bloquer de façon bien plus prolongée (encoprésie)! Regardez mes réponses sur “la propreté à la couche”

    //
  • Question

    Mon fils qui  vient d’avoir trois ans est propre pour le pipi en journée depuis un peu plus d’un mois et demi mais il refuse de faire caca dans le pot ou les toilettes. Mon pédiatre dit de ne plus lui parler pendant un mois de son caca, de le changer quant il a fait dans sa culotte sans commentaire et dans un mois si pas d’évolution de lui dire que maman en avait assez de nettoyer la culotte et d’aller voir un psy. Je précise qu’il fait généralement caca après les repas à la maison mais l’autre jour il a fait dans sa culotte en fin d’après midi alors que nous étions dans un magasin. Du coup je ne sais pas si il sait se retenir. Il fait tous les jours pendant plusieurs jours d’affilée puis parfois plus du tout pendant deux jours. Il n’a pas l’air de souffrir de constipation chronique.

     

    Réponse

    Regardez bien toutes mes réponses sur le sujet: beaucoup d’enfants, surtout les garçons, ont peur d’évacuer leurs selles et besoin d’une couche à ce moment. Votre pédiatre a raison: cessez de faire pression, sinon, il va bloquer!

    //
  • Question
    Nous avons un petit garçon de 4ans et une poupée de 9 mois. J’ai entamé une procédure de divorce car mon mari connait des crises de colère assez fréquemment et qu’ elle ressurgisse à présent sur notre fils. Mon mari a eu une enfance difficile avec une mère autoritaire pouvant être maltraitante et il semble évacuer une colère enfouie à la moindre frustration. Je ne parviens plus à anticiper ni,a réduire ses crises. Il est peu investi auprès d’eux, conteste mes allaitements longs, mon éducation non violente… Dans le cadre de cette séparation, j’ai très peur qu’il voit les enfants seul et je souhaiterais les organiser à l’ amiable et toujours en ma présence. Mes parents ont également divorcé et je ne veux pas faire  subir aux petits des allers retour entre deux maisons. Pensez vous que cela soit déstabilisant pour eux des après midi à quatre sereins et papa qui rentre chez lui après? Je ne verrai que la solution de droit de visite médiatisé sinon, et je ne trouve pas ca rassurant d’autant qu’ils sont souvent temporaires. Merci de votre réponse.
    Réponse

    Bien sûr, les disputes parentales sont traumatisantes pour les enfants. Mais il ne suffit pas de se séparer pour ne plus avoir de disputes. L’idéal ne serait-il pas d’abord de voir un médiateur conjugal pour aplanir vos désaccords? Le problème est que, dès lors que vous allez vous séparer, vous ne serez pas décisionnaire de l’organisation du temps avec leur père, seuls ou médiatisé… A moins que le père soit d’accord, et encore… ne changera-t-il pa rapidement d’avis…? Le motif qu’il est colérique, s’il n’y a pas de violences physiques, risque de ne pas être pris en compte par le JAF. Posez bien la question à votre avocat… 

    //
  • Question

    Ma fille de 2 ans a appris à être propre très tôt il y a environs 6mois. Nous sommes partis pour plus de deux mois de voyage et je la fais souvent garder. Depuis deux semaines elle recommence à se faire caca dessus,pour le pipi elle va au pot. J’ai essayé la méthode forte ça ne marche pas,j’essaye de lui parler en vain. Que dois je faire?

    Réponse

    Il faut lui remettre sa couche pour la selle, après le petit déj et le goûter ou avant le bain. Pouvez-vous lire mes autres réponses sur le sujet?

    //
  • Question
    je suis maman d’une petite Juliette de 3ans et demi. Elle a acquis la propreté la veille de la rentrée scolaire. C’est une petite fille très vive et intelligente avec parfois des réfexions déconcertantes pour son âge. Elle parle très bien et utilise parfois un vocabulaire très varié pour son âge. Ce qui contreverse avec sa toute petite taille. Elle est très active et n’arrête pas de chercher une nouvelle idée. Cela fait 2 mois que ça ne se passe plus bien à l’école. Elle n’écoute pas, va à l’encontre des règles, déchire ses dessins une fois fini, refuse les siestes, hurle dans les couloirs. Elle fait pipi sans cesse dans sa culotte, jusqu’a 10 fois par jour. En contrepartie lorsqu’elle participe aux activités de l’école, elle réussi très bien. L’école a tiré la sonnette d’alarme. Pour eux ma fille est en détresse.
    Réponse

    Ecoutez l’alerte de l’école. Le rythme de l’école est souvent très dur, avec la cantine, les récréations tumultueuses, les 25 enfants que doit gérer la maîtresse… finalement peu de temps de vrai travail avec la maîtresse pour une enfant précoce! Pouvez-vous alléger l’école?

    //
  • Question

    mon fils de 4ans et demi depuis quinze jours est devenu infernal , il n’obeit plus au consigne simple et acquise , repond et parlemente sur tout pour avoir le dernier mot , et quand il est mis au coin ou lorsque nous lui refusons quelques chose alors la colere explose , il hurle tape dans les murs celà peut durer un bon moment ….je me suis  renseignée a l’ecole pour savoir comment il etait en ce moment et apparement depuis quinze jours la maitresse doit le reprendre regulierement , il joue a la bagarre dans la cours (chose qu’il ne faisait pas il ya  15 jours)….. je dois preciser aussi que depuis environs 2 mois il n’est plus interessé par la sieste il en fait environ 1 sur 3… par contre la nuit il dort environ 11h. Je voudrais savoir qu’elle est la meilleur conduite a tenir , je ne sais plus comment le prendre , par la fermeté , par la communication ,par la sanction ….,?

    Réponse

    Punir ne fait que le désemparer encore plus. Il vous sent fatiguée et s’en veut. Il faudrait vous faire aider pour que l’un s’occupe du petit, l’autre du grand le + possible. Vous êtes dans une période normale de fatigue, à ces âges là, mais n’en veuillez pas à votre petit bonhomme!

    //
  • Question

    J’ai une petite fille de 3 ans et 5 mois qui n’ai toujours pas propre le jour.
    Nous avons essaye a plusieurs reprises pendant 1 semaine de quitter les « pulls up » pour passer aux culottes en la mettant régulièrement aux toilettes sans effets concluants.
    Dernièrement, j’avais laissé tomber car je me disais qu’elle n’était pas prête.
    La nursery (nous vivons en Angleterre) m’a suggéré de refaire une tentative et cela fait maintenant 2 mois qu’elle est en culotte mais rien ne change. D’elle même elle ne va pas aux toilettes, ni n’exprime le besoin et le fait d’être mouillée ou autre ne la gêne pas. Du coup je l’amène environ toutes les heures aux wc. elle fait pipi mais j’ai l’impression qu’elle est passive.
    Je lui ai proposé de mettre une pull up quand elle a besoin mais ca n’a pas l’air de l’intéresser.
    Le déclic ne vient pas!
    Que dois je faire?  Cela m’embête de lui remettre des pulls up en continu car je ne voudrais pas que cela soit un échec pour elle et changer tout le temps n’est pas une solution non plus.

    Réponse

    En plein hiver, c’est compliqué à comprendre dès lors qu’on a des couches dans la journée… Mieux vaut ne plus rien lui demander, lui mettre des couches, et attendre l’été pour les lui enlever. Si cela ne marche pas, il faudra chercher pourquoi avec votre pédiatre et une psychologue. Surtout ne pas la culpabiliser ni vous énerver

     

    //
  • Question

    Ma fille de 2 ans et demi vit en alternance chez moi et chez son père depuis ses 2 ans ; avant son entrée en crèche, elle dormait très bien, faisait ses nuits,
    dormait toute la nuit. Elle s’endormait dans mes bras car je l’ai allaitée pendant un an. A 10 mois elle est entrée en crèche (elle y va la moitié de la semaine
    car je suis à mi-temps), et depuis elle ne parvient plus à s’endormir seule. pourtant ça se passe très bien à la crèche. D’ailleurs les 1ers mois de crèche, ils
    ont dû la mettre dans un lit à part car ne parvenant pas à dormir et ayant peur de dormir seule, elle réveillait tout le monde. Aujourd’hui elle s’endort dans
    mes bras ; et chaque nuit elle se réveille : je suis épuisée et la prend dans mon lit ; son père fait la même chose. je sais que ce n’est pas bien, mais un parent
    épuisé par des nuits de mauvaise qualité peut difficilement faire autrement, c’est une question de survie ! peut-être que j’aurais du la mettre à la crèche à
    temps plein, mais je voulais tellement un congé parental à mi-temps pour profiter de mon enfant. je suis dans une impasse!

    Réponse

    Pour un tout petit, se séparer de sa mère pour aller à la crèche, puis après pour aller une semaine chez son père, çà mérite bien d’être rassurée la nuit! Mettez un lit d’appoint dans la chambre de vos filles, en gardant votre chambre pour vous, et cela passera plus vite.

    //
  • Question
    Mi-février nous avons démarré le pot pour ma fille de deux ans et 5 mois. Les deux premiers jours ont été difficiles puis après c’était spectaculaire. Au bout de quelques jours, elle faisait caca et pipi dans le pot et elle était très fière de nous montrer ça. 1 semaine plus tard elle a commencé à bégayer et elle nous a fait une très très grosse crise de colère. Nous n’avons pas identifié la raison mais les facteurs sont multiples. Il se peut que ça soit une réaction au pot ou à l’arrivée de sa petite soeur née en septembre. Nous avons alors décidé de ne plus lui mettre la pression pour le pot et de toute simplement lui dire que quand elle veut y aller, elle peut y aller. Il s’en est suivi une phase où elle faisait un peu dans sa couche culotte et un peu dans son pot. Mais depuis 1 semaine, elle fait tous les pipis dans la couche culotte. Les cacas également mais après avoir fait caca dans sa couche culotte elle demande à aller sur le pot et là elle nous dit qu’elle fait caca. Quand je lui dis qu’elle a déjà fait caca et que je dois l’essuyer elle me dit : “Non, non… je fais caca et elle veut rester sur le pot”. Est-ce signe de quelque chose ? Un bloquage ou autre ?
    Réponse

    Vos messages l’embrouillent car en cette saison, on lui met aussi une couche. Alors, c’est trop compliqué de comprendre les 2. Il faut attendre l’été, quand elle pourra être en petits caleçons et que les “accidents” ne seront pas grave; Dites-lui qu’on peut faire dans sa couche ou dans le pot, selon les moments, comme elle veut.

    //
  • Question

    Depuis quelques mois Mon fils de 2 ans et demi, répète sans cesse un petit bruit , comme une exclamation, Surtout lorsQu’ il observe quelque Chose qui l’intéresse .
    Au début ce petit bruit nous amusait, on disait qu’il faisait le petit phoque, mais maintenant je trouve que ça s’installe et je ne sais pas comment réagir, si je lui dit d’arrêter il recommence de plus belle !

    Réponse

    Oui, c’est un tic fréquent et comme il est provoqué par la tension psychique, vous en ajoutez en disant d’arrêterRassurez-lu plutôt en lui disant que ce sont les soucis qui sortent ainsi, peut-être la peur de ne pas avoir ce ui lui plait tant. Cela peut passer dans les 6 mois, sinon, il faudra “vider les soucis” avec une psychologue

    //
  • Question

    Cela fait quasiment deux mois que mon fils de deux ans et demie me réveille au moins 10 fois par nuit. Je le recouche à chaque fois mais il se relève pour dormir/rester avec moi (ce que je ne fais pas). Je suis épuisée par ces allers-retours nocturnes, comment faire pour qu il arrête de se lever la nuit ? Dois je aller voir un pédopsychiatre ?

    Réponse

    Si vous regardez les autres message sur ce sujet sur mon site, vous verrez que c’est très banal: à 2 ans, il est difficile de dormir tout seul. Je vous conseille d’installer un lit d’appoint à côté du sien et que papa et maman se relaient pour ne pas le laisser pleurer lorsqu’il se réveille. Et cela passera d’autant mieux

    //
  • Question

    Je vous écris car je suis désemparée. J’ ai une petite fille de bientôt 4 ans qui est très mature. Elle a su parler tôt en employant un vocabulaire adapté. Ses réactions au monde qui l’ entoure ressemblent plus à celle d’une petite fille de  7/8 ans. Elle adore l’ école, y a beaucoup de copains et copines avec de très bons “résultats” (malgré un début de 1ère année “difficile” où elle est restée mutique face à la maîtresse pendant plusieurs mois.) Elle est réfléchie sur beaucoup de sujets mais parfois sans savoir pourquoi elle est intolérante à la frustration, comme beaucoup d’ enfants de son âge d’ accord mais réellement elle “pète les plombs” . Pour pallier aux réactions trop violentes de sa part (cris stridents insupportables, vilains gestes mimant le fait de nous taper son père et moi) nous avons beaucoup discuté avec elle et elle a vraiment fait des efforts de ce côté là. Mais 2 choses posent réellement problème:
    – elle refuse de faire ses selles aux toilettes et demande systématiquement la couche.. nous n’ insistons plus mais elle va avoir 4 ans dans 3 mois et cette situation ne nous semble pas normale.
    – elle est souvent exécrable avec son père et ce depuis toute petite. Elle fait des efforts c’ est vrai mais a tout de même mis une claque sur le visage de son père ce matin…. elle a été punie (après l’ avoir prévenue plusieurs fois de la punition qui allait tomber nous l’ avons mise en place: pas de déguisement pour aller à l’ école ce matin pour le carnaval, le déguisement est un symbole de fête nous ne pouvions pas faire comme si rien ne c’ était passé, ce n’ était pas du tout la fête ce matin…). Elle a mis en place une stratégie de défense me disant qu’elle ferait semblant d’ être déguisée et oui c’ est beau d’ avoir de l’ imagination… bien qu’ elle ait fait beaucoup moins la maline en arrivant à l’ école. J’ avoue que ça a été dur pour moi aussi… elle m’ a dit aussi qu’elle allait partir de la maison mais en souriant. Un exemple qui montre l’ aplomb ou l’ impertinence de notre fille.
    Ce qui me fait mal c’ est son attitude vis à vis de son père. Elle est parfois adorable avec lui et parfois très très dure. Elle lui a déjà dit en hurlant, plein de haine dans les yeux qu’ elle ne voulait plus jamais le voir! C’ est très dur je ne comprends pas pourquoi. Il est présent, attentif, attentionné et sait parfaitement fixer les limites. Il n’ est pas plus ou moins présent que moi à la maison. Elle ne s’ est jamais permis de méchancetés vis à vis de moi. Au contraire elle est très fusionnelle, son amour pour moi est je trouve encore très “bestiale, viscérale”.
    Nous avons tout tenté, montrer que nous ne sommes pas touchés, lui imposer de dire bonjour à son père ou qu’il s’ occupe d’ elle, les explications… rien y fait malgré une amélioration.
    Que faire?

    Réponse

    Les enfants précoces sont à la fois passionnants mais tellement sensibles! Elle en veut surement à son père d’être aussi votre amoureux, elle doit être bien plus gentille quand elle est seule avec lui. Il faudrait que vous vous répartissiez les moments avec papa ou avec maman, pas en trio, quand c’est possible. Ne la forcez pas à dire bonjour ou autre démonstration avec son père car elle préfère la distance qui lui est nécessaire pour régler son Oedipe. Vous irez peut-être besoin qu’une psychologue l’aide à trouver sa juste place…

     

    //
  • Question
    Notre fille a 3 ans, elle ne fait plus pipi dans sa couche la nuit depuis deux mois. Je lui ai donc dit qu elle n avait plus besoin de couche. Mais je la sentais reticente à ne plus avoir de couche. Elle se leve la nuit d elle meme et la couche au final est genante. J ai finis par lui mettre un ultimatum, elle  a dit d accord. Mais du coup elle dort tres mal, se reveille sans cesse. Et à chaque fois c est la même chose. J ai donc remis la couche qui reste tout le temps propre. Comment la faire évoluer ?
    Réponse

    Suivez ce que vous indique votre enfant: tant que cela la sécurise d’avoir une couche, vous la lui laissez. Elle saura l’enlever quand cela la gênera vraiment.

    //
  • Question

    Ma fille de 26 mois est une enfant très joyeuse, pleine de vie qui s’intéresse à plein de choses. Depuis un mois elle se réveille la nuit, a du mal à s’endormir. Avec son père nous avons essayé la méthode douce pour la rendormir nous avons aussi essayé de la laisser pleurer mais rien n’y fait. Ça prend des heures pour la rendormir. Et maintenant depuis quelques jours elle pleure beaucoup lorsque je la dépose chez son assistante maternelle ou à la halte garderie. Il y a beaucoup de changements dans sa vie, j’accouche dans un 1,5 mois, nous allons déménager, mon mari est a l’étranger depuis 1,5 semaines. Que faut il lui dire pour la rassurer ?
    Je vous remercie pour vos conseils.

    Réponse

    Que de bons changements positifs pour sa vie: papa voyage, je pense que c’est pour le travail, on va avoir un bébé, ce sont des chagrins constructifs! Dites-lui que vous la comprenez de ne pas avoir envie de vous quitter, que vous avez plein de choses à faire pour elle, que le bébé aura bien de la chance d’avoir une grande soeur comme elle mais que lui, il ne saura rien faire du tout, alors qu’il faudra qu’on lui apprenne tout!

    //
  • Question

    Je vous contacte car ma fille de  26 mois se réveille plusieurs fois par nuit. Elle n’a jamais bien dormi, c’est une petite dormeuse et elle semble résister au sommeil à tout prix. De plus, extrêmement fatigués nous lui avons donné dernièrement des mauvaises habitudes tel que: rester à côté d ‘elle lors de l’endormissement, dormir par terre à côté d’elle la nuit si elle se réveille ou dormir avec elle sur le canapé (on évite le lit, de toute façon elle ne veut pas…) Bref, avant elle se réveillait une fois vers 4h du matin, maintenant, elle se réveille jusqu’à 4 fois dans la nuit.Elle dit qu’il y a un monstre dans sa chambre, elle veut à boire, elle veut sa maman. C’est une petite fille très éveillée qui parle très bien et a beaucoup d’imagination, mais son sommeil est catastrophique.Nous ne savons plus quoi faire, que nous conseillez vous ?

    Réponse

    Essayez un biberon de lait au coucher et au premier réveil, faites sauter les siestes, ne la grondez pas, ne la laissez pas pleurer, cela passera d’autant plus vite!

    //
  • Question

    Ma fille a eu 3 ans en août, et sa pettie soeur est née à ce moment là. Pendant un mois elle n’a pas eu de couches mais faisait 8 fois par jour dans la culotte, jusqu’à ce que je revienne aux couches. (J’avais essayé 15 jours l’été de ses deux ans, même résultat). Nous sommes fin novembre, l’école refuse de l’a prendre, quand j’essai de lui enlever la couche il y à plusieurs accidents par jour, du coup avec le bébé je ne me sens pas capable de lui enlever. L’école me dit de l’emmener chez un pédopsychiatre, qu’en pensez-vous ?

    Réponse

    Commencez par ne la mettre que le matin à l’école, sans couche: n’incitez pas, ne faites pas la morale, il y a de grandes chances pour qu’elle sache se retenir et imite les autres à la récréé pour aller aux toilettes avec l’assistante. Puis vous la mettrez l’après-midi. et si vraiment en effet, cela ne marche pas, vous pourrez consulter un pédopsy ou une psychologue.

    //
  • Question
    Mon fils qui a 2 ans et demi faisait très bien ses nuits mais depuis septembre il se réveille au bout de 3 heures d’endormissement (il s’endort vers 22 heures), je vais le recoucher puis il se rendort et vers 6 heures du matin il vient me chercher dans notre chambre pour que je finisse la nuit auprès de lui. J’aimerais savoir si il a suffisamment d’heures de sommeil (sachant qu’il ne veut plus faire de sieste) et que ça n’a pas d’incidence sur sa croissance et que le fait de rester allongée auprès de lui est la bonne solution. Il dort environ 10 heures, est-ce suffisant pour son age? à votre avis, ces réveils nocturnes durent en général jusqu’à quel age, car pour les parents ces très épuisant en particulier pour moi sa maman, j’ai 44 ans et je manque beaucoup de sommeil !
    Réponse

    Il faut faire confiance à l’horloge de l’enfant, il y a de gros dormeurs et de petits dormeurs… Il ne manquera de rien. N’hésitez pas à mettre un lit d’appoint, pour dormir prés de lui, c’est finalement moins fatigant que de lutter avec l’enfant!

    //
  • Question
    J’ai une fille de 2 ans et demi. Elle est propre pour le pipi depuis 4 mois. Elle y va seule, quand elle en a envie. Il n’y a jamais eu d’accidents. Par contre, pour le caca, elle refuse d’aller sur le pot ou les toilettes. Elle hurle, pleure, se retient. Cela peut durer des heures. Elle me demande que je lui mette une couche et qu’elle aille au dodo. Elle fait généralement caca pendant la sieste. Mais il arrive qu’elle est envie à d’autre moment. Que dois-je faire ? Lui mettre une couche et la mettre au lit comme elle le demande ? Comment lui enlever cette peur de faire caca hors de la couche ? Je suis désemparée de voir ma fille se mettre dans des états comme cela.
    Dois-je la mettre à l’école ? Est-ce-que cela l’aidera ? Je suis actuellement à la maison jusqu’à ses 3 ans.
    J’espère que vous pourrez me répondre et apporter une solution pour ma fille.
    Réponse

    Il n’y a pas de rapport entre la propreté pour les selles et l’école. Si vous l’y mettiez elle se reteindrait. Laissez-la faire sa selle dans la couche, lisez d’autres réponses dans mon site sur ce sujet (fréquent), mon livre “Mon bébé devient propre”, et revenez vers moi si ce n’est pas clair.

    //
  • Question
    Je me permet de vous écrire suite à la lecture des “questions/réponses” dans lesquels je me suis bcp retrouvé à plusieurs reprises mais pas tout à fait non plus, alors je suis toujours à la recherche de réponses à mes questions…
    Je suis maman d un petit garçon de 3ans et demis, qui a relativement bien mangé jusque là, il est rentré en maternelle en septembre et s y plait bcp, il reste le midi à la cantine mais à décidé de ne pas manger ce qu on lui proposait (on a essayé de savoir pourquoi sa réponse “ce n est pas comme à la maison” je peux comprendre! il n accepte que le pain!) cela ne me dérangeait pas plus que cela tant qu il mangeait “correctement” le soir à la maison, mais depuis un mois, il a aussi décidé de ne plus manger le soir non plus (ses réponses sont divers et varié “j aime pas être assis, ça plie mes jambes”(!), ou bien tout simplement “je n aime pas ou je n ai pas faim”) on a à peu près tout essayé (le laisser devant son assiette, le coucher le ventre vide, faire diversion, récompense, s énerver, discuter, rien n y fait si j ai bien compris une chose c’est qu on ne peux pas “forcer” un enfant à manger) c’est un petit garçon au caractère bien trempé, qui peux faire de grosses colères que j ai appris à “gérer” avec lui et a accepté, mais quand il dit non c’est non! Il a également “décidé” de ne pas manger si nous étions pas à la maison il répond systématiquement “non merci j en ai à la maison”(!).
     J ai contacté une pedopsy afin de mieux comprendre et peut être voir si il ne voulait pas nous faire passer un message plus facile à dire à une tierce personne! Dans un premier temps elle nous a conseillé de “desangoissé” le repas en lui laissant le choix de se qu il voulait manger, bilan il mange oui mais que des cochonnerie (gâteaux, chips, chocolat, bonbons)
    Petit détail qui a peut être son importance, il toussote quand il mange!
    Réponse

    C’est un épisode de néophobie alimentaire comme il y en a fréquemment à cet âge. S’il tousse en mangeant ou en buvant un biberon, il peut en effet avoir un trouble de déglutition qui l’effraie? A vérifier avec son médecin. Une fois ceci éliminé, vous pouvez le laisser manger ce qu’il aime et compléter par un biberon de lait de croissance le soir. Jusqu’à ce que cela passe tout seul…

     

    //
  • Question
    Mon petit garçon de 4 ans, fait depuis plusieurs jours une crise de larmes chaque soir après 2 ou 3 heures de sommeil.
    Il se couche tôt vers 7H30, épuisé par sa journée d’école. Mais la crise de larmes revient chaque soir. au début j’essayais de le rassurer, mais j’ai l’impression qu’avoir un câlin lui donne envie de recommencer. Je me demande si c’est sincère ou c’est devenu un rituel pour me faire venir dans sa chambre. Je trouve cette stratégie très agaçante et j’éprouve l’envie de me fâcher car quand je lui demande pourquoi il pleure il ne répond rien, il se contente de pleurer de façon incontrôlable, alors qu’en réalité il s’exprime très bien… 
    Réponse

    A cet âge, le sommeil est immature et le passage d’un cycle à l’autre entraîne des télescopages avec des émotions incontrôlables sans objet. Il n’y peut rien et ce n’est pas du tout une stratégie. Cela va passer d’autant plus que vous restez bienveillante!

    //
  • Question
    Premièrement je tiens à vous remercier pour votre livre “éloge des mères” dont la lecture m’a beaucoup apaisée.
    Je lis en effet de temps à autres quelques livres sur les mères et leurs enfants car j’en ai grand besoin. Depuis sa naissance il y un peu plus de deux ans notre fils nous mène la vie dure en effet !
    Pour faire très court, il est depuis tout petit extrêmement tonique (et donc épuisant pour nous ses parents). J’ai l’intuition que ses soucis successifs n’ont pas aidé (naissance difficile,RGO sévère, il a été hospitalisé une semaine n’arrivant plus à se nourrir à deux mois, sortie des dents accompagnée d’otites continues, etc …tout se fait dans la douleur !) ; mais il s’oppose beaucoup à nous pour ne pas dire tout le temps, et bouge sans cesse, vraiment (il n’arrive que rarement à se poser deux minutes, et encore ces deux minutes sont un progrès) ; il ne s’assoit pas, n’a jamais fait de câlin,( il ne s’est jamais “calé” contre nous même bébé, nous repousse encore maintenant). Il a marché très tôt, en rejetant toujours la main qu’on lui proposait, escalade tout, court en fonçant dans les murs si l’on n’est pas dehors toute la journée. Il nous parle du matin au soir maintenant, (il s’exprime bien, mais parle tout le temps) ! Nous avons néanmoins l’impression qu’il progresse un peu puisqu’il est maintenant par exemple capable de parfois s’asseoir pour gribouiller, cela nous parait extraordinaire comme progrès, mais attention, pas plus de deux minutes et cela finit inexorablement en jeté de crayons à travers la pièce ! Il semble toujours vivre dans l’urgence, le besoin de crier, jeter, sauter cela nous stresse et nous fatigue beaucoup, nous, ses parents amoureux du calme ! Il semble plus calme à l’extérieur de la famille, surtout s’il est en compagnie d’autres enfants (chez la nounou par exemple). Auriez-vous un conseil à nous donner,cela vous semble t-il dans les limites du “normal” ?
    Une maman bien fatiguée.
    Réponse

    A cet âge, il y a une “hyperactivité” physiologique, qui peut désemparer des parents peu préparés aux “terrible twos”! Mais c’est d’autant plus transitoire que l’on ne s’énerve pas et que l’on reste patient. Faites-vous aider: mamie, marraine, garderie… si vraiment, cela n’est pas gérable, voyez avec son médecin. Mais cet enfant me semble très éveillé, aussi bien sur le plan langage que moteur, c’est super!

    //
  • Question
    ma fille née le 11 novembre 2012 est chez une nounou depuis plus d’1 an
    l’an passé elle était la plus petite, ses compagnons +/- réguliers, 3 filles et 1 garçon sont rentrés à l’école
    depuis septembre 2 bébés de 6 et 9 mois (8 et 11 maintenant) sont arrivés
    pas forcément tous les jours, elle vomit avant de manger, ou à la 1° bouchée, ou même après
    parfois il y a juste une régurgitation
    alors qu’elle dit qu’elle a faim
    il lui est aussi arrivé de se cacher quand sa nounou appelait à table
    elle, si joyeuse et fofolle, est toute tristounette
    (pas à la maison, juste chez sa nounou)
    quel est le bon comportement à adopter ?
    Réponse

    Il faut la faire examiner par son médecin pour vérifier qu’il n’y a pas de cause organique, une reflux tardif. Et vérifier sa courbe de poids. Si celle-ci est normale, ne pas insister pour qu’elle mange comme une grande, peut-être qu’elle veut revenir au biberon de lait pour compléter son repas? Ne pas la forcer. Si tous ces conseils ne marchent pas, voir la psychologue. Peut-être celle de la PMI, qui aidera aussi la nounou?

    //
  • Question

    à partir de quel âge doit on commencer a lui brosser les dents, et comment fait on ?

    Réponse

    Le brossage des dents commence entre 2 et 3 ans, quand la 2ème molaire est sortie. Pas avant car il y a des dents qui poussent et l’on risque d’infecter la gencive. les dentifrices pour enfants commencent à 2 ans.

    //
  • Question
    Mon fils de 4 ans qui est propre depuis  ses 2 ans 1/2  viens de faire caca dans sa chambre. caca qu il a fait sur son tapis et qu il a caché sous des coussins!
    il a un frère de un an ,Il va a l ecole où tout se passe pour le mieux.
    je ne sais pas pourquoi il a fait ca!
    Jalousie?
    Essaye t il d attirer mon attention (pk son petit frere me demande pas mal de tps)
    Il y a eu un probleme a l ecole?
    J ai essayer de lui demander mais rien, il me dit que tout va bien. c est un enfant epanoui
    Pouvez vous m’eclairer?
    Réponse

    C’est toujours une protestation. A cet âge, les enfants n’ont pas d’autres moyens de dire “merde”! à leur maman, trop dur de le dire directement car en même temps ils l’adorent et la craignent. Donc quelque chose l’a mis très en colère. A voir en jouant, racontant, au besoin avec une psychologue

    //
  • Question
    je suis la maman de 2 garçons : l’aîné (3 ans fin décembre) et le bébé (3 mois fon novembre). Depuis la naissance de son frère, mais même avant, l’aîné n’arrête pas de repeter papa s’en va….alors qu’il adore jouer avec lui, faire la cuisine….ce matin, il s’est levé en pleurant et disant cela. Nous en sommes tres attristés et cela est de plus en plus dur à supporter pour nous, d’autant que mon mari et moi sommes amoureux. Mon mari travaille beaucoup….

    qu’en pensez vous et que faire?

    je précise que le grand ne veut pas faire pipi caca dans le pot et prefere garder sa couche parfois il ne veut même pas enlever le caca de sa couche.

     

    Réponse

    Il est classique dans cette configuration: âge, 2ème bébé, parents très amoureux… que l’aîné en veuille au papa de lui avoir “fait ce coup là”! un bébé à maman! quelle trahison! c’est l’entrée dans le complexe d’Oedipe. N’insistez plus, dites avec bienveillance que papa le comprend et va s’occuper de tout ce qu’il a à faire: préparer le petit déjeuner,  travailler sur son ordi… Papa peut le soir commencer des constructions sans lui demander de venir, n’en faites pas un enjeu. Et si cela ne passe pas rapidement, allez avec l’enfant parler en entretien psychologique.

    //
  • Question
    Ma fille a 3 ans et demi. Elle était propre pendant 2 mois (mai-juillet). elle allait aux toilettes toute seule ou elle nous demandait de l’emmener aux toilettes. J’ai accouché au mois d’aout et depuis, elle fait pipi au lit toutes les nuits, même 2 fois par nuit (cela ne la réveille pas). Elle nous a dit que c’était dur de se lever , ou qu’elle était “en retard par rapport à son pipi”.
    Je lave tous les matins: draps, alèses, couettes..ça devient insupportable.
    Je pense à une régression avec l’arrivée de son frère.
    C’est pour cela qu’avec papa, on lui dit souvent qu’on n’est pas d’accord et elle nous a promis de ne plus le faire. Mais rien ne change. On lui rassure qu’on l’aime toujours autant. On passe du temps à jouer tous les 3, pendant que bébé dort. On lui raconte des histoires. On joue les jeux avec elle….On a même fait dormir bébé dans la même chambre pour qu’il n’y ait pas de différence de traitement entre les 2 enfants. Mais rien ne change, ça fait plus de 3 mois que cela dure.
    Est-ce que vous nous conseillez de lui remettre la couche qu’elle va enlever quand elle sera prête à nouveau de savoir controler sa vessie pendant la nuit?
    Réponse

    Elle sait très bien vous dire que son sommeil est trop profond et qu’elle est déjà mouillée quand elle se réveille. Ce n’est pas la jalousie mais le trop plein d’émotions qui provoque un sommeil profond la nuit. Jusqu’à 5 ans, le sommeil n’est pas organisé de façon stable, il est immature. Dites-lui: “ce n’est pas ta faute, c’est parce que ton sommeil est très fort. Quand tu vas grandir, il deviendra plus léger et tu sentiras le pipi venir. En attendant, ne t’inquiète pas je te remets la couche”. Et ne lui donnez pas de date limite!

    //
  • Question

    Bonjour ma fille a 2ans et 5 mois j ai essayer le pot ou les toilettes depuis cet été elle a fait chez sa tata(qui la garde pendant que je travaille)mais n a jamais fait a la maison, aucun problème pour la mettre en culotte et allé sur le pot mais rien n y vient elle peut se retenir au moins 3 heures et réclame la couche quand elle a envie. il y a 2mois elle a eut une vulvite a cause au elle se retient et depuis je la laisse en couche et je ne lui en parle même plus.que dois faire?

    Réponse

    Si vous insistez pour le pot, elle va se bloquer de plus en plus. Revenez entièrement à la couche, ne lui parlez plus de propreté, et attendez le printemps quand vous pourrez la laisser sans couche sans risques qu’elle se salisse. Lisez mon livre “Mon bébé est propre”.

    //
  • Question

    je suis maman d’un gracon qui aura 3 ans en février , il va regulierement au pot pour le pipi, mais pour le caca , cela est une autre histoire , il se retient veut quasiment pas le faire dans la couche et absolument pas sur le pot.
    Je sais plus quoi faire pour qu’il le fasse au pot , il dit qu’il veut faire caca alors je lui demande si il veut une couche il me dit non au pot, j’ai besoin d’aide comment faire !!! Ca m’angoisse de ne pas savoir quoi faire et j’en perd patience !!! :(

    Réponse

    Il a déjà compris comment faire pour le pipi et se retient pour sa selle, il est donc propre pour la vie sociale. Mais il a peur de ne pas réussir à faire là où il faut, et préfère se retenir plutôt que rester assis à l’âge des découvertes et de la motricité. Proposez lui le pot, pas “pour faire” mais pour jouer, asseyez-vous sur un petit tabouret à côté de lui avec une boite de petits jouets, distrayez-le pendant le temps où il peut rester patient, puis s’il n’a pas fait, ne dites rien, remettez-lui sa couche en disant: “si le caca vient dans la couche, c’est très bien!” L’essentiel est qu’il ne fasse pas dans sa culotte, laissez-le progresser sans angoisse du pot vers la couche.

    //
  • Question

    Je trainais sur le net à la recherche de témoignages de parents ayant un enfant de 3 ans refusant de s’endormir seul et se réveillant plusieurs fois la nuit, ce qui est mon cas. Cette situation me pose un problème car je suis très fatiguée et ai un travail à responsabilités.
    Ma fille, 1ere enfant née en août 2011, a réussi à s’endormir seule de janvier (la veille d’une consultation annoncée et expliquée chez une pédopsy pour ses problèmes d’endormissement) à décembre 2013 (suite à un gros cauchemar). Mais depuis cette date, la galère a repris et je n’arrive pas a en sortir malgré mes paroles et le retour chez la pédopsy. Je précise qu’elle dort dans sa chambre et que j’y ai donc installé une sorte de canapé. Elle ne veut s’endormir qu’avec moi et refuse son père.
    Je passe par des phases de patiente empathie mais aussi (comme ce soir, suite à une journée particulièrement chargée) par une exaspération colérique…(mal, mal, mal, je sais bien qu’elle vient de rentrer à l’école et qu’elle est actuellement dans un mode “transitoire”). Mais comme vous le dites, et c’est ce qui me fait plaisir à lire de la plume d’une pédiatre, c’est que l’endormissement et le sommeil solitaire sont des dogmes occidentaux. C’est ce que j’ai toujours pensé, et c’est pourquoi je refuse le dressage au sommeil. Je suis également contre les fessées et tout autre type d’éducation violente : je gronde, parfois très (trop?) fort, mets au coin et/ou refuse de rester avec ma vilaine.
    Je pense qu’elle a une angoisse de la séparation. Nous avons une relation très fusionnelle. Je suis moi aussi d’une nature assez anxieuse, petite dormeuse et ai été également un calvaire pour le sommeil de mes parents… Les chiens ne font pas des chats je crois ! (Le papa a également fait ses nuits à 5 ans)
    En tout cas merci pour la vision que vous partagez sur votre site, ça change tellement du discours moralisateur et culpabilisant…

    Réponse

    Vous m’encouragez dans mon travail! Sachez que plus vous résistez et grondez, plus vous repartez pour un temps d’angoisse et de dépendance à votre présence pour dormir. Vous avez la chance d’avoir un compagnon compréhensif, puisqu’il n’a bien dormi qu’à 5 ans!
    Installez donc un couchage dans sa chambre et revenez en câlins contre son père quand elle dort bien. Cela va passer tout seul et vous me réécrirez désemparée quand elle mettra un verrou à sa porte pour être tranquille le soir…

    //
  • Question

    Mon fils qui aura trois ans en décembre prochain est rentré à l’école il y a quinze jours. Les jours précédents, il faisait pipi sur le pot ou les toilettes quand on l’y mettait mais faisait caca dans la culotte. Depuis la rentrée, il ne fait pas caca à l’école mais soit dans son slip soit dans les toilettes à la maison. En revanche, il fait pipi dans son slip à l’école de 1 à 4 fois par jour. La maîtresse suggère qu’il n’y aille que le matin mais j’ai peur que cela ne change rien et qu’au contraire il se sente puni voire exclu de l’école alors qu’il aime y aller. En outre, son père et moi travaillons toute la journée et il serait gardé par la jeune fille qui vient les chercher lui et sa sœur après l’école. Je me sens démunie. Nous manions tantôt l’encouragement tantôt le haussement de ton. Que faire ? Que dire à la maîtresse ?

    Réponse

    Cette situation est en effet courante, surtout chez les garçons. Elle évolue spontanément si on n’angoisse pas l’enfant. Ecoutez la maîtresse et ne le mettez que le matin, la journée est très longue en PS. Rassuez-le, il aura la couche en sortant de l’école. Il est probable qu’il suivra bientôt les autres à la récréation pour pipi. A condition que vous ne vous en mêliez pas…

    //
  • Question

    Je vous envoie ce mail car j’ai absolument besoin d’aide . J’ai accouché il y a 3mois mon aine de 2ans est extrêmement jaloux il est déjà très avancée pour son âge mais la il est devenu ingérable. Que dois je faire pour qu’il l’écoute ce que lui demande ? Aussi il n’arrête pas de taper son petit frère il lui arrache les cheveux le griffe enfin bref il est assez violent avec lui! Je sais qu’un est jaloux mais que doisje faire je ne gère plus la situation et je n’ai aucune autorité .. Comment le punir a cet âge la ?
    Je vous remercie pour votre aide .

    Réponse

    Le plus efficace serait de partager ses émotions: “c’est vrai! C’est énervant d’avoir un bébé qui se fait porter, nourrir, changer, reste à la maison! Alors que nous, il faut qu’on soit grand, qu’on parle, qu’on marche, qu’on obéisse! Mails alors, le bébé, il se fait pipi dessus, il ne sait pas parler, pas marcher, il n’a pas de copains, pour jouer, il ne sait pas taper dans un ballon! Toi, tu as appris tout çà! On est si fier de tout ce que tu sais faire. Bon, en attendant… il faut bien la porter puis qu’elle ne sait rien faire! C’est énervant! Pour elle aussi, la pauvre! On va lui apprendre, elle a de la chance d’avoir une grande soeur comme toi! Si, avec ce discours, cela ne passe pas, voir une psychologue qui l’aidera.

    //
  • Question

    mon fils a 3 ans et demi et il refuse de quitter sa couche. L’été dernier, à 2 ans demi, je le laissait sans couche et quand il en avait envie, il allait faire pipi dans le jardin. Il a alors fait deux fois caca sur le sol et cela l’a un peu angoissé. Une troisième fois il m’a dit qu’il avait envie de faire caca par terre dans sa chambre, je lui ai alors proposé le pot mais il a refusé. Je lui ai alors proposé de remettre sa couche pour faire caca, ce qu’il a accepté. Depuis ce moment, il a eu tendance à se retenir, à être de plus en plus constipé et à réclamer la couche pour faire caca. Dès qu’il était habillé il ne pensait plus à aller faire pipi, je me suis dit qu’il n’était pas prêt et lui ai donc remis une couche. Depuis décembre dernier il a un traitement pour la constipation. Il vient d’entrer à l’école avec une couche culotte, il n’y va que le matin mais il refuse d’aller aux toilettes avec les autres.La pédiatre me dit de ne pas m’inquiéter, que c’est lui qui décidera, que cela ne nécessite pas d’aller voir une psychologue. Qu’en pensez-vous?

    Réponse

    Cette situation est en effet courante, surtout chez les garçons. Elle évolue spontanément si on n’angoisse pas l’enfant. Vous pourriez essayer de ne pas lui mettre de couche le matin, en le rassurant qu’il en aura une en sortant de l’école. Il est probable qu’il attendra et sera déjà propre le matin, pour sa selle; et qu’il suive les autres à la récréation pour pipi. A condition que vous ne vous en mêliez pas…

    //
  • Question

    J’aimerais savoir si vous pouviez m’éclairer sur un problème que je rencontre avec ma fille de 21 mois.
    Nous sommes partis en famille (grands parents y compris) 2 semaine en vacances (en appartement, où nous avons reproduit pratiquement à l’identique son cadre de vie, ses habitudes et rituels). Notre fille était très très excitée (notamment le soir, où, nous n’avons jamais eu aucunes difficultés pour l’endormir).A mi séjour, nous avons remarqué qu’elle commençait à se tirer les cheveux à l’aide de sa tutute pour ensuite les enrouler autour de cette dernière.Nous n’y avons pas trop prêté attention dans un premier temps, mais voilà, depuis le retour, ça continue, le phénomène devient très visible sur son crâne et cela m’affole énormément.J’ai pris rendez vous avec une pédopsychiatre, qui nous a reçu 2 fois jusqu’à présent.Le premier rendez vous s’est limité à ce que je vide mon sac (tout y est passé) Ce qui en est ressorti, c’est que je suis très anxieuse, que nous sommes très fusionnels et que je suis un peu trop rigide et sur son ‘dos’…La petite a l’air très bien dans ses baskets, très réveillée, a un bon vocabulaire et très sociable (sauf avec les hommes moustachus ;) )Depuis, j’essaie de lui faire plus confiance, de lui laisser plus de liberté tout en la rassurant.Pour ce qui est de sa ‘trichotillomanie’, nous avons testé les poupées avec cheveux, les doudous, la veilleuse, la lecture, le bercement.J’ai essayé de moins me focaliser dessus, et de ne pas la gronder quand elle me montre sa tutute recouverte de cheveux.Pour le moment, pas de grands changements, si ce n’est une légère diminution du nombre de cheveux trouvés à son réveil. Pouvez vous me donner des pistes, des idées sur notre attitude à adopter?Pouvez vous aussi me dire si oui, ce ‘tic’ va passer et quand ou si au contraire, nous sommes parti pour une longue bataille.

    Réponse

    L’arrachage compulsif et irrépressible des cheveux, appelé tricotillomanie, est un moyen trouvé par l’enfant pour évacuer son stress. Le pédopsychiatre doit en effet chercher ce qui, chez la maman, l’a conduit inconsciemment à transférer une angoisse sur son enfant. N’ayez pas l’impression de perte votre temps en parlant de vous, ne vous sentez pas coupable. Il suffit que, comme un détective, le psy trouve pourquoi vous pensez avoir quelque chose à “réussir” avec votre enfant, pour que ce tic disparaisse de lui même.

    //
  • Question

    Je vous écris car cela fait un an que notre petite fille nous mène la vie dure : début d’école maternelle difficile, puis arrivée d’une petite soeur. Elle nous a dit, après de multiples colères, qu’elle était triste d’avoir une petite soeur et ne comprenait pas qu’on veuille “changer de bébé”. Nous sommes allés voir une psychologue et cela allait mieux, mais avec cette rentrée scolaire, cela devient encore pire : sa grand-mère vient la chercher à l’école et cela engendre de très fortes colères avec violence physique (frappe et griffe) et quand sa mamie donne le biberon à sa petite soeur de cinq mois, c’est l’explosion. Nous avons essayé de lui expliquer que sa place n’a pas changé, nous avons des moments rien qu’avec elle, mais elle hurle quand nous rentrons le soir, finit par obéir mais en jouant avec nos nerfs. Avec sa soeur en revanche, elle est adorable. Nous pratiquons le “time-out” et ne lui donnons aucune fessée. Et le matin, elle est gaie sur le chemin de l’école mais se renferme une fois franchie la porte de la classe et veut rester avec la personne qui l’emmène (son papa ou moi). Elle dit qu’il y a trop de bruit en classe.

    Réponse

    Le plus efficace serait de partager ses émotions: “c’est vrai! C’est énervant d’avoir un bébé qui se fait porter, nourrir, changer, reste à la maison! Alors que nous, il faut qu’on soit grand, qu’on parle, qu’on marche, qu’on obéisse! Mails alors, le bébé, il se fait pipi dessus, il ne sait pas parler, pas marcher, il n’a pas de copains pour jouer, il ne sait pas taper dans un ballon! Toi, tu as appris tout çà! On est si fier de tout ce que tu sais faire. Bon, en attendant… il faut bien la porter puis qu’elle ne sait rien faire! C’est énervant! Pour elle aussi, la pauvre! On va lui apprendre, elle a de la chance d’avoir une grande soeur comme toi!”

    Le 15 sept. 2014 à 21:35, emilie.choffat@free.fr a écrit :

    Bonjour Madame,

    //
  • Question

    Ma femme et moi avons un petit garçon de 2 ans et demi. Alors que plus petit il mangeait à peu prés de tout, pour caricaturer, depuis un peu moins d’un an il ne veut rien avaler d’autre que des pâtes. Il refuse les légumes. Nous sommes un peu démunis face à cette situation car les repas s’éternisent et deviennent “tendus”, en particulier le repas du soir. Il est difficile de faire le tri sur tous les avis que nous voyons sur le sujet (au lit sans manger, être plus ferme…). Nous faisons peut-être l’erreur de lui demander ce qu’il veut plutôt que de lui “imposer” un repas que nous choisissons…
    D’après votre expérience la situation et sa durée sont-elle inquiétante, faut-il effectivement durcir le ton, peut-on aller jusqu’à coucher un enfant de cette âge sans manger s’il refuse de manger ce que nous lui préparons ? Bref plein d’interrogations pour nous et auxquelles il n’est pas facile de trouver des réponses, on entend tout et son contraire…

    Réponse

    On dirait qu’on va revenir au “Toto, mange ta soupe!” de l’après-guerre, quand on bourrait l’estomac des petits de soupe en période de restrictions! Depuis que l’on respecte les goûts et l’appétit des tout-petits, on a pris 6 cm de taille en une génération. “5 fruits ou 5 légumes”, c’est pour les adultes et faire marcher le commerce des fruits et légumes… Pitié pour ce petit. Il mange très bien! Les pâtes tous les jours, comme base de repas, c’est à l’italienne, et alors? Et le soir, vous présentez des pâtes avec du jambon, et s’il est vraiment trop fatigué pour manger, un biberon de lait de croissance remplace tb le repas. Cool!

    //
  • Question

    Je me permets de vous contacter car ma fille de deux ans et sept mois est propre à la couche mais ne fait rien sur les toilettes ou le pot, voire le refuse catégoriquement.
    Lorsqu’elle a envie de faire pipi ou sa selle, elle demande une couche. Si je refuse, elle s’énerve, pleure.
    Une fois la couche obtenue, elle y fait ses besoins dans les trois minutes.
    Sans couche elle est capable de se retenir 4-5h…. c’est long! Est ce mauvais de se retenir à ce point?
    L’école débute dans 5 jours et elle n’a jamais fait que trois pipi dans son pot… Et une selle une fois qui lui a fait un peu peur..
    Ira-t-elle aux wc a l’école ? (Ça l’intrigue!)
    Dois je dire a la maîtresse qu’elle est propre à la couche ou juste qu’elle est propre tout court et voir venir.
    Pour l’instant je lui mets ses couches, j’essaie de ne pas lui parler de WC a tout bout de champs, de la laisser décider.

    Réponse

    Vous pouvez vous rassurer: elle ne fera pas dans sa culotte à l’école, elle suivra probablement les autres enfants et fera pipi aux WC. Elle attendra d’être à la maison pour faire sa selle dans la couche que vous lui proposerez dès son retour. Très peu d’enfants font leur selle à l’école, il n’y a pas d’intimité. Ne lui en parlez plus, vous allez vraiment finir par créer un problème. Et n’en parlez pas à la maîtresse. Laisser faire votre petite tranquillement.

    //
  • Question

    Depuis 3 semaines, sans que je ne sache pourquoi, A. ne veut plus que moi pour le coucher. On fait la première partie du rituel à trois ( biberon à ses poupées, puis dodo dans leur lit, dans le “coin jeu” du salon), mais dès que je la prends au bras pour aller dans sa chambre, elle refuse de faire le moindre câlin à son père (par contre elle lui envoie des baisers). Si j’essaie de la lui confier pour le coucher, elle s’accroche à moi en pleurant. Je l’emmène doucement dans sa chambre, on allume, on met la turbulette, on éteint. Dès que j’éteins, elle pleurniche “Papa ?” Alors, je lui dis qu’il est là, qu’il veille sur elle, qu’elle le verra demain, qu’elle a le droit d’aller au dodo avec lui, qu’il suffit de le dire. Elle se calme, écoute les chansons que je lui chante, et s’endort seule sans problème. J’ai essayé une fois de le faire venir pour un dernier bisou, elle s’est mise à hurler…
    Je ne veux pas brusquer ma fille, surtout qu’à part ça, elle a l’air assez contente d’aller au lit. Mais je comprends pas ce qui se passe dans sa tête, et cela me peine beaucoup pour mon mari qui adorait ce moment seul avec sa fille…
    Auriez-vous un éclairage à m’apporter ?

    Réponse

    C’est l’âge du complexe d’Oedipe: la petite fille cherche sa place entre Papa et maman, elle en veut à son père de lui préférer maman, au point d’avoir fait un bébé avec elle. Peut-être même devinne-t-elle avec l’intelligence émotionnelle propre à cet âge, que, la nuit venue, ses parents pourraient bientôt faire un 2ème bébé… Alors, elle adore son papa, tout en se protégeant du trop d’amour qu’elle a pour lui. Il doit la rassurer qu’il l’aime, et garder sa distance pour le coucher, car ses câlins, la petite a raison, c’est pour sa femme!

    //
  • Question

    Mon fils a eu 3 ans la semaine dernière.
    Il est devenu propre pour le pipi en 10 jours avec seulement 4 ou 5 accidents il y a 1 mois, mais continu d’uriner dans sa couche lors de sa sieste et de la nuit. Je pense que cela viendra petit à petit (rapidement j’espère pour la sieste, école oblige!)
    Pour les selles, il a dû les faire 4 ou 5 fois sur le pot ou au toilette en étant très fier mais depuis, quand je lui demande d’essayer de forcer, il répète qu’il n’a pas envie de faire caca et invariablement il va le faire pendant son sommeil, dans la couche.
    Cela était d’ailleurs déjà le cas avant que l’on attaque la propreté. J’ai essayé de l’interroger pour comprendre si il avait peur et de quoi mais apparemment ce n’est pas le cas. Il y a 1 an, il a eu tout de même une période de 2 à 3 mois où il a été fortement constipé au point qu’il en pleurait et disait “j’ai mal à mon caca”. Je me demande si ce n’est pas la peur d’avoir mal qui subsiste bien que ces pbms soient résolus.
    Que puis-je faire pour qu’il accepte de faire dans le pot ou les toilettes?

    Réponse

    Pour le pipi, ne vous inquiétez pas. Le sommeil de sieste à l’école est plus léger, il va surement se retenir. En attendant, laissez-lui sa couche à la maison et dites-lui que c’est normal de faire pipi dans sa couche à la maison parce qu’on y dort très fort.
    Pour les selles, il est certain qu’il a peur d’avoir mal et aussi de vous décevoir. A l’école, il se retiendra, ne fera pas dans sa culotte et attendra qu’on lui mette une couche à la maison. Faites-le tant qu’il en a besoin, si vous n’insistez pas, cela passe tout seul. Lisez mon petit livre “Mon bébé devient propre”

    //
  • Question

    J’ai un petit garçon de 18 mois qui va plutôt bien.
    Nous sommes confrontés à un problème néanmoins assez conséquent: depuis une semaine il se réveille à 23h30 sans réussir à se rendormir avant 3h00… J’ai tenté le biberon de lait, le câlin, de me coucher avec lui rien n’y fait c’est comme si son cerveau s’était mis en état de marche!
    Je ne sais plus trop quoi faire sachant que mon conjoint et moi travaillons et que notre petit garçon commence à avoir des cernes et montre des signes de fatigue dans la journée (en même temps c’est logique). Il se couche vers 20h /20h30 et se réveille définitivement le matin entre 6h00 et 7h00.

    Réponse

    1- Ne vous inquiétez-pas, lui n’est pas fatigué… mais vous, si! Les enfants de cet âge savent somnoler, être un peu off dans la journée et ne se fatiguent pas par manque de sommeil quand ils ont ce rythme. N’hésitez pas à lui donner un biberon de lait tiède à l’endormissement, ou au premier réveil, de le coucher un peu plus tard si c’est possible… Surtout, ne le laissez pas pleurer, cela lui donnerait encore + la phobie de son lit! Dites-vous bien qu’avec l’été, ses rythmes, et les vôtres, vont encore changer, donc la situation est à revoir à la rentrée!

    //
  • Question

    Mon fils a 3,5 ans. Il rentre à l’école en septembre 2014 dans 1 mois et demi.

    depuis 2 jours à notre demande et insistance, on lui a retiré la pull ups pour le slip.

    Hier, on le sollicitait avec mon mari toutes les heures et demi environ et 2 pipi culottes, le reste du temps pipi sur le pot.

    mise en place d’un jeu, le premier arrivé au toilette fait pipi et cela fonctionne.

    Aujourd’hui, 2 pipi culottes aussi avec sollicitation de notre part jusque 19h30. Entre 19h30 et 20h00, deux pipis de façon volontaire sans sollicitation de notre part.

    le nuit couche systèmatique avec couche super pleine le matin.

    par contre, hier 1 caca culotte en allant se cacher, 1 dans le pot et 1 autre petit dans la culotte

    aujourd’hui, 2 cacas culotte en allant se cacher.

    aujourd’hui,on a proposé le pot car il avait simplement commencer dans la culotte, il a pleuré mais c’est ma faute j’ai crié (un peu marre de la journée)

    mon mari s’énerve très très facilement cri après notre fils lorsqu’il y a un raté alors que ce matin, l’un des pipis culottes a été commencé dans la culotte, il a couru en disant pipi et a fini sur le pot. je lui ai juste dis mon mécontentement sans crier.

    que faire pour le caca, car on ne veut qu’il tombe dans l’encoprésie et à l’école, ils ne supporteront pas les accidents et feront à notre fils des réflexions débiles.

    Réponse

    Il faut distinguer l’émission des urines et des selles:
    – pour les urines, vous avez l’air prés du but. Mais si vous vous mettez trop la pression, maman est énervée et papa gronde, il risque de se faire dessus, par peur!. Laissez-le pendant les vacances en petits caleçons sans couches, ne faites plus de réflexions, à la rentrée, ce sera venu tout seul. En +, il imitera les copains. Et s’il y a un accident, la maîtresse le comprendra, elles sont habituées.
    – pour les selles, il est fréquent que l’enfant ait encore besoin de sa couche “pour faire”, mise une h après le déjeuner, une h avant le coucher, tout en jouant. Cela évite blocage et encoprésie. Quand il ira à l’école, il saura très bien se retenir et attendre la couche à la maison.
    – Enfin, la nuit, c’est normal jusqu’à 5 ans
    Keep cool!

    //
  • Question

    Après avoir passé quelques temps sur votre site, je me permets de vous contacter au sujet de ma fille. Elle va faire 3 ans dans quelques jours et on a des problèmes avec l’acquisition de la propreté. Elle est propre à la couche, mais refuse catégoriquement de faire sur les toilettes, que ça soit chez nous ou à la crèche. On a essayé dehors dans l’herbe elle refuse aussi. Et le pot également. Elle va sur les toilettes et me dit “le pipi veut pas sortir”. Puis je mets la couche je lui dis de faire et elle fait.
    Je voudrais savoir ce que vous en pensez. Est ce que je dois la forcer? J’ai tout essayé, la laisser en culotte, elle se fait dessus et ça ne la perturbe pas.
    J’ai imposé de mettre la couche ds les toilettes et de faire dans les toilettes. Ça elle accepte mais je crois que ça lui convient bien et elle ne veut pas du tout entendre parler des toilettes…
    Je vous remercie par avance de votre réponse,

    Réponse

    Chacun a le droit de choisir l’endroit où il fait ses besoins. Les enfants étant “paupérisés” de plus en plus longtemps dans notre civilisation tempérée, ont de plus en plus de mal à accepter de faire leurs besoins ailleurs que dans leur couche. Plus vous insistez, plus elle bloque! Cessez de vous en inquiéter, poser une couche à sa portée qu’elle peut vous donner quand elle a besoin, ne prenez pas les autres à témoin. Quand elle entrera à l’école, elle suivra les autres si vous n’en parlez pas. Mais elle pourra encore demander la couche en rentrant. Elle se retient, donc c’est bien!

    Le 7 juil. 2014 à 11:06, Amanda Dietsch a écrit :

    Bonjour,

    //
  • Question

    Mon fils de 4 ans est un petit garçon très éveillé et assez timide. Il a toujours bien dormi les nuits à l’exception des périodes des 9 mois et 18 mois lorsque j’attendais sa petite soeur mais ces problèmes de sommeil ont été réglés. Il y a un an, alors que sa soeur avait 9 mois, il n’a subitement plus voulu s’endormir seul dans sa chambre. Nous avons pensé avec mon mari que cela n’allait pas durer et avons décidé de rester sur le fauteuil mais sa peur n’a cessé d’augmenter et nous avons installé, sur les conseils de mon médecin, un matelas à côté de notre lit, ce qui l’a rassuré dans un premier temps et nous a permis de dormir. Il est rentré en petite section de maternelle progressivement à la demi-journée car j’ai pris un congé parental. Alors qu’il était rassuré dans notre chambre, il s’est mis à avoir peur même à coté de nous. Nous avons essayé de le maintenir dans sa chambre, en vain, et avons fini par décider de le forcer à s’endormir dans son lit : depuis le début de l’année, mon mari ou moi restons sur le fauteuil à tour de rôle pour qu’il s’endorme. Les nuits où il se réveille, l’un de nous s’installe à côté de lui sur un matelas pour l’habituer à nouveau à son lit. Pouvez-vous nous donner un conseil car nous sommes épuisés de nous lever plusieurs fois par nuit. Nous avons remarqué que si notre fils fait la sieste l’après-midi et quelle que soit l’heure, il n’arrive pas à s’endormir seul, a peur, dort d’un sommeil léger et se réveille plusieurs fois par nuit. Que faire ? Pouvez-vous nous donner quelques conseils ?

    Réponse

    Vous l’avez bien accompagné en suivant les conseils de votre médecin, sans le laisser avoir peur. Pour avancer, déjà, vous devriez essayer de supprimer la sieste, en l’occupant le + possible. A cet âge, il est normal de ne plus avoir besoin de tant de sommeil… Profitez des vacances pour voir à quelle h il se réveille quand il n’y a pas d’impératif: vous pourrez calculer sur plusieurs jours ses besoins de sommeil réels. Alors, en sachant à quelle h il doit se lever quand il va à l’école, vous saurez à quelle h il devrait s’endormir pour ne pas être fatigué. La technique de mettre un lit d’appoint dans sa chambre serait moins fatigante que le fauteuil. Et si vraiment, cela ne passe pas, vous pouvez consulter une psychologue qui l’aidera à chasser ses peurs…

    //
  • Question

    J’ai ma fille de 31 mois qui ne mange toujours pas des morceaux ce n’est pas un plaisir pour elle de manger
    Je l’ai changé de nounou car elle a eu des problèmes avec elle alors j’espère qu’avec la nouvelle ça va la débloquer
    La nourriture m’inquiète car Emma pèse tout juste 12 kgs et en septembre je dois la mettre à l’école et à la cantine car mes horaires de travail ne me permettent pas d’aller la chercher Quoi faire ? Merci pour votre réponse Carole V.

    Réponse

    Je suppose qu’Emma préfère encore les biberons? C’était peut-être déjà un nouveau-né menue, comme vous même ou son père. Si son développement ne requiert pas beaucoup d’ingrédients, il est normal qu’elle chipote et préfère téter son lait. Je suppose que son médecin la trouve en bonne santé. Si elle prend un biberon de lait de croissance matin et soir, et grignote des aliments sans morceaux, elle ne manquera de rien. Ne vous inquiétez pas pour la cantine, elle trouvera son compte entre les pâtes molles, les frites avec les doigts, un yaourt… Et cela ne fait que 5 repas sur les 28 de la semaine!

    //
  • Question

    Je vous avais écrit il y quelques temps au sujet de mon fils de 2 ans et demi qui me frappait beaucoup et je vous remercie d’avoir pris le temps de me répondre.
    Il a totalement cessé son comportement agressif envers nous, du jour au lendemain et de façon assez spectaculaire. Par contre il a commencé dans le même temps à réclamer énormément de biberons. Nous avons écarté la thèse du diabète avec notre médecin.
    Il boit beaucoup de lait, et quand il ne boit pas de lait il réclame de l’eau. A la maison il traîne son biberon toute la journée, particulièrement en ma présence, il boit mais tète surtout beaucoup la tétine de son biberon. A la crèche ou seul avec son père il ne le fait pas.
    A bien y réfléchir je pense qu’il a commencé à me frapper l’an dernier lorsqu’il a cessé de sucer son pouce à 14 mois. Le fait qu’il mâchouille son biberon pourrait-il correspondre à une angoisse qu’il reportait jusque-là sur moi en me frappant ? Dois-je le laisser faire ? Je ne me vois pas lui donner une tétine à son âge. De plus, il ne mange presque rien de solide, je m’inquiète vraiment, tout le monde me dit que ça passera mais ça dure. Et toujours ce biberon à la bouche, qu’il réclame de la même façon que son doudou. Qu’en pensez-vous ?

    Réponse

    Il semble bien en effet que votre petit garçon ait une angoisse de séparation et son biberon lui sert d'”objet transitionnel” comme un doudou. Il a trouvé sa solution, mais en le pressant de s’en séparer, ou de manger des morceaux et des repas autres que le lait, vous l’angoissez encore plus, comme si, vous énervant, il était en risque de rejet. Sois vous arrivez à vous relaxer, il n’a que 2 ans, soit vous vous faites aider par une psychologue pour dédramatiser ce qui vous angoisse vous-même…

    //
  • Question

    Après avoir lu pas mal de questions, réponses sur votre site, je me rends bien compte que les parents ont tous les mêmes problèmes mais nos petits sont tous uniques, alors on a besoin de réponse unique.
    je fais appel à vous car même avec vos livres et nos principes d’autorités sans violence, je ne sais plus trop comment me sortir d’un problème installé depuis longtemps maintenant.
    J’ai deux filles, 5 ans et 2ans et demi. La plus jeune vit très mal la séparation d’avec sa maman, pleure tous les matins chez la nounou chez qui elle est pourtant très bien et elle ne passe pas une nuit sans se réveiller et sans finir dans notre lit.
    Elle veut venir dormir avec maman, elle le dit très bien. Mon conjoint me met la pression pour que ça s’arrette. Au mois de Février, j’ai fini par expliquer à ma fille qu’elle était grande maintenant et qu’il fallait qu’elle dorme dans son lit. Nous avons réamenager la chambre pour qu’elle dorme à coté de sa soeur qui avant était sur une mezzanine pour qu’elle se sente moins seule, rien n’y a fait. j’ai passé un mois à me lever toute les nuits parfois toutes les 10 minutes pour lui tenir la main et qu’elle se rendorme dans son lit. J’ai fini par craquer épuisée au bout de 3 semaines, je l’ai laissé pleurée vers 5 h du matin après mettre levée six fois dans la nuit, résultat elle a réveillé toute la famille. Du coup j’ai refait marche arrière et quand elle se lève je la laisse de nouveau s’installer près de moi. Ce n’est pas très cohérent, j’en suis consciente. Actuellement le soir je reste à côté d’elle et lui donne la main pour qu’elle s’endorme mais elle se réveille toujours au milieu de la nuit. Dans vos propositions glanées ici et là, un lit à côté d’elle pour qu’elle perde l’habitude de se réveiller, j’ai tenté un matelas à côté mais elle veut quand même descendre de son lit pour venir avec moi. Il a fallu que j’insite pour qu’elle reste dans son lit en disant que j’allais lui donner la main. Comment l’aider à dépasser sa peur de la séparation, je crains l’entrée à l’école en septembre. Dois je consulter une psychologue, mon pédiatre me dit que pour son problème de sommeil, je n’ai qu’à décider que c’est fini et tenir le cap sans céder pendant 21 jours. Je déteste les rapports de force. Je sens bien qu’on me taxe de laxisme, même mon conjoint qui me reproche de me faire marcher dessus !! Bref j’ai le sentiment d’être prisonnière d’une situation inextricable. Merci pour votre aide et votre réponse. J’ai vu que vous aviez un cabinet sur Paris, prenez vous de nouvelles consultations ?

    Réponse

    Oui, la lecture des questions/réponses permet de se sentir moins seule avec des situations tellement fréquentes! La meilleure solution actuellement ne serait-elle pas qu’en effet, vous mettiez un lit d’appoint dans sa chambre, en essayant 2 nuances:
    – c’est Papa qui s’allonge à côté d’elle pour l’endormissement et y retourne en cas de réveil nocturne. Parce que Papa ne veut pas que maman soit crevée, il est l’amoureux de maman, qui la protège.
    – et par contre la laisser s’allonger elle-même sur ce lit d’appoint et non l’obliger à rester dans son petit lit.
    Et le papa le fait sans s’énerver pendant 3 semaines, comme a proposé votre pédiatre.
    En effet, si tout cela ne marche pas, nous pourrons vous conseiller une psychologue, démarche assez efficace dans ces problématiques?

    //
  • Question

    J’ai acheté votre livre “l’autorité sans fessées” il y a 4 mois quand nos jumeaux (garçon et fille, aujourd’hui 26 mois) ont commencé à jouer avec nos nerfs en sautant sur le canapé sans obéir à nos demandes d’en descendre. J’ai pris un congé parental donc nous sommes tous les 3 à la maison tous les jours. Je n’ai jamais reçu de fessées, mais parents ne se sont jamais disputés, donc je n’aime pas la violence et n’aurais jamais pensé devoir me retenir un jour de mettre une fessée à mes enfants. Mais depuis 3 jours ils me poussent à bout : ils ont trouvé comment sortir seuls de leur lit à barreaux en l’escaladant et du coup ne font plus la sieste. Ils chahutent dans la chambre ou sortent dans le couloir, vident parfois les placards de vêtements, et quand j’en isole un dans un lit parapluie dans notre chambre pour ne pas qu’ils s’excitent mutuellement, ils arrivent quand même à se retrouver dans le couloir. Et ce malgré la fatigue visible et le besoin de sommeil flagrant. Je pense avoir tout essayé : parler calmement, crier, taper sur la main (malheureusement), rester derrière la porte pour surveiller et menacer … Cela peut durer 2 heures avec 20 interventions de ma part. Ils ont le même comportement avec mon mari le week-end. Sinon, 2 ou 3 échappées le soir mais après : nuit complète. Ce n’est pas un gros problème en soi mais ils ont tendance également à ne pas “obéir” quand on leur donne une consigne. Je suis fatiguée de m’énerver sans résultat, je ne pensais pas que les enfants pouvaient être désobéissant aussi tôt ! Pouvez-vous nous conseiller sur l’attitude à adopter concernant la non-sieste ? Je n’ai pas trouvé la solution dans votre livre…

    Réponse

    Je comprends votre situation car avec les jumeaux, ce n’est pas énergie x 2, c’est exponentiel! Déjà que les anglo-saxons appellent cet âge: “the terrible twos”! Il y a un malentendu dans votre conception de l’éducation: C’est justement à cet âge là qu’ils ne savent pas obéir. Si vous essayez, vous provoquer devient un jeu pour eux! Il faut vivre à leur rythme, ne même pas escompter de sieste, les distraire sans crier, taper ni punir, cela ne marche pas. Et les occuper le plus possible séparément en se faisant aider de la famille, de la garderie…. Le Weekend, papa en prend un et maman l’autre. Quand ils sont ensemble, les occuper. Ils vont se calmer et prendre l’habitude d’écouter.

    //
  • Question

    Je suis la maman d’un petit garçon de 28 mois. J’ai eu des débuts difficiles avec lui ; accouchement horrible, allaitement raté, dépression post-partum, fatigue extrême, aucun soutien familial à proximité… Et j’ai peur d’avoir raté des choses avec lui. En effet il est très turbulent, grimpe partout, touche à tout au point qu’il est impossible d’aller chez des amis car il vide les placards, prend tout ce qui passe à sa portée. Il ne m’écoute pas, en ce moment je n’arrive même plus à lui changer la couche tant il me donne des coups de pieds. Dans la rue c’est un calvaire de se promener avec lui sans la poussette tant il est indiscipliné, faire des courses avec lui je n’y pense même pas.
    Le plus difficile est qu’il me frappe, me pince, me tire les cheveux ; j’ai honte de le dire mais cela fait aujourd’hui un an que cela dure… J’ai tenté de rester calme et d’expliquer, d’interrompre le geste, de m’énerver, rien n’y fait, il me frappe quand il est contrarié, pour jouer… Il me frappe beaucoup, pas mal aussi son père et quelquefois les autres enfants ou nos chats mais moins.
    Je précise que je n’utilise pas la fessée comme méthode éducative, il m’est arrivé de le taper en retour quand je n’en pouvais plus mais c’est rare et c’est arrivé bien après (plusieurs mois) qu’il ait commencé à nous brutaliser.
    Je ne sais plus quoi faire, je suis dépassée, cela fait longtemps que ça dure et je ne m’en sors plus.

    Réponse

    Il est probable que votre petit garçon a trouvé ce moyen pour vous rappeler qu’il est bien là et vous sortir de votre propre dépression. Mais du coup, vous en êtes excédée et cela le désempare encore plus. Il est tout petit, à 2 ans, et c’est encore le moment pour ne pas lui coller une étiquette d'”affreux Jojo” dont il ne saura pas ortie ensuite. Montrez vous bienveillante et retournez voir votre psy pour vous faire soutenir, allez à la maison verte, la ludothèque, la PMI, tous les dendroits où on pourra vous comprendre, tous les deux.

    //
  • Question

    Nous avons un garçon qui a eu 3 ans en fin d’année et une fille qui vient de naitre.
    Notre garçon, même seul, a toujours été actif dans sa journée. Comme tout enfant, il teste quotidiennement les limites mais ce qui nous déroute le plus c’est l’impression que rien ne l’affecte (sentiment partagé avec l’équipe de la crèche à l’époque et maintenant de l’école).
    Il est à l’école depuis la rentrée et il n’y a pas une semaine sans que j’entende qu’il a été dur, qu’il ne tient pas en place, qu’il n’écoute pas…tellement dur qu’il risque d’etre exclu de la cantine (dernièrement il a craché par terre, jeter sa nourriture et s’est roulé par terre)…(je ne sais d’ailleurs pas comment m’organiser si cela se produit)..Nous sommes passés helàs par toutes les phases: dialogue, punitions, fessées (que je regrette amerement, chantage même!!)
    Avec l’arrivée de sa soeur, nous pensons l’avoir préparé au mieux(photos de lui petit utilisant le meme matériel et mobilier que sa soeur, puis du temps à lui consacrer : jardinage, cuisine, histoires du soir, promenades etc etc..)
    mais rien n’y fait, soit il écoute à la maison et est excecrable à l’école soit c’est l’inverse…Les 15 jours de vacances ont été particulièrement laborieuses…je suis fatiguée et je commence à perdre patience…avec son papa, nous lui parlons beaucoup de ce qui se passe en journée, il comprend tout à fait ce qu’on lui dit…
    que faire?????
    maman meurtrie en détresse!!

    Réponse

    Ce petit garçon à l’air très éveillé, ce qui présage une bonne évolution. Mais votre fatigue et les réflexions désagréables que vous entendez à son sujet vous conduisent à être plus excédée que bienveillante. Cris, gronderies et punitions l’endurcissent et c’est un cercle vicieux. Est-ce qu’il y aurait une “maison verte” – concept de Dolto – dans notre ville? Une ludothèque? Ces endroits où il y a souvent des psychologues pour observer vos relations et défaire les malentendus?

    //
  • Question

    Bonjour, ma fille a 30 mois elle fait son pipi et son caca toute seule sur son pot chez nous sans rien demander.alors que chez la nounou ou a l’exterieur elle n’arrive pas a demander et se fait dessus! Comment pourrais je faire pour lui apprendre qu’il faut faire qux toiletes meme en dehors de chez nous! Je precise que chez nous elle est en culotte et sa nounou refuse car ma fille ne demande pas le pot chez elle! Merci

    Réponse

    Elle bloque chez sa nounou par peur de créer un problème et par besoin de l’intimité du chez soi. Cessez surtout d’insister, dites-lui: “tu es très grande parce que chez papa et maman tu sais très bien faire pipi et caca où il faut. Mais chez Nounou, çà t’embête, ce n’est pas grave, tu gardes ta couche chez nounou. (Question de peur de l’échec et de pudeur!)

    //
  • Question

    je rencontre à nouveau des difficultés avec mon fils de 2 ans et demi en garde alternée. Il se réveille plus tôt chez moi que chez son père, mais bon, passons… Depuis plusieurs semaines, et malgré vos conseils et vos livres, je me heurte à un petit garçon “qui veut papa”, dès que je dis non. Je n’ai même pas le temps de le divertir sur autre chose, (Non Loic, pas un 2ème yaourt, regarde, il y a de jolies clémentines… par ex) .
    Le mot NON de ma bouche dérive toujours sur “Je veux papa”… je soufre d’insomnies (+ réveils matinaux de mon fils) depuis qques semaines, et cette obstination que je ne peux canaliser me mets dans tous mes états, je suis moins patiente, m’énerve bcp plus… la dérive de son comportement m’a affecté fortement.
    Et dernièrement, il a demandé son père toute la semaine avec moi, et désespérée en larmes, je lui ai dit, en abaissant une photo de lui et moi, qu’il pouvait rester chez papa s’il le désirait puisqu’avec maman, il n’était pas heureux. Il a hésité entre oui, non,… Bref le soir chez son père il a pleuré sur le retour de la crèche et dans la nuit en hurlant “pas maman, je ne veux pas maman”… Je suis effondrée et par-dessus le marché, son père est sûr qu’il se passe qque chose de grave chez moi, il m’enfonce en pensant que je suis une torsionniare à son insu, et je sais qu’il sera prêt à me priver de mon fils dès la moindre occasion, prétextant que je suis une mauvaise mère. J’ai évidemment regretté mes paroles au point de pleurer toute une matinée. Je pense qu’il sens mon mal-être mais le papa ne le voit pas de cet oeil. Nous avons rdv chez la psycholoque, mais je suis inquiète de l’image que mon fils se fait de moi. J’ai une mauvaise passe et je ne sais pas comment m’en sortir. Pourquoi désire-t-il tant son père? A l’inverse, il ne me réclame jamais chez son papa… Merci beaucoup, aidez-moi svp, une maman en sursis…

    Réponse

    En effet, si vous prenez les dires de ce tout petit bout au premier degré, vous devez être très triste! Vous avez bien fait de demander rendez-vous avec une psychologue. Elle va retrouver ce qui donne une connotation aussi bouleversante dans votre trio maman-bébé et papa. En aucun cas, l’enfant ne devrait sentir qu’il est en choix de son parent sous prétexte qu’ils sont séparés, mais en aucun cas aussi, il faut laisser sans écoute ses demandes lancinantes. J’espère donc que le rendez-vous avec la psychologue vous apportera des clés vers plus de sérénité pour ce petit choux, et donc pour vous

    //
  • Question

    Je suis actuellement en train de lire votre livre “l’autorité sans fessées”, il est formidable, répond à beaucoup de mes questions.
    Cependant, j’ai une toute petite incompréhension, lorsque vous parlez du “time out”, je suis d’accord avec le fait d’appliquer le “chacun chez soi” mais comment appliquer ce principe sans pour autant que l’enfant se demande “qui suis-je? personne” comme vous en faites allusion p.56.

    Réponse

    Je suis heureuse que la lecture de mon livre vous soit utile. Merci de cette question qui me permet une éclairage important:
    – si l’exclusion se fait dans la violence et le déni de l’enfant (“j’en ai assez! Je ne veux plus te voir! Disparaît dans ta chambre!” en effet, c’est très angoissant pour l’enfant.
    – le “time-out”, c’est chacun chez soi: “Maman – ou Papa – est fatigué, toi aussi: tu fais des bêtises, nous allons nous reposer, toi dans ta chambre, avec tes joutes et tes doudous; et moi dans la mienne avec mes journaux. Je reviendrai te voir quand je serai moins fatiguée”.
    Ainsi, ce n’est pas un rejet ni une punition, mais un moment pour recharger les batteries. Et l’enfant comprend que son parent n’est pas inépuisable.Tout simplement.

    //
  • Question

    Nous avons une possibilite dinscrire notre fils (2 ans) en prematernelle a l’ecole Montessori avec lenseignement billingue francais et anglais.
    Je voulais vous demander si cet enseignement ne risque pas perturber le developpement de notre fils sachant quil a deja deux langues a la maison:polonais et francais.

    Je vous remercie par avance pour votre conseil.

    Réponse

    S’il commence à bien parler dans sa langue maternelle ou en français avec de nombreux mots, de petites phrases, il est prêt pour une troisième langue. S’il ne parle pas du tout, par contre, il faut attendre que la parole progresse, avant d’introduire la troisième langue.

    //
  • Question

    Je me permet de vous contacter pour avoir une petite réponse !!!
    Ma fille de 2 ans 1/2 est propre a la maison et partout ailleurs sauf a la crèche !!! Elle refuse catégoriquement le pot ou les petits wc elle se retient bien vu qu’il n’y a pas d’accident il lui mettent une couche pour la sieste ce que nous faisons aussi vu qu’elle ne se sent pas prête a la quitter !!! J’aimerai aider ma fille a surmonter ça mais je ne c’est plus comment m’y prendre et depuis aujourd’hui il commencent a obliger un peu les enfants a aller sur le pot et j’ai un peu peur qu’il la bloque en forçant
    Si vous pourriez me donner quelque piste
    Merci beaucoup

    Réponse

    Ne vous inquiétez pas, les équipes de crèche sont formées à accompagner l’enfant sans forcer et à n’entreprendre une véritable éducation à la propreté qu’après qu’elle soit entre prise à la maison. Ce n’est pas une saison pour obtenir un vrai résultat, attendez les chaleurs quand elle ne portera pas de couches toute la journée. Lisez mon livre “Mon bébé devient propre”.

    //
  • Question

    Ma fille a 4 ans et demi et je suis séparée de son papa physiquement depuis 4 mois environ.
    Nous avons été contraint de vendre la maison que nous avions construit 1 an auparavant et habitons chacun dans un appartement avec le principe de la résidence alternée. Depuis 2 mois env notre fille se retient de faire caca, elle se cache dans un coin. Au début elle était constipée mais avec un régime adapté et du Forlax, ses selles se sont ramollies, ce qui fait qu’elle a des “fuites” dans sa culotte avant de finalement aller au wc aux de plusieurs jours. Nous ne savons pas quoi faire et pensons qu’il s’agit d’un blocage psy, d’autant qu’elle réclame souvent de rester chez maman ou mami plutôt que d’aller chez papa. Il faut savoir que j’ai quitté son papa pour un autre homme et qu’il le vit encore très mal. Pouvez-vous m’aider ?
    merci

    Réponse

    Vous analysez très bien la situation. Et oui, cet était d’ “encoprésie” est psychologique. Il ne faut pas le laisser s’installer car plus cela dure, avec les réflexions maladroites des uns et des autres, plus ce sera difficile à passer… Je vous conseille de lire et faire lire, à Mamie, à Papa, mon livre “Mon bébé devient propre” pour éviter certaines erreurs. Et ce serait surement utile d’avoir quelques entretiens avec une psychologue…

    //
  • Question

    Je viens de commander votre livre “il est où mon papa” mais j’ai une question en attendant de pouvoir le lire.
    Je viens de me séparer du père de ma fille. Ma fille a trois ans et malheureusement une grande distance nous sépare de son père à présent. Je mets tout en place pour qu’ils puissent se voir régulièrement soit pour le moment une semaine par mois. Ensuite ce sera le rythme scolaire qui interviendra. Nous faisons des visions skype de façon à ce qu’elle puisse voir son père. Mais voilà, ma fille se réveille chaque nuit en pleurant et pendant un bon moment. J’arrive à la tranquilliser, mais son père lui manque beaucoup et son ancienne maison aussi. Que puis je faire, je suis très préoccupée et me sens très coupable.
    Je vous remercie pour votre réponse.

    Réponse

    Je vous comprends, cela vous sert le coeur. Parce que vous avez du non seulement vous séparer de son papa, mais aussi de sa maison… Peut-être aussi son père n’était-il pas d’accord pour la séparation, et c’est le chagrin de son père qu’elle exprime… Or lorsque vous vous êtes aimés au point d’avoir un enfant, vous non plus ne souhaitez surement pas en venir à la vie séparer. Simplement, vous étiez rendue au bout du chemin et pas lui? Il faut dire à votre enfant que maman aussi est triste d’avoir su se séparer de papa et de la maison. Heureusement, “papa et moi, nous allons rester des amis”. Vous trouverez beaucoup d’aide dans mon livre. Est-ce que le papa va garder la maison?

    //
  • Question

    Ma fille qui aura 3 ans en fevrier est propre pour le pipi mais pour le caca elle se cache pour faire dans sa culotte.
    Quand elle part se cacher elle a l air paniqué et si on lui propose d aller aux toilettes elle hurle et ne veux pas.
    Si on ne la vois pas faire, elle fait dans son coin et viens nous voir quand c est fini pour dire “caca”

    On se sent demuni ça fait plus de 4 mois que ça dure et on ne sais plus comment gerer le probleme

    Les seules fois ou elle a fait caca au pit elle regarde ses selles sortir comme si elle se disait “c est vraiment bizarre ce truc” et quand elle avait fini elle etait toute fiere. Mais c est arrivé peu de fois car c est tres rare qu on arrive a la mettre sur le pot

    Merci pour vos conseils

    Réponse

    Surtout n’insistez pas, elle risque de bloquer beaucoup plus et de se constiper. Proposez-lui de lui remettre une couche “pour faire” de façon à ce qu’elle ne prenne pas l’habitude de faire dans sa culotte (voir mon livre “Mon bébé devient propre”.)

    //
  • Question

    Mon fils de deux ans a été victime, ce printemps, d’un violent eczema qui est apparu quelques jours après avoir été vacciné. Je lui ai appliqué, avec beaucoup de réticence, une crème contenant de la cortisone. L’eczéma partait mais revanait de plus belle par la suite. J’ai donc fait soigné mon fils par un homéopathe et une kinésiologue. J’ai, selon les conseils de France Guillain, supprimé les produits laitiers de vache (facteur aggravant) et ai pratiqué sur mon fils, le bain dérivatif.
    L’eczéma a complétement disparu pendant quelques mois. En ce moment, il réapparait mais de manière beaucoup moins violente tout de même.
    Docteur, je suis une maman bio. Je suis très soucieuse de ce que va ingurgiter mon enfant même si on me regarde un peu comme une “allumée”. J’ai remarqué que, par deux fois, après avoir été gardé par sa mamie (ma belle-mère), qui cuisine tout au beurre, qui offre à ses petits enfants yaourts indistriels, vache qui rit et cie, gâteaux industriels, etc., que mon fils, le surlendemain, avait des plaques d’eczéma derrière les genoux. J’ai peur d’en parler à ma belle-mère de peur de créer un malaise dans la famille. Et puis je n’ai fait cette observation que 2 fois et ne voudrais pas en tirer des conclusions trop hâtives.
    En revanche, on m’a fait la remarque étrange, que, si mon fils avait de l’eczéma, cela provenait de la mère; car, cela va sans dire, mon entourage me considère comme une mère-poule qui couve trop son enfant et qui, en d’autres thermes, l’étoufferait. Je suis extrèmement blessée de ce genre de remarque.

    Réponse

    Vous ne pouvez pas incriminer tel ou tel aliment, ou votre belle-mère, juste parce qu’il y a eu une poussée qui peut tout à fait être sans rapport, car c’est ainsi qu’évolue l’eczéma… Si votre enfant a juste de petites plaques peu gênantes, les exclusions alimentaires diverses sont parfois plus traumatisantes psychologiquement: “tu n’as pas le droit à çà.” “Montrez moi ce que vous lui donnez.” “Non, c’est mauvais pour toi”… les enfants finissent par se penser moins bien que les autres!; Si vraiment l’eczéma est une gène, avec poussées de grattage, de surinfection, demandez un bilan précis à un allergologue pour y voir clair.

    //
  • Question

    Mon fils de deux ans est un petit garçon formidable. Il est très éveillé, curieux, vif, aimes les histoires, commence à bien parler, veut s’habiller seul, apprend la propreté, etc.
    Je l’allaite encore avec plaisir le matin au réveil, pour un câlin, le soir pour s’endormir, la nuit pour l’apaiser.
    Autour de moi, on souhaiterait que je sèvre mon fils, pour qu’il acquiert plus d’autonomie, notamment pour s’endormir. Avec maman, il tète, je lui retire le sein, puis s’endort tranquillement. Avec une tierce personne, il boit son biberon mais souhaite une main rassurante posée sur lui.

    Aussi, c’est un petit dormeur. Il se réveille presque chaque nuit, et j’ai, en ce moment, beaucoup de mal à le rendormir. Il dort environ de 20h30h à 4h30. Puis se lève quasi prêt à démarrer une nouvelle journée. Je ne sais trop que faire. Je m’allonge auprès de lui jusqu’à ce qu’il se rendorme. On me dit que si je n’avais pas répondu à ses appels nocturnes étant bébé, il n’aurait pas ce problème en ce moment car il aurait appris à se régler seul.

    Je pense, que doucement, il va falloir que je le sèvre. Mais si c’est dur pour lui, ça l’est aussi pour moi. Nous adorons ce moment de complicité. Ce qui ne plaît pas forcément à tout le monde. Notamment à mon compagnon qui pense que j’infantilise mon garçon, que je le couve trop, que je suis trop mère-poule, que ma vie ne tourne qu’autour de mon fils. Des remarques que je trouve injustes car tout cela, je le fais avec bonheur, toujours émerveillée par les progrès de ce petit garçon !

    Réponse

    Les idées fausses que l’on répand autour des papas sont une entrave au bon développement de leurs enfants et à l’harmonie du couple, bien plus que les tétées de l’enfant! Grâce à son endormissement de bonne heure, vous avez une soirée tranquille! C’est déjà çà. Si vous luttez pour le sevrer, il faudra réussir à l’endormir et le rendormir, ce sera peut-être plus compliqué. C’est pourquoi il faut de meilleures raisons! Vouloir une deuxième enfant?

    //
  • Question

    Ma fille de deux et 4mois va en crèche 3 fois par semaine depuis septembre 2013, c’est une petite fille éveillée, polyglotte (la crèche est en anglais, je suis française et mon mari est italien). Depuis quelque temps, elle refuse catégoriquement de se rendre à la crèche et manifeste son mécontentement en refusant de manger et dormir sur place. Sinon elle participe aux activités sans protester. De plus, les moments du coucher sont difficiles, des qu’elle est en position allongée, elle se met à tirer ses cheveux et joue à faire des nœuds entre ses doigts, c’est devenu un tic et systématique. Surtout lors du sommeil, mais aussi dans les moments d’attente ou d’ennui. Que faire? Est ce que sa mauvaise habitude avec ses cheveux, le refus de la crèche sont liés? Se sent elle dépassée et frustrée par les langues qu’elle parle ( italien, français, anglais)?

    Réponse

    Visiblement, la journée de crèche stresse votre petite (et non les 3 langues, cela ne stresse pas). Pourquoi la forcez-vous ainsi? Si c’est parce que vous y êtes obligée, il faudrait voir avec l’équipe ce qui ne va pas? Eviter les siestes? Si c’est parce que vous pensez que c’est “pour son bien”, elle vous montre clairement que non, pas pour elle, pas en ce moment, même si les équipes son attentives. Il faut l’écouter si vous pouvez, la prévenir qu’elle n’ira plus le matin, ou plus dormir à la crèche, raccourcir les journées et voir si ces problèmes disparaissent. Cela ne veut pas dire qu’elle ne s’adaptera pas bien plus tard…

    //
  • Question

    Votre méthode de propreté à la couche me parle bien et j’ai envie de tenter ça avec mon fils.

    Mais j’aimerais être sûre d’avoir toutes les cartes en main pour ne pas faire d’erreur.

    - Par exemple, comment amener le fait de lui remettre une culotte alors qu’il associe ça à ses expériences précédentes plutôt négatives.

    - Comment faire en cas de sortie prolongée au début de l’apprentissage ? On remet une couche ? Une couche-culotte ? Une culotte en prévoyant un change ?

    - Et si je commence maintenant, sera-t’il prêt à se retenir 3 heures de suite pour les matinnées à l’école d’ici 10 jours ?

    - Est-ce que je laisse une couche à l’école aussi ? En admettant que les ATSEM soient d’accord ce qui m’étonerait, déjà qu’elles me rappellent pour que je vienne le changer si il fait caca dans sa couche-culotte.

    Réponse

    Il faut que vous compreniez bien ceci:

    - la “propreté”, c’est ne pas faire dans sa culotte mais dans un endroit socialement correct: le pot, les WC, derrière un buisson précis dans des conditions primitives, dans une couche mise “pour faire” pour un enfant qui a cette habitude. Dès lors qu’il ne fait pas dans la culotte à l’école, au square, chez des amis, il est propre.
    - choisir la couche (de préférence “pull-up”, ce n’est pas une régression: il se sera pas un bébé qui se fait dessus sans contrôle, mais un enfant propre sui attend sa couche pour faire.
    - il faut donc lui dire que c’est très bien de faire dans la couche pour ne pas faire dans la culotte. Et vous lui mettez la couche après son biberon du matin, à son retour d’école, pendant une h après son goûter, puis avant son coucher. Bientôt, voyant que vous êtes d’accord, il ne fera pas dans sa culotte attendant sa couche. 
    Il abandonnera sa couche si vous arrêtez de trouver cela régressif et lui mettez la pression pour une autre méthode. 
    Si cela ne s’arrange pas, c’est qu’il a peur, se sent trop coupable et quelques entretiens avec une psychologue lui seront bénéfiques
    //
  • Question

    Une question depuis Boston.

    Notre fille (2 ans et 8 mois) se réveille chaque nuit, ou presque, depuis 6 mois environ, et réclame un biberon de lait chaud (froid : elle n’en veut pas, de l’eau encore moins), puis se rendort, dans notre lit en général. Les réveils se produisent le plus souvent entre 5 et 6h mais parfois à 1 ou 2h. Pour l’instant nous lui donnons, sinon c’est la crise ! Elle ne s’endort plus non plus sans biberon le soir, mais ce n’est pas un problème. Evidemment la nuit c’est différent, fatigant et parfois impossible (dernièrement dans un hôtel dont la réception n’ouvrait qu’à 8h, et nous n’avions ni chauffe-biberon ni micro-ondes sous la main !). Je ne pense pas qu’elle ait faim ni soif. Comment réagir ? Est-ce trop pour une enfant qui n’est pas toute maigre (14.100 kg pour 89.5 cm) mais mange de manière équilibrée ?

    Cela va-t-il avec ses réveils fréquemment accompagnés de pleurs, de colère etc. ? Elle rejette son père le matin, je suis la seule a pouvoir la câliner, lui donner son biberon du matin (le 3e donc en 12h), l’accompagner faire pipi. Et lorsque je suis occupée avec sa soeur d’un an, vous imaginez le drame.

    Bref, merci d’avance !

    Réponse

    Deux naissances rapprochées, ce sera génial pour son futur, mais c’est un peu difficile de trouver sa place… Vous savez, je crois qu’on est vraiment dur dans notre civilisation: si vous viviez sous la case ou la paillote, elle n’aurait pas ces angoisses de se réveiller toute seule. Plus on lutte, plus la panique crée des besoins! Continuez biberons et cododo, c’est moins fatigant que résister ; si besoin, installez un lit d’appoint dans sa chambre pour qu’elle ne vienne pas dans le lit conjugal. 

    //
  • Question
    J’ai une autre préoccupation qui est la suivante. Que vont devenir les enfants qui vont rentrer à l’âge de 2 ans, dans une structure qui n’est pas du tout adapté à leur âge, dans du bruit permanent et des consignes impossibles à respecter si jeune? J’en suis horrifiée pour eux.
    Ai-je raison ou tort de m’inquiéter autant? 
    A savoir que ce matin même à l’école, une petite fille qui n’avait pas voulu dire bonjour à la maitresse s’est vu mise au coin et bien sur, elle hurlait. Pour la maitresse, c’était du caprice. Peut-être était-ce tout simplement l’angoisse de quitter sa maman ou autre?
    Réponse
    Je suis comme vous préoccupée par cette idée de scolariser les enfants à 2 ans. Allez sur les podcasts de RTL et vous entendrez mon ITW par Yves Calvi sur ce sujet, qui vous confortera dans ce que vous ressentez.
    //
  • Question

    J’ai un souci pour l’apprentissage de la propreté (surtout avec l’école qui débute dans 3 semaines où mes jumeaux iront le matin): ma fille sait très bien se retenir mais refuse le pot/les wc, elle demande la couche ou fait pipi par terre dehors. Il y a un mois, elle allait sur le pot, enlevait seule sa couche culotte, faisait pipi, remettait sa couche… Maintenant qu’elle est en culotte, elle refuse d’aller dessus. Son frere va très bien sur le pot pour le pipi, mais ne sait pas réclamer pour le caca (il se cache) et je pense qu’il pourrait faire en couche: est ce que je peux les mettre en culotte avec couche ou pot quand ils ont besoin? Je pense que pour les 3 h d’école, ça ira et ça les laissera aller à leur rythme, car je me suis enervée pour le pot et cela ne me convient pas.

    Réponse

    Il ne faut pas “mettre la pression” sur les enfants pour la propreté par rapport à la rentrée scolaire, sinon, vous allez les bloquer vraiment! La propreté n’est pas obligatoire pour entrer à l’école, il n’y a pas de texte qui permette de refuser un enfant parce qu’il n’est pas encore propre: il ne faut pas que les enfants fassent un rapport entre la maîtrise de leurs sphincters (sphère intime) et l’apprentissage des connaissances (sphère cognitive).

    //
  • Question
    Bonjour,  Ma fille vient d’avoir 2 ans et elle commence à avoir des difficultés à dormir dans son lit et demande des câlins les uns après les autres. Elle se lève et se relève en me demandant des câlins  A chaque fois je la remet dans son lit en lui expliquant que c’est 1 histoire+ 1 câlin et 1 grand dodo. La nuit dernière, elle s’est réveillée et a fait une belle et longue colère car, même après un câlin doux et rassurant, j’ai du la contenir dans son lit (j’ai laissé une main sur sa tête et une sur son épaule en chantant calmement. Elle me réclame, son papa est rejeté (comme souvent, elle ne veut pas ses bisous et ne lui en donne pas). Je ne veux pas qu’elle dorme avec nous. Comment devons nous réagir? Merci infiniment pour votre réponse si précieuse..
    Réponse

    Ces angoisses de séparation d’avec la maman sont très fréquentes à cet âge. Ne la laissez pas se désespérer que ses parents ne la comprennent pas. Mettez un lit d’appoint à côté du sien et allez aussitôt vous allonger prés d’elle. Ainsi, elle ne prend pas l’habitude d’aller dans le lit conjugal que vous pouvez retrouver quand elle dort bien. C’est juste une période. quand elle sera adolescente, elle mettra un verrou à sa chambre. Chaque chose en son temps!

    //
  • Question
    Je me permets de vous écrire car une étape s’annonce : l’apprentissage de la propreté.
    Notre petit garçon a presque 20 mois et dit “pipi” “caca” et “pot” très souvent depuis 3 mois environ. Il dit pipi et caca quand il a fait.
    Il nous montre aussi qu’il veut changer sa couche en “pleurnichant” et en montrant sa couche.
    Il monte les escaliers tout seul et il me semble prêt pour cette nouvelle étape, je pense que nous sommes également prêts à l’accompagner !
     Voici ma question : Nous pensons commencer la semaine prochaine, étant donné que nous sommes 2 semaines de vacances. Mais nous déménageons le 1er juillet. J’ai peur que le déménagement perturbe notre fils et que tout tombe à l’eau.
    Réponse

    En effet, tous les critères sont réunis et c’est la bonne saison, si vous êtes en vacances dans une maison où vous ne craindrez pas les taches en cas d’accidents. Alors mettez lui des caleçons et jouez avec de petits objets à côté de lui sur le pot toutes les 2h. Il y a des chances pour qu’il comprenne vite. Vous faites pareil au retour dans le nouvelle maison. Mais s’il refuse, ne veut pas s’asseoir sur le pot, n’en faites pas un objectif obligé, si c’est l’été suivant, pas de souci!

    //
  • Question

    J’ai donné une tétine à mes 2 filles, 2 ans1/2 et 8 mois, dès leurs 1ères semaines. Je le regrette, puisque je réalise qu’il leur sera difficile de s’en séparer. Doit-on les en sevrer un jour ? Instaurer des limites dès maintenant (on essaie avec l’aînée : seulement au lit, mais parfois, lorsqu’elle implore sa tétine avec force larmes, on la lui donne). Des amis ( pourtant suédois!) l’ont retirée du jour au lendemain à leur fille de 3 ans. Elle a pleuré une nuit presque entière puis plus rien, elle ne la réclame plus. Mais je trouve cela barbare, d’autant que nous sommes les responsables de cette dépendance… Merci encore

    Réponse
    La tétine est en effet souvent donnée dès la maternité et l’on invoque un “besoin de succion non nutritive”. Si l’on est souple avec l’allaitement , patient à consoler les pleurs du bébé en le berçant, ou lui donnant du lait à la demande, au sein comme au biberon, en général, on n’en n’a pas besoin et le nourrisson se règle tout seul. Mais une fois qu’il en a pris l’habitude (en quelques semaines), il devient cruel de la retirer. On peut en limiter l’usage mais jamais en allant jusqu’aux pleurs. En sachant que, de toutes façons, au moment des traitements orthoptiques, vers 8 ans, un petit appareil aidera l’enfant à se sevrer à un âge où il comprendra très bien comment s’en passer… Restez donc compréhensive.

     

    //
  • Question

    Je viens vers vous pour des conseils. Mon fils de 22 mois se réveille plusieurs fois par nuit,entre minuit et 6h du matin (2 à 10 fois toutes les nuits). Le père et moi sommes séparés depuis ses 1 an. Il est en garde alternée et c’est depuis ses 9 mois que ces réveils sont apparus : après 1 semaine de congès avec mon fils, il a repris la crèche comme d’habitude et les réveils ont commencé…. Je lui laisse d’abord sa chance de se rendormir, puis je le rassure verbalement depuis ma chambre et si ce n’est pas suffisant, je vais le rassurer dans son lit. Je comprends qu’il puisse faire des cauchemars à cet âge mais la fréquence me dit que qque chose l’effraie au plus profond de lui. Tout va très bien à la crèche et à part quelques petites crises à gérer à cet âge, pas de souci particulier. Je me demande donc ce que je pourrais faire pour l’apaiser, c’est bien sûr très épuisant d’avoir un sommeil hâché en travaillant. Je cherche des explications et des solutions mais je suis dans une impasse.

    Réponse

    Vous, les parents, avez dû aussi traverser des moments bien douloureux, on ne se sépare pas par plaisir… Bébé a ressenti tout çà, quelque soient vos efforts pour être courageux (se). Pour son âge, c’est un enfant qui doit s’adapter à beaucoup de séparations: de maman pour la crèche, de maman pour papa, de papa pour maman, de papa pour la crèche, et peut-être y a-t-il des grands-parents et autres intervenants… En ce cas, on ne peut donc pas appliquer des règles trop classiques la nuit: ne le prenez pas dans votre lit mais mettez un lit d’appoint dans sa chambre pour vous allonger à côté de lui et le rassurer. ne le laissez pas pleurer. Un biberon de lait tiède au coucher sera aussi le plus naturel des somnifères. Si vous communiquez bien avec le papa (ce qui est souhaitable dans la vie en garde alternée) demandez-lui comment çà se passe chez lui. Vous pouvez bénéficier d’une psychologue parents-bébé à la PMI, cela vous ferez surement du bien…

    //
  • Question

    Ce soir, mon fils n’a pas voulu repartir avec moi de la crèche, il n’était pourtant pas pris dans une activité. C’est dur de ne pas voir son enfant et de le voir refuser sa maman le soir. Je l’ai donc contraint à venir en le portant puis il m’a fait un câlin. Que faire quand la diversion ne marche pas? Merci pour votre réponse.

    Réponse

    Le refus de maman est fréquent à l’arrivée à la crèche ou chez la nounou: c’est trop d’émotions, la vôtre, la sienne, comme si vous revoyiez une personne aimée que vous n’auriez pas vue depuis des mois… En arrivant, ne le regardez pas, parlez gentiment avec l’éducatrice pour faire les transmissions, regardez les autres enfants, prenez votre temps, allez téléphoner dans l’entrée, ne lui fondez pas dessus avec toute votre charge émotionnelle. Et vous verrez le vôtre approcher latéralement, pour ensuite ne plus lâcher votre jambe…

    //
  • Question

    Je me permets de vous contacter pour vous demander conseil car je suis un peu démunie. Je suis la maman d’un petit garçon de 22 mois. Le père et moi sommes séparées depuis les 1 an du petit et il est en garde alternée. J’ai lu quelques uns de vos livres (notamment l’autorité sans fessée). Je m’investis dans votre méthode (la bonne parade au bon moment). Une situation me pose problème : mon fils a tapé maman… Fin du bain, je lui demande de sortir. Il ne veut pas; je lui dits que c’est pour retrouver Nounours qui l’attend dans son lit : non… Je me penche et lui dis que je vais me fâcher (je n’ai plus de parades à lui proposer) et là c’est non et il me tape!! Fatiguée j’ai fait pareil… évidemment des pleurs, puis je lui ai expliqué qu’on ne tape pas maman, mais j’étais moi aussi en faute… et en sanglots. Il m’a fait un câlin et le coucher s’est très bien passé. Que faire devant la tape? Le “time out” nu et mouillé ne me semblait pas opportun.

    Réponse

    On peut être si démunie en effet quand on est maman, fatiguée, le dos courbé pour extraire l’enfant du bain, qui ne veut pas… que le geste part, absurde, puisque tu as tapé, je te tape, c’est sans fin.

    Donc que faire? La stratégie de la conséquence:
    le temps du bain s’est écoulé, ce n’est pas maman, ce n’est pas l’enfant, c’est “le temps” qui fait que c’est ainsi. Alors, c’est le temps que le bain se vide. Vous ouvrez le bouchon, l’eau commence à se vider et l’enfant comprend que le bain est fini. Attendez sereinement. Il tend les bras pour avoir la serviette!
    //
  • Question

    J’ai une fille et un garçon jumeaux. Que pensez-vous de la séparation des jumeaux a l’école maternelle ? La directrice est pour, et moi non…merci pour vos précieux conseils

    Réponse

    Il est en effet classique de demander la séparation des jumeaux pour qu’ils trouvent chacun leur identité propre, se fassent des amis personnels, des relations individualisées avec une maîtresse ou un maître différents. Ceci est surtout vrai pour les homozygotes, car les adultes ont tendance à dire “les jumeaux” pour ne pas se tromper de prénom quand la ressemblance est importante, ce qui est préjudiciable à la personnalité. Cela se pose moins pour les hétérozygotes, d’autant plus pour un garçon et une fille! On accepte alors plus facilement de les laisser ensemble la première année, mais il est tout à fait justifié de les séparer à partir de la deuxième pour permettre à chacun de “respirer “un peu!

    Ceci dit, la directrice est maître de son organisation.

    //
  • Question

      Mon mari et moi rencontrons des difficultés avec notre enfant âgé de 2 ans et demi, qui rencontre des problèmes pour s’endormir, problèmes qui nous semblaient secondaires au départ mais qui empirent davantage maintenant… Il joue dans sa chambre et pleure lorsque nous revenons dans sa chambre pour le gronder lorsque nous en avons assez de lui expliquer qu’il doit fermer ses yeux, retourner dans son lit. Parfois également, il redescend  (les chambres sont en haut, les pièces à vivre au RDC). Nous lui donnons parfois une fessée également. Mais il reprend toujours son activité jusqu’au moment où il est épuisé et tombe de fatigue. Le soir dans son lit lorsque nous essayons de le raisonner, il lui arrive de nous dire : après le dodo, j’aurais mon biberon et mon pain.Lorsque mon mari rentre tard, notre petit vient de lui-même dans notre lit et là s’endort très vite. 

    Réponse

    L’origine de ces troubles du sommeil semble carrément une angoisse de séparation: dès qu’il est dans votre lit, il est apaisé. Cela ne veut pas dire qu’il doive y dormir mais éclaire la compréhension.   Lutter contre, le sermonner, le culpabiliser, crier, voire donner une fessée aggravent ses angoisses.

    Voici quelques étapes pratiques:

    - Proposer un grand biberon de lait tiède, en plus du repas, au coucher (aucun risque pour les dents s’il les a brossées 2 fois/j avec un dentifrice pour son âge). Cela peut sufire.

    - Si pas suffisant, en plus: Installer un lit d’appoint et l’un des parents s’installe à côté de lui pour l’endormissement

    - Si pas suffisant: Le coucher dans votre lit, passer une bonne soirée de couple et le transporter ensuite dans le sien.

    Quand le retour de la confiance en vous, en lui, sera revenu, il réintègrera son lit sans problème…

     

     

    //
  • Question
    Notre fils a 27 mois et sa soeur qui vient de naitre a 2 mois et demi.
    Depuis 15 jours, il ne veut plus s’endormir seul comme à son habitude et se réveille la nuit en pleurant et en nous appellant.
    Nous imaginons bien qu’il y a un lien avec l’arrivée de sa soeur d’autant plus qu’elle dort dans notre chambre pour le moment mais ne savons pas bien qu’elle attitude adopter. Pour l’instant nous répondons à sa demande et nos quelques tentatives pour être ferme se sont soldées par un échec.
    Comment faire pour ne créer de mauvaises habitudes?
    Réponse

    Oui, cette réaction est classique à la naissance du deuxième. Il est normal que le bébé soit dans votre chambre pendant les 6 premiers mois. Pour le grand, je vous conseille de mettre un lit d’appoint dans sa chambre et d’affirmer clairement que vous ne le laisserez pas du tout s’angoisser d’être seul. Vous vous allongez prés de lui (éventuellement avec le bébé), ou le papa vient, pour tout endormissement ou besoin de ré-endormissement, sans jamais le laisser pleurer. N’ayez pas peur des mauvaises habitudes, c’est parce qu’il aura confiance qu’il redeviendra serein.

    //
  • Question

    Mon fils de 19 mois s’est toujours endormi au sein si bien qu’il a besoin de moi auprès de lui pour trouver le sommeil. Il tète, cherche sa place, résiste au sommeil, puis tète encore un peu, cherche sa place et finit par s’endormir. Avec une tierce personne, c’est un peu plus compliqué. Il a besoin d’être bercé, rassuré, bordé pour qu’il puisse s’endormir. Ce rituel peut durer parfois une heure.
    J’ai bien tenté de le laisser seul 5 minutes puis retourner le voir, le consoler, repartir… mais il est dans une telle détresse que je ne peux me résoudre à le laisser pleurer. Je m’allonge près de lui et il finit par s’endormir paisiblement. Comment lui apprendre à s’endormir seul ?

     

    Réponse

    Il est normal qu’un enfant de cet âge n’aime pas s’endormir tout seul. C’était autrefois le cas, dans nos campagnes où tout le monde racontait des histoires à la veillée dans la seule pièce chauffée, et les enfants s’endormaient pendant que les adultes se racontaient la journée. C’est encore ainsi dans les paillotes asiatiques, les cases africaines et les maisons japonaises: les jeunes enfants dorment rassurés par la présence de leur mère. C’est la civilisation industrielle qui a imposé le cloisonnement, mais c’est angoissant pour le jeune enfant. Plus tard, il mettra un verrou à sa chambre et vous lui direz qu’il doit dîner avec vous. On met les choses à l’envers! Donc rassurez-le pour s’endormir, profitez de cette période. Par contre, si une Mamie ou jeune fille peut le prendre le dimanche à 9h, l’emmener promener pendant que vous faites grasse matinée avec le papa, voilà une bonne réparation!

    //
  • Question
    Je vais essayer de mieux comprendre mon enfant et de ne plus imposer ce que je veux. Après j’ai toujours mon questionnement sur comment gérer les bêtises qui sont répétés exprès.
    Encore merci et un petit bonus, ma fille hier qui est allé dans ma bibliothèque et qui c’est installé pendant qu’on buvait le café pour lire… La cause des enfants! de Françoise Dolto. C’est encore d’actualité. (J’ai un psychiatre et une mère qui a fait des études de psycho)
    Réponse

    Oui, la cause des enfants est plus que jamais d’actualité. Elle a de bonnes lectures, pour une si petite fille!

    Mais je réponds encore aux bêtises “qui sont répétées exprès”: c’est parce que vous avez craint trop tôt de ne pas avoir assez d’autorité qu’il s’est fait un jeu de vous provoquer. Quand vous récupérez votre confiance en lui et empathie pour vous-même, quand vous faites diversion par une autre occupation en cas d’idée saugrenue, cela passe très bien. C’est “l’éducation positive”.

    //
  • Question

    Je me permets de vous envoyer un mail pour vous demander votre avis quant à mon petit garçon de 4 ans. C est un super petit garçon, très vif, intéresse et passionné mais depuis quelques temps il fait tout pour nous provoquer, son papa et moi, c est à dire qu il sait qu il est en train de faire une bêtise mais il ne s arrête pas malgré nos demandes et le traditionnel 1 2 3… Nous ne souhaitons pas lui donner de fessées mais nous n’arrivons pas à le faire obéir…surtout pour des choses qui concernent sa sécurité comme ne pas courir sur les trottoirs ou rester attaché en voiture… Que nous conseillez vous? Pour information nous avons aussi un petit frère de un an, avec qui il joue très bien. Il est très attaché à son frère!

    Réponse

     Vous avez un petit garçon très curieux. Vous constatez que la menace 123 et la fessée ne servent à rien. L’enfant recommence aussitôt, puis se fait un jeu de vous provoquer! et la vie dans nos villes (pas le droit de courir, donner la main, être attaché) n’est pas adaptée à leur vivacité. Cela ne veut pas dire qu’on va laisser faire, mais au moins comprendre que ce n’est pas naturel, sans compter l’habillage avec ce froid… et les “vite-vite” des parents, pressés par des rythmes de vie impitoyables…

    Alors, il faut limiter les consignes aux essentielles, trouver des solutions ludiques comme donner la main à l’ours qui vous donne la main, avoir un marche pied derrière la poussette, habiller par étapes sans le laisser crever de chaud pendant que vous cherchez votre téléphone…Oui, c’est sur avec le petit, mais pour lui aussi. Alors on se calme, on limite à l’essentiel et quand on ne peut pas faire autrement, on exécute sans pourparlers mais en disant: “je te comprends de râler, ce n’est pas marrant, mais je ne peux pas faire autrement…” Courage, il va grandir! 
    Au fur et à mesure qu’il grandit, il vous écoutera d’autant mieux que vous n’avez pas crié, mené, voire cru résoudre en levant la main…
    //
  • Question

    Je m’excuse de vous importuner mais je n’en peux plu! Ma fille a 26 mois exactement, elle ne veut rien de moi. Je suis dans la phase du non; je l’ai bien compris et essaye de tout lui expliquer, de lui donner un cadre, de la guider au jour le jour. Mais avec moi, elle ne veut plus rien faire et ça fait 2 jours qu’elle ne mange plus rien. Et la psychologue de la crèche m’a prévenu que ça faisait bien 15 jours qu’elle était en plein oedipe.

    Je ne sais plus comment réagir à ces tests. Pourriez vous m’aider s’il vous plaît?

    Réponse

    Je comprends que vous avez une petite fille très courageuse pour essayer de se faire comprendre. Vous essayez de suivre un “cadre” (vous n’avez jamais lu ce mot de ma part! mais tant de gens l’emploient à tort et à travers…).

    Lisez bien ceci:
    - à 26 mois, on est encore tout petit. On n’a pas la façon de penser adulte. On a besoin d’être encouragée pour découvrir le monde dont on doit comprendre les codes très compliqués pour les 100 ans qu’on aura à vivre! Pour cela on a besoin de la bienveillance des personnes dont on dépend tellement: maman et papa!
    - Sachez que, de toute façon, rien n’est plus important, pour tout enfant, que sa maman, pour la vie. Simplement, comme je pense que vous essayez d’appliquer des règles, de l’autorité, trop tôt, elle stresse et préfère en ce moment la relation avec son papa, sans doute plus compréhensif. Si elle se comporte mieux avec son père, tant mieux, cela vous laisse souffler. 
    Admirez votre petite, n’essayez plus de lui donner un “cadre”, c’est le travail des éducatrices et de la crèche. Vous, vous êtes une maman. Cool!
    //
  • Question

    Mon fils unique âgé de 27 mois se ronge les ongles depuis quelques semaines, voire quelques mois. Il suce son pouce depuis l’âge de 4 mois, ce qui a pour effet que les peaux au niveau de l’articulation du pouce durcissent. Il a commencé il y a longtemps déjà à mordiller ces petites peaux et j’ai l’impression que le fait de se ronger les ongles aujourd’hui découlent de cela. J’ai donc l’impression qu’il le fait par habitude et par plaisir, plus que parce qu’il est stressé. Je pensais donc acheter ce fameux vernis amer. Vous le déconseillez dans un article paru récemment dans le Matin Dimanche (journal suisse) et nous conseillez d’évaluer ce qui dans notre vie est culpabilisant, harcelant ou contradictoire. Bien sûr, nous avons un rythme un peu soutenu (mon fils va à la crèche 4 jours par semaine), mais j’ai toujours essayé de lui éviter du stress, de faire les choses le plus tranquillement / naturellement possible. En même temps, c’est sûr qu’en ce moment, on est pas mal en opposition avec lui. Il nous provoque, cherche à se faire punir et finit par se faire punir régulièrement. Sinon, rien de spécial n’a changé dans notre environnement ou rythme de vie (mon mari travaille un peu plus qu’avant, mais il a toujours beaucoup travaillé / le mari de ma soeur vient de mourir accidentellement, mais je ne crois pas que ces 2 points aient beaucoup affecté mon fils). Bref, j’hésite entre vernis amer et analyse psychologique! Que me conseillez-vous? 

    Réponse

    Vous êtes très courageuse et essayez de donner le climat le plus serein possible à votre petit garçon, en surmontant ce qui sont des évènements lourds pour vous: la perte brutale du mari de votre soeur, et un rythme de vie fatigant. Vous semblez en petites luttes fréquentes avec ce bout de choux, cherchant à trouver une autorité là où il a sans doute juste besoin d’être guidé. Il est très jeune pour entrer dans un cycle de bêtises-punitions. Alors, oui, il faut vous faire aider par une psychologue. Rien n’interdit que vous tentiez le vernis amer, mais, outre qu’il y a peu de chance que cela fonctionne, ce n’est pas une solution de fond. Alors que quelques entretiens vous aideraient à mieux comprendre les tensions qui amènent ce tout petit à se ronger déjà les ongles. Pour vous aussi, ce sera apaisant.

    //
  • Question
    Bonjour,je suis en grande difficulté avec mon fils ainé. Il refuse les règles, fait des crises de colères violentes à chaque frustration(coups de pieds dans les murs,jet d’objets), s’oppose en permanence, parlemente.. Même une consigne très banale peut mener à une opposition : se laver les dents, venir à table…Il fait très lentement les choses si ce n’est pas lui qui a décidé à ce moment_là: s’habiller,mettre ses chaussures pour partir à l’école…Il est en CP, bon élève mais les devoirs aboutissent à des crises de colères pour les activités où il a plus de difficultés(poésie par exemple). A l’école il taquine ses camarades, à la maison il provoque beaucoup sa petite soeur (2ans 1/2).Il n’a pas acquis les règles de politesse de base. IL s’oppose en fait à tout ce qui est de l’ordre de la règle, de la contrainte,de l’effort. L’ambiance à la maison s’en ressent, mon fils demande une telle attention et une répétition interminable des consignes. Les punitions ne fonctionnent pas. Je me sens dépassée, j’ai besoin de conseils pour m’aider à lui apprendre à obéir et à gérer la frustration. Merci d’avance. 
    Réponse

    Oui, vous êtes dans des tranches d’âge difficiles, entre les devoirs du grands, la curiosité de la petite, les besoins du bébé… C’est juste une période si vous cessez de vous énerver.

    Dès lors que votre fils est suivi par un psychologue au CMP, vous devriez demander rendez-vous avec le psychologue pour être guidés dans votre comportement. Croire que les punitions, les cris, la menace de lever la main parfois, conduisent les enfants à obéir est un leurre. Votre petit garçon se sent incompris et en veut à ses parents. La première bonne attitude est de réduire les consignes au strict minimum, de ne pas vous acharner à vouloir qu’il obéisse, le temps qu’au CMP le psychologue l’aide, de façon positive, à gérer ses angoisses. Le weekend, il faudrait des moments où il puisse construire avec son père, à l’abri de sa soeur, avec des legos et des kaplas, emmenez-les dans une ludothèque.

    Le bébé est à un âge où il est normal d’avoir besoin des bras, du sein, gardez-le en poche kangourou, jouez avec lui dans son cosy.
    L’âge le plus difficile est celui de la petite de 2 ans et demi. A cet âge, on a besoin d’être en permanence informé et guidé par les adultes. La ludothèque encore, une Mamie qui pourrait ne prendre que le grand, ou que la petite, éviterait que vous soyez si épuisés.
    Sachez que c’est une période difficile pour les parents mais n’en veuillez pas à vos enfants, cela aggrave leur désarroi!
    //
  • Question

    Ma petite fille à eu 2 ans en dec dernier, elle est adorable, très obéissante, parle très bien et bcp ! Elle a sa chambre mais ne dort pas dans son lit. Je souhaite l’y intégrée car son pédiatre m’a formellement mise en garde et m’a dit: “quitte à dormir au sol à côté de son lit, il faut qu’elle dorme dans son lit!” Son père ne veut pas se partager la tâche, ni de rien d’ailleurs. De 8 à 18 mois, elle se réveillait la nuit et je la rassurais. mais au bout de la 3e 4e fois, ayant repris mes études, j’étais fatiguée et je la prenais avec moi dans mon lit. Son père, ne voulant pas être dérangé, est parti s’installer sur le canapé. Que dois-je faire? Les autres mamans hallucinent qd j’en parle. Aussi, elle ne va pas au pot, dois-je l’inciter, l’obliger 3 fois par jour à s’y assoir, la mettre en culotte ? Ma relation avec son père est quasiment nulle, il ne fait rien et j’en suis très triste.
    Merci de vos précieux conseils.

    Réponse

    Il y a plusieurs points dans votre histoire:

    - votre petite fille est très éveillée, c’est le résultat de toute l’attention que vous lui avez portée depuis 2 ans, que du bonheur pour l’avenir, bravo!
    - elle a 2 ans, cet âge que les anglais appelle “terrible twos”, un âge très curieux, prenant, fatigant pour l’adulte, mais fondateur pour son avenir. Donc elle fait son travail d’enfant, mais c’est normal que vous soyez épuisée…
    - Elle a besoin de présence la nuit, comme tous les petits asiatiques dans leur paillote, les africains dans leur case, les esquimaux dans leurs igloo, qui deviennent des gens très bien et très autonomes ensuite!
    - Votre pédiatre a raison, mieux vaut aller dormir prés d’elle que la laisser venir dans le lit conjugal. Mettez un lit d’appoint dans sa chambre et laissez le lit aux parents.
    - Les autres mamans adorent “halluciner”, mais ce problème de sommeil existent chez 80% des enfants entre 1 et 3 ans! Ce qui se passe la nuit chez vous, c’est votre vie privée, cela ne regarde pas les copines, dont les enfants sont peut-être moins éveillés…
    - On ne peut pas éduquer au pot en hiver, vous allez la braquer, attendez l’été et même l’été prochain… Lisez mon livre “mon bébé devient propre”.
    - Le papa “ne fait rien”. Sans doute ne se rend-il pas compte que vous êtes épuisée. Cependant, il est là… Il ne réalise pas que vous risquez d’entrer en dépression par fatigue. Vous pourriez aller consulter à la PMI de votre ville, où vous trouverez une psychologue prête à vous aider tous les deux? C’est mieux que de se séparer!
    Soyez fière de vous, vous êtes biens débrouillée avec une petite bien éveillée!
    //
  • Question

    Bonjour, je suis la maman d’une petite fille de 2,5 ans et d’un petit garçon de 1an (insuffisant rénal dû a 1 malformation des 2 reins).
    Ma petite fille a un fort caractère, elle aime bien son frère mais le tape, le mord. Depuis septembre,elle va à l’école toute la journée (elle est propre la journée mais pas encore la nuit), et tout se passe très bien. Sauf que depuis novembre, systématiquement elle fait pipi à la sieste à l’école (et chez nous) et quand elle est en colère ou quand on ne fait pas ce qu’elle veut elle demande à faire pipi ou se fait pipi dessus. On a tout essayé (y compris le médecin) et on souhaite qu’elle continue à aller à l’école car ce serait une régression.

    Réponse

    Elle est encore très petite! c’est vraiment difficile d’avoir vécu avec toutes les inquiétudes suscitées par la santé du bébé, qui ont trait à la fonction urinaire

    - et de devoir aller à l’école toute la journée alors que lui a droit de rester (avec maman…?) pour justement des raisons de pipi!
    Déjà que je ne conseille jamais de mettre l’enfant toute la journée à l’école la première année, mais seulement le matin, alors en plus dans ce contexte, je ne vois pas pourquoi vous persistez? Pour ne pas “régresser”? Mais ce ne serait pas “régresser”! Ce serait juste comprendre les signaux envoyés par votre petite fille…
    Mon conseil: cesser l’école l’après-midi jusqu’aux vacances de Pâques au moins… Mettre des couches la nuit. Et si les accidents persistent éveillée, vous donner quelques séances avec une psychologue pour l’aider à mettre de l’ordre dans ses émotions.
    //
  • Question

    Notre fille de 2 ans et demi est capricieuse. Elle a tendance à résister aux consignes très souvent, refuse encore de manger toute seule à table (nous avons même essayé de la faire se lever de table sans manger et de la coucher ou encore de la laisser devant son assiette deux heures, la seule façon est de finir par la faire manger). Mais notre plus gros souci est que lorsqu’on lui résiste, elle crie, force sur sa gorge et finit par réussir à se faire vomir. Que faire ? Comment sortir de ce conflit ? Faut-il consulter ou calmer le jeu. Nous en sommes à crier et punir de plus en plus souvent.

    J’ai peur qu’en grandissant, elle tende vers des formes d’anorexie. Merci de vos conseils.

    J’avoue que son grand frère de 5 ans ne nous a jamais posé de souci ni pour manger ni pour obéir. Il écoute beaucoup les explications qu’on lui donne et les intègre toujours dans son mode de pensée et de décision. Sa soeur, au contraire, est peu enclin à écouter explications et conseils, se dérobe ou acquiesce et repart dans son obstination aussitôt.

    Personnellement, je ne peux m’empêcher de me dire que ma fille nous reproche un changement de vie un peu brutal : en septembre 2011, j’ai repris le travail après un congé parental, et je me suis trouvée avec de grosses responsabilités, avec beaucoup de travail, le plus souvent jusqu’à 20 h ou 21 h. Elle est donc passée d’une maman entièrement présente à une maman totalement absente, même si le papa a pris un congé parental et s’occupe très bien d’eux.

     

     

    Réponse

    Oh là là! Elle n’a que 2 ans et demi! Vous allez endurcir son caractère, et après vous direz: “elle est dure”! Vous croyez bien faire, vous avez l’expérience de votre aîné (mais c’était le premier, vous avez été très disponible… Le deuxième est toujours plus intrépide, apprend à vivre sa vie à sa façon car il doit se débrouiller avec la présence de l’aîné qui accapare d’emblée le champ verbal déjà mis en place avec ses parents). C’est par désespoir qu’elle se fait vomir. Il faut arrêter l’idée qu’elle doit manger toute seule, alors que ce sont les seuls moments où elle peut avoir votre attention. Donc, on se calme les parents, on se remet en confiance avec cette petite, on arrête les exigences trop précoces (nos grands-parents appelaient “âge de raison”: 7 ans). Vous allez travailler beaucoup mais le papa va être disponible? C’est très bien, pourvu qu’il soit vraiment disponible, patient et en admiration devant sa petite princesse. Cool!

    Si çà ne suffit pas complètement à dédramatiser, oui, ce sera bien de vous faire aider par un psychologue. Vous pouvez aller à la PMI de votre ville.

     

    //
  • Question

    Je n’arrive pas à comprendre ce qui ce passe dans la tête de mon fils de 2ans et demi, cet été, donc à 2 ans, il est devenu propre le jour. Cependant la nuit il a voulu faire la même chose et s’est mis à se lever 4 voir 5 fois pour aller aux toilettes. Le 1 er mois , je me suis levé pour l’accompagner, car il ne voulait plus se rendormir sans avoir fait pipi. Son rythme nocturne,  s’est modifié petit à petit. Si bien qu’avec mon mari on a décidé qu’on ne l’accompagnerait plus aux toilettes la nuit, et que le prochain pipi aux WC serait le lendemain matin.
    Il continue  à se lever quand même la nuit, et reste dans le couloir à attendre qu’on l’accompagne au lit.
    Son sommeil étant perturbé la nuit, il refuse aussi depuis 5 à 6 mois de faire la sieste, sa devise : dodo beurk !
    Je dois me battre avec lui, pour qu’il reste au lit : je le couche, il se relève sans arrêt… Je gronde, j’en arrive même à crier,  à confisquer des jouets….pour qu’il dorme. Cela fonctionne certaine fois!
    C’est un petit bonhomme fatigué qui va lutter jusqu’à épuisement.
    Je lui ai expliqué maintes fois qu’il faut qu’il dorme pour bien grandir…..je lui ai demandé si quelques choses le gênait dans sa chambre, réponse négative, certes rien à faire, et je ne sais plus comment m’y prendre…
    Pouvez-vous me donner quelques conseils pour essayer d’analyser la situation ?
    Autres questions : pensez vous qu’un enfant qui ne fait que des bêtises, c’est un enfant qui s’ennuie ?

    Réponse

    Je sens que vous êtes fatigués, épuisés, déçus parce que votre petit garçon n’est pas raisonnable comme vous voudriez.

    Mais il est trop petit! L’âge de raison, disait nos grands-parents, c’est 7ans! Il est en phase émotionnelle et tous vos raisonnements, demandes d’explications, cris et punitions ne font que le désespérer. S’il ne fait que des bêtises, c’est probablement surtout parce qu’il est en colère, contre la vie, contre lui, contre tout, parce qu’il a des réveils nocturnes, des envies de pas être coincé dans son lit, et que sa maman, dont il dépend, est trop fatiguée pour le comprendre.

    La solution: vous remettre à le comprendre, à l’entendre: je devine que c’est un petit garçon très éveillé, c’est pour çà que votre pédiatre ne trouve pas qu’il y ait problème. Mais il faut vous mettre au rythme du petit. Il ne veut pas de sieste? Vous n’en parlez même plus! Son lit n’est pas une prison, un empêchement de vaquer (comme on bandait les pieds des femmes chinoises pour qu’elle ne sorte pas, disait Françoise Dolto à propos des lits à barreaux). Pour la nuit, il a surtout besoin de vous. Vous mettez un lit d’appoint prés de son lit, et lui dites: “ne t’inquiète pas, si tu te réveille la nuit, papa ou moi venons nous allonger prés de toi.” C’est moins fatigant que de lutter. Vous avez surement besoin de respirer, c’est un âge passionnant mais tellement demandeur! Aidez-vous papa-maman, des mamies, une ludothèque, mais soyez vraiment bienveillants pour garder votre merveilleuse relation!
    //
  • Question
    Notre fils a 24 mois. L’assistante maternelle qui s’occupait de lui jusqu’alors a dû cesser son activité brutalement. Nous l’avons confié progressivement à une nouvelle assistante maternelle chez laquelle il semble doucement de plus en plus à son aise. Cependant, il pleure toujours très fort à moment de la séparation.
    Comment pouvons nous l’aider ?
    Réponse

    Oui, c’est dur pour les jeunes enfants! Déjà, il semble que çà va mieux… Ecourtez ces journées le plus possible: papa le dépose tard, maman le reprend tôt, merci les mamies… Et donnez à l’assistante maternelle un petit matériel nouveau chaque jour: un petit livre avec des autocollants, un petit playmobil, pour qu’il ait un but ludique en arrivant chez elle. La transition est difficile, surtout si l’on a des parents formidables! Mais il ne devrait plus pleurer au bout de quelques semaines…

    //
  • Question
    C’est en lisant votre livre « Mon enfant devient propre » que j’ai peut-être mis un mot sur ce dont souffre mon second fils, 3 ans et demi. Il a acquis (plutôt de manière violente de la part de mon mari) la propreté « pipi » cet été, en vacances, mais refuse obstinément de faire caca dans le pot ou les WC, à la maison comme à l’école. Il fait souvent 2 à 3 « fonds de culotte » de caca, dans sa culotte ou la couche, qu’on lui met la nuit, puis la grosse commission. Il se cache en s’asseyant, dans sa chambre ou derrière la table du salon, pour aller faire caca. Mon mari est ainsi persuadé que son fils se moque de lui, et cela le rend furieux, d’autant que le petit sourit et rit constamment, et est d’un naturel taquin… On a l’impression que cela ne l’atteint pas, qu’il a décidé de ne pas aller faire caca et c’est tout…  Je l’ai tapé, grondé, moqué, traité de bébé, puni, parlé… Rien n’y fait, il refuse toujours… Je suis démunie. Que faire ????????
    Réponse

    Je suis heureuse pour votre enfant que mon livre vous aide à mieux le comprendre. A vouloir le forcer, en effet, le risque est grand qu’il devienne encoprétique! Heureusement, il est encore petit et si on arrête de le croire manipulateur, de penser que c’est un problème de volonté, il peut encore retrouver le bon chemin. Pour cela, laissez-le faire dans sa couche en fin de journée. Il faudrait vraiment consulter une psychologue pour que maman-papa-l’enfant retrouvent la sérénité et alors la propreté viendra…

    //
  • Question
    Ma fille a eu 3 ans fin octobre et est rentrée en maternelle début septembre, elle n’y va que le matin. A partir de début juillet, nous lui avons enlevé la couche le matin seulement pour la préparer à porter des culottes à l’école, alors qu’elle ne semblait pas du tout intéressée par le pot ou les WC. Elle a été très constipée en juillet et pleurait pour réclamer sa couche, nous avons donc laissé tomber, puis fin août nous lui avons expliqué qu’à l’école elle ne pourrait pas porter de couches. Elle a donc accepté sans problème de porter des culottes, mais refuse toujours catégoriquement d’aller sur le pot ou sur les toilettes.  Elle demande si les toilettes sont sales, et le caca des autres (de sa cousine par ex) la dégoûte, alors que mon mari et moi n’avons jamais montré de dégoût ou tenu de tels propos. 
     Ayant lu avec beaucoup d’intérêt votre idée de “propreté à la couche”, nous avons adopté ce système: quand elle a envie, elle va chercher sa couche pour faire pipi ou caca puis l’enlève une fois fait pour remettre sa culotte. Bref, elle utilise la couche comme des WC. Cela dure depuis début septembre, il n’ y a jamais eu d’accident. Ça se passe pas mal, mis à part que assez souvent, la sensation de déféquer la fait pleurer ou lui fait peur (je ne pense pas qu’elle ait mal au ventre car ses selles sont normales et quotidiennes). Nous lui proposons de temps en temps les toilettes, mais refus farouche, elle préfère se faire pipi dessus quand elle n’en peut plus plutôt que d’aller aux toilettes. 
    Le sujet est devenu une véritable préoccupation, surtout pour elle qui ne parle que de ça, même quand nous les parents nous ne lui en parlons pas pendant plusieurs semaines. Par ex, “qu’as-tu fait à l’école ce matin? réponse: “je ne suis pas allée aux toilettes”!?
    J’en ai bien sûr parlé à ma pédiatre mais elle a montré beaucoup d’indifférence sur le sujet.
     Je commence à désespérer que le déclic se fasse un jour, je ne vois aucun changement, et je ne vois pas maintenant ce qui va la faire évoluer si même l’exemple de ses copains à l’école ne l’aide pas. Elle s’est installée dans ce confort, et j’ai peur que nous soyons dans la même situation dans plusieurs mois. Jusqu’à quand cette situation peut-elle encore durer sans s’inquiéter?
     Je précise qu’elle a eu une petite sœur fin août, ce qui n’arrange sans doute pas la situation…
     Je vous remercie d’avance beaucoup pour votre aide.
    Réponse

    Ne soyez pas pressée alors que, si j’ai bien compris, il n’y a aucun “accident “de propreté à l’accole avec votre système. Donc, elle se retient quand il faut, donc elle est propre. Après, il faut lui laisser le temps. 

    Par contre, la peur des selles, d’être salie, aurait surement besoin d’être franchie avec l’aide d’une psychologue.
    //
  • Question

    J’ai une petite fille de 23 mois et je n’y arrive plus. 

    Un exemple les repas, elle ne fait que jouer avec la nourriture, elle mange salement et aime ça. Et je déteste ça.
    C’est pas vraiment de salir mais c’est que je ne veux pas qu’elle se tienne mal à l’extérieur de chez moi.
    Quand au bout de la 4ème fois elle met sa cuillère de  yaourt sur la table pour l’étaler je lui dis que je ne veux pas qu’elle se tienne ainsi, qu’on ne joue pas avec la nourriture et je la punis dans sa chambre 5-10 min. et elle recommence au prochain repas.J’ai tout essayé => de lui expliquer, de la faire nettoyer, d’être absente rien n’y fait!!!
    Comment je peux aborder ce problème?
    Et je voulais juste préciser que ce qui me fait craquer c’est qu’à midi, j’ai eu droit à ce qu’elle m’envoie le pot de yaourt dans le visage: punition de 15 minutes dans sa chambre car j’étais désemparée à en pleurer…
    Réponse

    Oh là là! Vous vous torturez pour rien du tout! Ce n’est pas une petite fille, c’est encore un bébé! Vous lui demandez de se tenir à table alors qu’elle ne comprend pas ce que çà pourrait vouloir dire. Votre exigence-punition l’exerce à la provocation. 

    Vous êtes trop angoissée par rapport à ce qu’on en dirait à l’extérieur. La tenue à table s’acquiert à 7 ans. “L’âge de raison” disaient nos grands-parents. En Asie, en Océanie, elle jouerait pendant que les adultes mangeraient sur la natte, viendrait sucer un petit bout, et s’endormirait encore au sein de sa mère. 

    A cet âge, on a besoin de découvrir, c’est tout. Donc, donnez-lui un bon biberon de lait de croissance le matin et avant le coucher, avec çà, elle est très bien nourrie pour sa croissance. Pour le reste, laissez la manger comme elle peut, si elle en met partout, ne la culpabilisez pas, donnez du lait ou de la purée fluide au biberon, une compote à boire. Et n’en soyez pas déçue, cela passe toujours. Sauf si vous continuez d’en faire un enjeu dans vos rapports. Alors, il faut vous faire aider par une psychologue pour dédramatiser…
    //
  • Question

    Quels sont les jouets vraiment nécessaires ?

    J’ai trois garçons de 22 mois, 5 ans et 7 ans. 

    1) J’ai mis à la disposition des deux grands des barbies et des poupées : ils ne veulent pas que je les range à la cave car ils ont le souvenir d’y avoir bien joué à plusieurs reprises au début, mais maintenant, ils n’y jouent presque pas.

    2) Est-ce mieux qu’ils jouent ensemble ou chacun dans leur chambre? Ou bien dans la même pièce à des activités différentes ?

    3) Le petit dernier n’arrive pas à jouer : il touche à tous les jouets des grands alors que nous lui avons aménagé un espace avec ses jouets dans sa chambre : en fait, il faut qu’on joue avec lui. 

    Les jouets sont-ils vraiment utiles ? En fait, je trouve que les livres, du dessin, de la peinture, de petites activités manuelles leur apportent plus de satisfaction …et de calme, tandis que les jouets les excitent (cela dégénère en chahut), les fatiguent (ils ont besoin de se défouler physiquement après), ou les énervent (frustration de ne pas arriver à monter un jeu de construction).

    Réponse

    Oui, les jouets sont nécessaires, ils peuplent leur monde d’enfant et développent leur imaginaire. Mais après que vous ayez donné du sens en ayant joué avec eux…

    1 Vous pouvez faire une étagère en hauteur pour ces reliques qui font partie de leur enfance? Au besoin, vous les mettez dans un bac transparent, et ne les jetez jamais!

    2 Les grands aiment jouer ensemble, puis ils ont besoin de s’isoler dans leur domaine. C’est une chance s’ils peuvent avoir chacun leur chambre!

    3 A 22mois, on ne sait pas jouer tout seul parce qu’on a besoin que les grands et les adultes donnent sens au jeu, c’est normal. Il suit, il imite, il n’a aucun goût à jouer seul. Cela viendra avec toutes les activités que vous proposez, mais auxquelles les jouets se mêlent…

    Ces enfants ont bien de la chance d’avoir une maman passionnée!

    //
  • Question

    C’est après avoir lu votre livre « élever mon enfant aujourd’hui », que nous nous adressons à vous pour quelques conseils concernant l’éducation de notre fille ainée qui a 3 ans. Depuis ses 18 mois, nous rencontrons des soucis pour nous faire obéir, elle ne veut rien entendre concernant l’autorité, elle veut toujours négocier, n’accepte aucune remarque, ni limite de notre part, et revendique pour tout (manger, dormir, se laver…, ranger ses jouets, rituels de la vie). Elle ne supporte pas qu’on lui impose des limites. Elle vient de faire son entrée à l’école, tout se passe bien. C’est une petite fille intéressée et dynamique. Je profite de mon congé parental pour m’occuper d’elle et de notre deuxième fille née en juin dernier. L’arrivée de sa sœur n’a rien changé à ses attitudes excessives et ses colères à répétition. Nous avons vu un pédiatre en janvier dernier qui n’a rien vu d’inquiétant, notre fille est assez mature et éveillée. Aujourd’hui nous sommes anxieux et stressés de ces conflits permanents et pour l’avenir.

    Que devons-nous faire, quelles méthodes adopter, serait-il préférable de consulter un pédopsy ?

    Merci pour vos conseils.

    Réponse

    Il semble bien en effet que vous ayez une petite fille très éveillée, elle a bien entériné vos consignes éducatives puisqu’elle ne pose pas de pb à l’école. Mais c’est un jeu de vous faire répéter, sans doute parce que vous êtes trop anxieux de bonne éducation et donnez trop de directives. Par exemple, à son âge, on ne peut pas “ranger sa chambre”, ou alors, elle deviendra obsessionnelle… Car à 3 ans, on commence à ranger et on repart dans son jeu. En la rangeant avec elle ou quand elle n’est pas là, vous lui donnez l’habitude du classement. Elle aimera l’ordre et rangera plus tard, par imitation.

    En voulant obtenir trop de gestes automatiques à cet âge de découverte, on entraîne l’enfant à en jouer, à vous provoquer. C’est un cercle vicieux. Cessez d’espérer trop d’autorité trop tôt, cela fait l’effet inverse.

    Si vous avez besoin d’être aidée, avec elle? En effet, c’est une bonne idée. Vous trouverez une psychologue à la PMI?

    //
  • Question
    Ma fille – deux ans et 7 mois; a fait sa première rentrée (deux demi-journées) sans être propre. Elle semble très contente, ne pleure pas après bonne préparation et gros câlins. Elle accepte d’enlever sa couche à l’école (il n’y a pas d’accident là-bas) mais souhaite en remettre une à la maison. Elle a été fort constipée ces deux derniers jours, elle aime garder ses couches sales et quand elle s’assied sur le pot à la maison, n’y fait rien. Je ne sais pas s’il est judicieux de mélanger l’apprentissage de l’école et celui d’aller sur le pot. J’ai préféré retarder l’entrée à l’école au risque de la décevoir un peu. Mon entourage pense que je crée des problèmes ou que je suis impatiente. Je doute. Qu’en pensez-vous s’il-vous-plaît? Merci.
    Réponse
    Il ne faudrait pas, en effet, que la propreté soit liée avec l’entrée à l’école: il n’y a rien à voir entre l’école, lieu du savoir, et la maîtrise sphinctérienne! Aussi, il n’est pas inscrit dans les textes que celle-ci est une obligation pour être scolarisée. C’est juste une demande des enseignants, mais qui tolèrent en fait les petits accidents du début!

    En plus, votre petite fille est parfaitement propre, d’après votre message: elle ne fait pas dans sa culotte à l’école. Donc, pourquoi l’en retirer? Elle préfère avoir sa couche pour faire ses besoins en rentrant? Pourquoi pas? Beaucoup d’enfants sont effrayés par leurs productions, ils ont besoin de cette intimité que donne la couche. Cela passe tout seul si vous ne luttez pas contre et ne fixez pas un calendrier pour “le pot” ou les WC… Féicitez-la de ne pas faire dans sa culotte et rassurez-là: elle aura sa couche pour faire, à la maison! N’en parlez pas à tout votre entourage, c’est sa vie privée!
    Bonne rentrée.
    //
  • Question

    Aujourd’hui on ne décalotte plus les garçons, attendant que cela se fasse naturellement (par ex en se tripotant dans le bain). Oui, mais… notre fils, à 4 ans, n’est toujours pas décalotté et nous nous disons que plus le temps passe plus ce sera douloureux et il s’en souviendra : que faut-il faire ? Consulter un urologue ? Attendre ? L’aider dans le bain ?

    Réponse

    Il n’y a pas nécessité de décalotter avant l’âge de la masturbation et des rapports sexuels.Le prépuce est physiologiquement adhérent pendant l’enfance, il protège ainsi la muqueuse du gland. Les érections de l’enfant provoque un élargissement et un décollement progressif tout au long du développement, qui aboutit dans 99% des cas au décalotage complet avant 12 ans.

    Si l’on s’acharne à tirer sur le prépuce pour l’élargir, outre le désagrément psychologique pour l’enfant, les petites déchirures ainsi occasionnées cicatrisent souvent en phimosis (prépuce trop étroit pour s’ouvrir – vous en trouverez le dessin dans mon livre “Elever mon enfant, aujourd’hui”) et aboutissent à l’effet inverse de celui escompté. Comme dit le proverbe danois: “il n’y en a qu’un qui a le droit d’y toucher, c’est l’enfant lui-même”.

    Si, très rarement, il ne décalottait pas en abordant l’adolescence, une petit geste chirurgical sous anesthésie locale consisterait à élargir la peau (sans en enlever), c’est un geste simple et qu’à 11 ans, l’enfant comprend très bien. Mais c’est rare d’en avoir besoin… tout s’est fait le plus souvent spontanément avant.

    //
  • Question

    Un grand merci pour votre réponse rapide et claire. Nous allons suivre votre conseil, la laisser choisir son alimentation et attendre ses “progrès naturels”. Votre réponse nous a beaucoup rassurés car en plus de notre inquiétude, la pression de l’entourage (des grands-parents notamment…) était forte pour la “forcer à manger sainement”.

    Bonne continuation pour votre site, c’est très sympa de répondre aux questions des internautes (comme autrefois à la radio, j’aimais beaucoup votre émission, c’est pour cela que j’avais acheté vos ouvrages).

    Réponse

    Merci de vos encouragements.

    Permettez-moi de vous préciser ma pensée sur le mot de “progrès”: ce n’est pas un “progrès” de manger comme les adultes voudraient. Ce qui est un “progrès”, c’est de grandir, de parler de mieux en mieux.

    Quant aux grands-parents, ils me rappellent que, dans mon enfance, on calait les enfants avec “de la soupe” de légumes (on sortait de la guerre et des restrictions). “Mange ta soupe” était le refrain des tablées, j’ai vu des enfants s’endormir à table le ventre vide, sans dessert, parce qu’il n’arrivaient pas à avaler la soupe. Cela ne servait donc à rien!

    //
  • Question

    Je suis une de vos ferventes lectrices. Vos ouvrages (je soigne mon bébé, mon bébé dort bien, mon bébé mange bien…) m’ont guidé dans l’éducation, les soins de mes filles qui ont maintenant 5 ans et 3 ans. Je me permets de vous écrire aujourd’hui car je souhaiterais profiter de vos conseils concernant ma fille de 3 ans, qui ne mange que des pommes de terre sautées, du pain, des gâteaux, des crêpes, des gaufres, des fruits secs et du lait de croissance. Elle a commencé à 18 mois à refuser progressivement les purées puis les compotes maison, les yaourts (qu’elle avait toujours bien mangés depuis ses 6 mois), vers 2 ans elle ne mangeait plus que du pain, des gâteaux et du lait. Elle a rajouté de temps en temps un aliment (raisin sec, amande, gaufre…) mais elle a toujours refusé, en larmes, en se débattant, tout autre aliment qu’il soit entier, en morceaux, en purée. Nous n’avons pas voulu la forcer, on a essayé les explications (c’est important pour ta santé…), le chantage positif (si tu goûtes, tu auras un chocolat). Une fois, juste après ses 3 ans, après le biberon du matin, on a essayé de ne rien lui donner à manger d’autre qu’une assiette où il y avait un morceau de fromage, un morceau de fruit, un morceau de légume. Elle n’a rien mangé de la journée donc on a tout de suite arrêté. Son père et moi sommes très inquiets pour sa croissance future et sa santé (même si pour le moment sa courbe de croissance est normale). Jusqu’à ses 3 ans, on complétait les repas avec des biberons de lait de croissance, donc ça compensait les absences en vitamines, minéraux de son alimentation. Mais, depuis ses 3 ans, à part le biberon de 330ml de lait de croissance du matin (notre pédiatre nous a demandé de supprimer les autres biberons et elle refuse le lait au verre, au bol…), elle n’a aucune autre source calcium, de vitamines (à part les fruits secs). Si vous aviez des conseils à nous donner, pour traiter ses phobies alimentaires, nous vous serions très reconnaissants.

    Réponse

    Je comprends votre inquiétude. Mais plus vous insistez, la culpabilisez, la punissez, la récompensez, la laissez sans repas, plus la nourriture devient un problème pour elle, elle s’organise dans le refus!

    Votre pédiatre vous a rassurée en vous montrant que sa courbe de croissance est parfaite, on a créé les “laits de croissance” exprès pour les petits chipoteurs ne manquent de rien. Avec son biberon du matin, et au besoin un le soir si elle ne grossit pas trop, ses besoins en lait, calcium, protéines sont couverts. A midi une crêpe et quelques raisins secs, au goûter une gaufre, et ce sera parfait! Moins vous en parlerez, plus vous affirmerez “nous n’avons plus envie que tu manges des aliments dont tu ne veux pas”, et plus le blocage se lèvera. Quand? Peu importe… Ne vous fixez pas un objectif! Faites juste suivre sa croissance par son pédiatre tous les 6 mois…

    L’adage 5 fruits-5 légumes, c’est pour les adultes (et faire marcher l’agriculture…)!

    //
  • Question

    Question:

    ma fille a eu trois ans. Depuis un an, nous avons enlevé les couches à sa demande. Pour le pipi (jour comme nuit), c’est sans souci depuis un an, par contre elle ne voulait pas faire caca ailleurs que dans une couche (on a essayé les toilettes, le pot, le réhausseur… rien n’y réussissait). Je lui remettais donc une couche qu’elle me réclamait pour faire caca. Il y a quelques semaines, elle a eu une gastro, pendant laquelle elle s’est mise à faire caca sur les toilettes. Depuis que sa gastro est terminée, elle ne veut plus de couche, ne veut plus faire sur les toilettes et se retient de faire caca jusqu’à ce qu’elle fasse dans sa culotte, et cela peut durer très longtemps, avec souvent des petites selles dans la culotte puisqu’elle se retient. J’ai compté jusqu’à six culottes sales par jour. Je suis consciente qu’elle fait de l’encoprésie, que ce n’est pas de la constipation. Et hormis le malaise qu’elle doit ressentir, cela me contrarie beaucoup, car je surveille fréquemment si elle a envie, quand nous sommes à l’extérieur, cela tourne à l’obsession pour moi… Avec mon mari, on ne sait plus que faire. Ce “problème” m’envahit et mes rapports avec ma fille en pâtissent. Je me sens dépassée et incompétente dans cette situation. Ma fille est ma quatrième enfant, et c’est une enfant très vive et très joyeuse et jusqu’à maintenant, j’ai réussi à gérer cahin-caha les aléas de la vie familiale… mais là je ne sais comment m’y prendre. 

    Je vous remercie d’avance de votre réponse si vous en avez…

    Réponse

    Réponse:

    Cette petite fille est passée du stade de “propreté à la couche” au stade d'”encoprésie”:

    - un enfant a acquis la “propreté sphinctérienne” quand il est capable de ne pas faire n’importe quand dans sa culotte, se retient pour émettre sa selle volontairement dans un endroit ad hoc, que ce soit le pot, les WC ou une couche culotte mise exprès pour ce moment-là (et non portée toute le temps comme les bébés). Ensuite vient spontanément le passage aux WC si l’on ne fait pas pression sur l’enfant.

    - L’encoprésie est la fuite de petites selles dans la culotte, elle alterne en général avec la rétention des selles, pendant plusieurs jours. Votre petite fille est passée à ce stade beaucoup plus ennuyeux à l’occasion de sa gastro, qui s’est accompagnée d’une focalisation des adultes sur ses selles.

    Actuellement, il faudrait revenir à un stade où vous lui laisseriez une pile de culottes-couches à sa disposition quand elle est à la maison, pour pouvoir y faire même plusieurs petites émissions/jour, et voir une psychologue qui va l’accompagner dans la maîtrise de ses sphincters tout en allégeant votre irritation et sa culpabilité. Il faut la faire aider maintenant parce que l’encoprésie récente est plus facilement réversible…

    //
  • Question

    Question :

    Nous sommes les heureux parents (35 ans et 34) de deux filles M (6ans) et R (2ans)

    Je me permets de vous solliciter car nous rencontrons de plus en plus de difficultés avec l’éducation de l’aînée,  cela déteint sur l’humeur générale de la famille et sur le caractère de sa petite sœur.

    M ne veut en faire qu’à sa tête, elle dit toujours “non” ou “attend” nous avons un vrai problème d’autorité avec elle (idem à l’école) le quotidien devient pesant…choix des habits, passer à table,  se balader tout est source de conflit.

    Nous avons consulté une pédopsychiatre pendant pas mal de temps mais nous n’avons rien remarqué de concluant.

    Nous ressentons un vrai sentiment de mal être chez elle, et souhaitons l’aider rapidement à se sortir de cette “impasse”, j’espère que vous pourrez nous aider, nous rencontrer.

    Réponse

    Réponse :

    Vous êtes exactement sur ce cap critique des 2 ans du deuxième enfant, où les parents sont en “burn-out”:

    – émerveillés par la venue de l’aînée, vous lui avez donné beaucoup d’attentions et elle ne peut pas comprendre pourquoi maintenant, il faut qu’elle partage cette attention avec la deuxième qui prend de plus en plus de place, rien que du fait de ses 2 ans, même si vous avez le sentiment de vous en occuper bien moins que de sa grande soeur…

    – Les occupations professionnelles et l’école vous conduisent à dire toujours “vite, vite!”, alors, elle fait de la résistance.

    Réfléchissez à votre rythme de vie, au trop plein de consignes, à la part de jeux à partager et de rêveries qu’il faut lui laisser et faites-vous aider en confiant l’une des 2 à un grand parent, une marraine.

    Si cela ne va pas mieux, n’hésitez pas à revoir la pédopsychiatre pour qu’elle vous dise ce qu’elle en a pensé?

    //
  • Question

    Je suis depuis toujours une fervente lectrice et vous soutiens totalement. Je souhaiterais un conseil pour ma fille. Je suis séparée du papa depuis qu’elle a un an et demie et nous avons choisi la garde alternée. Le problème est qu’elle a toujours autant de mal à me quitter et qu’elle pleure quand il s’agit d’aller chez son père, qui est par ailleurs un bon papa. Je souhaiterais, pour couper sa semaine, l’avoir à dormir chez moi le mercredi soir, puisque je l’emmène déjà à la danse dans l’après-midi. Un pédo-psychiatre m’a confirmé que cette solution pouvait être une bonne solution, coupant ainsi la semaine scolaire et lui permettant de passer une soirée supplémentaire avec moi, sans pour autant priver son père de sa semaine… Mais son père refuse et affirme que cette solution du mercredi émane forcément d’un charlatan… Qu’en dites-vous? Quels arguments pourrais lui donner pour le convaincre?

    Réponse

    Vous serez d’autant plus convaincante que vous proposerez réciproquement au papa de lui confier votre fille un soir pendant votre semaine. Ce peut être compliqué pour sa propre organisation mais si vous êtes en bons rapports, il vous écoutera sûrement. Le principe même de la « résidence alternée » est le maintien d’une complicité entre les parents pour le bien-être de leur enfant. Il est difficile à un enfant de passer chaque semaine d’un camp hostile à un autre… C’est pourquoi je pense qu’elle devrait le plus souvent être accompagnée d’un travail de médiation parentale. Pour qu’il n’y ait pas de malentendu entre vous. 

    //
  • Question

    J’ai une petite question concernant notre fille qui a à présent 2 ans et 1 mois : elle réclame de plus en plus de lait infantile. A 1 an elle ne prenait qu’un gros biberon de lait le soir (alimentation diversifiée le reste de la journée). Depuis 6 mois, elle en demande le matin et le soir. A présent elle en réclame également le midi, au dépends des petits plats que nous lui préparons.

    Je rentre dans mon 8ème mois de grossesse et me demande s’il s’agit d’une régression de ma fille qui sent l’approche de l’arrivée du bébé.

    Je ne vois pas d’inconvénient à lui donner ses 3 biberons, d’autant qu’elle en profite pour les prendre dans mes bras parfois. Mais je me demande si cela est bon pour elle au niveau diététique.

    Qu’en pensez-vous SVP ?

    Réponse

    Le lait infantile est un aliment complet et il n’y a aucun problème diététique. La courbe de poids/taille vous montre si elle se développe harmonieusement, vérifiez-le avec son médecin.

    Il est certain que téter son biberon en particulier dans vos bras rassure votre petite fille – et peut-être vous aussi qui auriez peur de moins lui donner d’attentions quand le bébé sera là?

    Mais ce sera justement une occasion pour l’aînée de grandir. Sans la forcer, vous pouvez l’y encourager en la laissant prendre son déjeuner avec le papa le Week-end.

    //
  • Question

    Comment la rendre propre sans la bloquer? Le cousin de mon enfant a été complètement bloquée, ne pouvant plus s’asseoir sur le pot pour avoir été forcé de bonne heure! Mais je vois se profiler la rentrée scolaire de septembre et ma flle ne veut pas du tout quitter ses couches…

    Réponse

    L’été qui précède la rentrée scolaire, vous êtes souvent très impatient pour les problèmes de propreté. Vous vous dites, il va rentrer à l’école, il doit être propre et vous le lui dites. C’est dommage de lier les deux sujets, je vais vous montrer comment vous en sortir sans braquer votre bébé sur les problèmes de propreté. Réaliser qu’un enfant de cet âge là a envie de gambader, il vient d ‘apprendre à courir, à sauter, veut découvrir le monde et tout d’un coup de rester assis pour faire quelque chose qu’on vient peut-être d’ailleurs de faire dans sa couche, les adultes ne comprennent pas. On a envie de se relever, on a envie de s’échapper, on se fait gronder, peut-être même humilier par une personne maladroite, alors on bloque et on ne veut plus entendre parler du pot. Pourtant vous avez sûrement choisi un pot confortable et même peut être plusieurs. Si vous voyez que votre enfant refuse obstinément de s’y asseoir ou n’y fait rien du tout, en se relevant tout de suite, n’hésitez pas à lui dire «  Tu sais, c’est pas grave, quand tu envie de faire, je te mets la couche. » Parce que votre enfant est habituer à faire dans sa couche et puis c’est plus intime, plus discret, il peut jouer, il ne se sent pas coupable. Donc n’hésitez pas à le laisser en petite culotte cet été là.  Pour faire pipi, il voudra bien dans le pot mais pour aller à la selle vous lui direz « je te mets la couche, quand tu as besoin » proposez-le-lui deux, trois fois par jour, laissez le un peu jouer. Alors votre enfant deviendra ce que j’appelle propre à la couche, vous le féliciterez car il se retiendra quand il sera en culotte mais vous lui mettrez la couche  pour faire chacun à  droit à son endroit, qui veut le pot, qui veut la couche, qui veut derrière un buisson dans certaines autres cultures et qui veut finalement au toilette, cela viendra tout seul. A ce moment là, vous mettrez un ré-hausseur et vous lui direz «  vraiment tu es grand »  et quand il ira à l’école ne vous faites pas de soucis. Avec cette technique, il se retiendra très bien à l’école et il attendra d’être à la maison pour avoir sa couche en attendant de savoir faire au pot ou au toilette comme un grand.

    //
  • Question

    Que pensez-vous des écoles dite alternatives : écoles Montessori… ? Ce qui me plaît dans ce genre d’école est de laisser l’enfant aller à son rythme, l’absence de pression car il n’y a pas de compétition, l’enfant apprend à s’apprécier sans être dépendant de l’avis du professeur… Je trouve que cela respecte mieux l’enfant mais cela ne risque-t’il pas de surprotéger l’enfant par rapport au monde réel qui n’est pas si idéal?

    Merci pour votre réponse car votre avis compte beaucoup pour moi.

    Une maman

    Réponse

    Quand les écoles respectent vraiment la méthode de Maria Montessori, c’est une pédagogie très intéressante – pour ne pas dire de bon sens! On veut trop homogénéiser le rythme des apprentissages. L’enfant a bien le temps de s’adapter à être pressé par l’environnement ou à attendre en s’ennuyant que les autres aient fini leur occupation… Pour la maternelle en tous cas, c’est l’évidence quand on a accès à cette pédagogie!

    //
  • Question

    F a 4 ans. C’est une petite fille formidable. Elle aime danser et rigoler très fort. Vers la mi-septembre, nous avons ôté les couches la nuit. Il y a eu un moment de flottement une quinzaine de jours puis pendant tout le mois d’octobre, aucun problème. Puis il y eu le mois de novembre, avec quelques pipi au lit de temps en temps, puis le mois de décembre avec au moins deux pipis au lit par semaine et maintenant : pipi au lit pratiquement tous les jours, voire deux fois par nuit. Nous avons montré notre mécontentement. Depuis, elle ne maîtrise plus du tout ses sphincters et fait tout simplement dans son lit, ce qui la réveille et perturbe son sommeil. Il faut changer les draps deux fois par nuit. Je pensais que la rassurer l’aiderait. Cette situation n’est plus tenable pour elle. Pour nous non plus.

    Faut-il lui remettre des couches après 4 mois sans couches ? N’allons-nous pas se faisant la conforter dans une sorte de régression ?

    Réponse

    À cet âge, elle a un sommeil profond et les nuits où il est très lourd, elle ne sent pas que sa vessie est pleine. Il faut lui dire “c’est normal, tu dors très fort et ne sent pas quand vient le pipi.” cela la soulagera. “quand on grandit, le sommeil devient plus léger.” c’est pourquoi on ne se préoccupe du “pipi au lit” qu’à partir de 5 ans. Remettez des couches-culottes et rassurez-vous.

    //